Bonjour et bienvenue, c'est Bertrand !

Ici je te propose des articles et vidéos de développement personnel avancé te permettant de maîtriser ton esprit pour construire une vie et un monde meilleurs ;)

Pour accéder à une vision d'ensemble des sujets, rendez vous à la table des matières !

TABLE DES MATIÈRES S'ABONNER AUX VIDÉOS

DERNIÈRES SORTIES

Le 21/02/2020
Selon moi beaucoup de dépressions sont liées à ce syndrôme du roi capricieux qui présuppose qu'il devrait continuer à être heureux en suivant ses propres règles, sans changer quoi que ce soit à sa vie.

roi capricieux déprimé

Dans le dernier article, je vous disais que je tombe encore assez souvent dans ce que j'appelle le piège de la bonne lancée.

Après avoir passé quelques journées bien productives, je commence à fonctionner comme si cette productivité m'était due, comme si le feu qui m'anime allait rester stable,

et que je pouvais continuer à en profiter comme ça, qu'il allait se maintenir sans rien faire.

Je ne me rends pas compte que la mécanique de mon cerveau et de mon corps commence à avoir besoin d'être physiquement rechargée et relaxée.

...

J'essaie de continuer sur ma lancée, à passer des journées productives.

Mais ça ne marche plus. Et pourtant je persévère à enfoncer la pédale d'accélération.

J'ai envie d'avancer sur les projets que j'ai commencé.

Je n'ai pas envie de perdre du temps avec des grosses séances de sport ou de méditation,

j'ai l'impression que ça va me faire perdre du temps et que je devrais pouvoir retrouver mon drive et mon inspiration sans faire trop d'efforts.

Et donc je suis chez moi, je tourne en rond sur mon ordinateur,

je suis dans une légère déprime, blasé, le corps tendu,

j'essaie de trouver une solution pour relancer la machine,

je commence à regarder plein de trucs à la con que je ne regarderais jamais d'habitude,

parce que je suis en manque de lumière et d'inspiration et que donc mon cerveau élargit son champ de recherche.

Alors que le seul truc que j'ai à faire c'est de m'arrêter et prendre le temps de dérigidifier mon corps et faire circuler mon énergie, ou de sortir de chez moi et d'aller faire une grosse séance de sport ou d'aller voir du monde, pour me débloquer.

En voulant être efficace et gagner du temps, je ne fais que perdre du temps et être inefficace.

En persévérant à appuyer sur la pédale d'accélération alors que ça ne marche plus, je ne fais que m'enfermer dans le problème que je veux éviter.

L'importance de se reconnecter à sa vision

Dans une moindre mesure ce problème de croire que l'inspiration nous est due à partir du moment où on a commencé à en avoir, 

se retrouve au niveau de la vision.

À partir du moment où on a été profondément inspiré par une vision, on se met à croire que c'est bon, on n'a plus besoin de prendre le temps de se connecter avec cette grande vision.

On devrait automatiquement être inspiré et connecté à elle non-stop.

Et donc quand on commence à avoir du mal à se motiver pour travailler sur un truc particulier, on n'essaie même plus de se connecter à notre vision pour reprendre de l'énergie et de l'inspiration,

on essaie de forcer,

on agit comme si cette inspiration nous était due.

Comme si le feu devait se rallumer "tout seul" à partir du moment où on l'a déjà allumé dans le passé.

Dans ces conditions, on est comme une personne délirante qui,

plutôt que de faire la suite de comportements qu'elle a du faire pour allumer le feu la première fois,

essaie d'invoquer le feu par la pensée... et s'étonne que ça ne marche pas !

...

Les caprices et la dépression

Selon moi beaucoup de dépressions sont liées à ce syndrôme du roi capricieux qui présuppose qu'il devrait continuer à être heureux en suivant ses propres règles, sans changer quoi que ce soit à sa vie.

J'en parlais notamment dans l'épisode 118.

Les personnes dépressives ont tendance à avoir une carte très pauvre de ce qui les rend heureux et de ce qui les rend malheureux,

et à rester hyper-attachées à cette carte qui ne fonctionne pas.

Elles ont le sentiment que le bien-être devrait leur être dû avec leur orientation et leur paradigme existentiel actuels.

Et elles préfèrent être malheureuses plutôt que de tout remettre en question.

Leur Ego capricieux joue contre eux.

...

En analysant les personnes dépressives, je suis rarement étonné qu'elles soient dépressives,

elles sont souvent comme moi quand je persévère à faire ce qui ne marche pas pour continuer à avoir de l'inspiration,

mais à une plus grande échelle.

Elles ont souvent beaucoup d'angles morts sur ce qui ne va pas avec leur attitude et leur mode de vie.

Et le fait qu'elles n'aient pas su réaliser et corriger ça à temps quand elles étaient encore en pleine santé,

explique pourquoi c'est encore plus difficile une fois qu'elles sont bien enfoncées dans la dépression.

Mais au fond leur problème était là bien avant la dépression.

La dépression étant juste l'aboutissement inéluctable de leur encapsulation.

Si vous revisionnez l'épisode 65 sur l'encapsulation de la conscience,

les biais de la matrice du cerveau par défaut,

et cette attitude de toujours préserver son petit Ego,

bah typiquement tout ça c'est des mauvaises façons psychologiques de se protéger sur le court-terme,

qui sont associées à la dépression sur le long-terme.

...

C'est assez fou en fait, on peut passer des années et des années avec des angles morts énormes dans la petite matrice de notre esprit.

C'est pour ça que personnellement assez régulièrement j'essaie de prendre du recul sur ma façon de penser.

J'essaie de me demander où est-ce que je suis en train de m'enterrer moi-même sans m'en rendre compte dans ma vie.

Parce que si ça peut être aussi grave chez certaines personnes, alors ça doit forcément m'affecter d'une manière ou d'une autre.

Et présupposer le contraire serait justement un signe que je suis sacrément affecté.

...

Le problème c'est que souvent les personnes dépressives croient que si elles avaient du contrôle sur leur état et sur leur vie,

elles pourraient êtres heureuses avec ce qu'elles veulent, rester chez elles et radicalement changer d'état d'un coup d'un seul et que ça resterait stable sans rien faire.

Mais non, personne n'a ce type de contrôle.

On doit tous faire des trucs particuliers pour que la vie s'insuffle en nous : développer une vision inspirante pour notre vie (et s'y connecter), faire de l'activité physique, mettre son corps dans de bonnes dispositions, rencontrer des gens avec lesquels on a envie de construire des relations, travailler sur des projets, etc.

Le 04/02/2020
Rien ne peut vraiment être lumineux sur un écran qui ne projette pas assez de lumière.

Le problème quand on se sent déprimé c'est qu'on recherche souvent quelque chose d'extérieur pour nous sortir de la déprime.

Pourtant ce qui nous arrive n'a souvent rien à voir avec la vie extérieure en elle-même.

Ça ne sert à rien de chercher un truc qui va te plaire et t'inspirer,

tu n'es pas dans ton état normal au niveau mécanique,

ta dynamique hormonale est naze et tant que tu ne fait rien pour régler les choses à ce niveau, tu vas avoir une vision morose sur le haut-niveau.

Croire que c'est un problème de haut-niveau est un gros gros piège.

Pour info le bas niveau, ça correspond à tout ce qui est plus physiologique, l'alimentation, l'exercice physique, le sommeil, le soleil, les niveaux de stress, l'inflammation, etc

Alors que le haut-niveau, correspond à tout ce qui est plus psychologique, l'orientation, les projets, les intérêts, les relations, les peurs, les perspectives futures, la vision, la clarté, etc.

Une bonne métaphore pour comprendre ce piège de confondre le haut-niveau pour le bas-niveau, c'est d'imaginer ton cerveau comme un projecteur d'écran.

Quand la luminosité de ton écran augmente, tout paraît plus lumineux.

Et inversement quand la luminosité de ton écran diminue.

Mais comme globalement la luminosité de notre écran est stable, certaines choses paraissent toujours plus lumineuses que d'autres.

Ce qui fait qu'en temps normal, quand on est sur des choses sombres on va avoir tendance à chercher des choses lumineuses.

Et c'est logique.

Le problème de beaucoup de dépressifs c'est qu'ils n'arrivent pas à voir que les choses sont sombres à cause de la luminosité de leur écran.

Ils projettent la sombreur comme un problème des choses en-elle mêmes, et non comme un problème du projecteur.

Ils continuent de rechercher des choses lumineuses alors même que c'est la luminosité de l'écran tout entière qui diminue.

C'est normal que tout paraisse de plus en plus sombre,

rien ne peut vraiment être lumineux tant que l'écran n'est pas rechargé et réhaussé.

Mais hélas au bout d'un moment beaucoup de dépressifs oublient ce qu'était la vie quand l'écran était allumé,

ils deviennent habitué au manque de lumière,

et considèrent que les choses sont vraiment sombres et problématiques.

Ils se nourissent comme ils peuvent du peu de lumière qu'ils peuvent encore voir sur certaines choses.

...

Pas de chaleur sans feu

Dans la vie il ne faut pas chercher les choses lumineuses et inspirantes quand on manque de lumière et d'inspiration, il faut chercher ce qui va rendre tout plus lumineux et inspirant.

Ça peut sembler évident mais je peux vous assurer que dans une moindre mesure,

il vous arrive souvent de chercher à vous sentir mieux, de chercher à vous remotiver, de chercher à passer une meilleure journée,

en cherchant un truc bien lumineux et inspirant pour vous captiver et vous réconforter.

Alors qu'en réalité vous avez déjà plein de trucs potentiellement lumineux et inspirant.

C'est juste que vous n'avez pas la lumière pour les voir.

Et c'est pour ça qu'en général notre recherche ne mène à rien d'efficace.

L'approche est vaine.

C'est comme d'avoir besoin de la chaleur d'un feu mais d'essayer de créer un gros feu sans ramener du bois.

On aurait infiniment plus de réconfort et de chaleur en faisant un truc inconfortable qui va ramener du bois et débloquer de l'énergie lumineuse qu'en grapillant ce qu'il reste d'énergie et de chaleur avec les brindilles restantes.

Et puis de toute façon c'est un signal d'alarme pour faire quelque chose.

...

Personnellement je tombe encore assez souvent dans ce piège de temps en temps.

Après avoir passé quelques journées bien productives, je commence à fonctionner comme si cette productivité m'était due, comme si le feu qui m'anime allait rester stable,

et que je pouvais continuer à en profiter comme ça, qu'il allait se maintenir sans rien faire.

Je ne me rends pas compte que la mécanique de mon cerveau commence à avoir besoin d'être physiquement rechargée.

...

J'essaie de continuer sur ma lancée, à passer des journées productives.

Mais ça ne marche plus. Et pourtant je persévère.

J'ai envie d'avancer sur les projets que j'ai commencé.

Je n'ai pas envie de perdre du temps avec des grosses séances de sport,

j'ai l'impression que ça va me faire perdre du temps et que je devrais pouvoir retrouver mon drive et mon inspiration sans faire trop d'efforts.

Et donc je suis chez moi, je tourne en rond sur mon ordinateur,

je suis dans une légère déprime, blasé,

j'essaie de trouver une solution pour relancer la machine,

je commence à regarder plein de trucs à la con que je ne regarderais jamais d'habitude,

parce que je suis en manque de lumière et d'inspiration et que donc mon cerveau élargit son champ de recherche.

Le sport à la rescousse

Alors que le seul truc que j'ai à faire c'est de sortir de chez moi et d'aller faire une grosse séance de sport ou d'aller voir du monde.

Souvent après une grosse séance de boxe pieds-poings,

ça débloque tout derrière,

je me sens beaucoup plus vivant, allumé et de bonne humeur,

j'ai plein de pensées et de visions positives et inspirantes,

je suis sur les bonnes fréquences,

et je me dis mais bordel mais pourquoi je n'ai pas fait ça avant.

Je pensais perdre du temps en allant faire du sport mais en fait à chaque fois c'est l'inverse,

le retour sur investissement est énorme,

dans les heures qui suivent la séance de boxe j'ai un flow d'énergie mentale très intense, je fais une quantité de percées qui rattrapent largement le temps d'arrêt.

Le piège est que l'on croit que l'on peut penser notre chemin vers une énergie à haute fréquence quand on est dans une énergie basse fréquence, à moitié éteint.

On pense que l'on peut faire jaillir des bonnes idées, de l'inspiration, de la motivation en exercant son esprit alors que c'est très inefficace comme approche, on a très peu de contrôle là dessus.

En général quand tu crées les bonnes dispositions énergétiques, les bonnes idées et l'inspiration jaillissent sans que tu ne contrôles rien du tout.

Le seul truc que tu contrôles c'est la saisie des étincelles qui jaillissent.

Tu ne contrôles pas le jaillissement en lui-même.

C'est crucial de réaliser ça.

Le bas niveau (physiologie) est super important.

Et ça ne sert à rien d'essayer de contrôler le haut niveau (idées, activités, projets, ...) quand c'est le bas niveau qui fait défaut.


Article faisant suite : Le syndrome du roi capricieux et déprimé

Page :