Le 11/03/2021

Red Pill : le bon, le moins bon et le mauvais [PARTIE 1] - Stoïcisme et Romantisme

Red Pill : le bon, le moins bon et le mauvais [PARTIE 1] - Stoïcisme et Romantisme
Analyse critique des différents bons et mauvais points de la Red Pill vis-à-vis du stoïcisme et du romantisme.

Bonjour et bienvenue,

c'est Bertrand de la Fondation MAGister, l’école des Héros du monde réel.

Dans cet épisode on va continuer à parler de la Red Pill.

La Red Pill dont il est question ici, c'est une idéologie masculine qui a éclos un peu partout sur Internet à propos de la nature des hommes et des femmes, notamment vis-à-vis des relations hommes femmes.

Comment fonctionne les femmes, qu'est-ce qu'elles veulent vraiment, qu'est-ce qui les repousse, comment faire pour les attirer et coucher avec, comment doit se comporter un vrai homme, comment un vrai homme doit intégrer les femmes dans sa vie.

Voilà en gros ce sur quoi se concentre la Red Pill.

La particularité de la Red Pill est de prendre le contre-pied de la vision romantique classique véhiculée par la société mainstream.

L'idée est d'enlever le conditionnement social, de révéler les vérités dures à entendre, de révéler les vérités qui dérangent.

Ce n'est pas juste des conseils relationnels, c'est vraiment tout un paradigme idéologique.

Et dans cet épisode on va commencer à analyser différents bons et mauvais points de la Red Pill.

On va d’abord commencer par un bon point.


Bon point : le stoïcisme

Un bon point de la Red Pill, c’est son recoupement avec le stoïcisme.

En effet la Red pill t'incite à te concentrer à développer ce que tu peux développer, et laisser le reste devenir un effet secondaire de ce développement, plutôt que d’essayer d’avoir directement le reste.

La Red pill t'incite à te concentrer à rendre ta vie complète de manière indépendante, et mettre les autres sur un plan bonus duquel ton épanouissement ne dépend pas.

Tu ne peux pas contrôler quand les gens vont être présents pour toi, tu ne peux pas contrôler leur façon d'être, leur façon de réagir, leurs envies, leurs biais, etc,

donc il vaut mieux t'en détacher et ne pas t'en préoccuper.

Ou alors en tirer partie.

Aussi dans le stoïcisme version Red Pill on a cette idée de ne pas être une victime, de gérer sa faiblesse et sa souffrance intérieure comme un homme à l'extérieur.

Ça fait partie de la différence entre être un homme alpha plutôt qu’un homme beta.

Ne pas rentrer dans le drama ni ne faire soi-même du drama inutile.

Apprendre à rester ancré et laisser passer les vagues négatives sans réagir outre mesure.

Ne pas se sentir mal à propos de se sentir mal.

Autrement dit, ne pas en rajouter inutilement.

Alors bien sûr il y a une bonne et une mauvaise manière de faire ça, que l’on peut contraster par le lâcher-prise versus la répression.

Mais quand c’est bien fait, ça conditionne à être détaché et indépendant.

Ça conditionne à ne pas être possessif, à ne pas être rempli d'émotions négatives à l'idée qu'une fille qu'on aime bien puisse aimer d'autres hommes dans sa vie.

À ne pas être jaloux et capricieux en gros.

Et ça c'est très bon.

Parce que tout ça la jalousie, le fait d'être possessif, c'est de l'insécurité et de l'immaturité.

C'est comme quand un enfant se sent mal, voire fait une crise, parce qu'il est mauvais perdant à un jeu qui n’a pourtant aucune importance dans le grand ordre des choses.

Et pourquoi je parle de maturité et d’immaturité vis-à-vis de ça ?

Eh bien c’est parce que oui tu peux feindre le détachement.

Tu peux faire semblant de ne pas être jaloux, faire semblant d’être au dessus de tout ça, manipuler les apparences, jouer à l’alpha.

Mais tu ne peux pas faire semblant sur la durée parce que ça demande trop de contrôle.

Si tu manipules le détachement et que c'est au dessus de tes capcités, tu vas craquer un jour ou l'autre.

Le détachement doit être authentique.


Baisse tes attentes vis-à-vis de ce que peuvent t'apporter les autres

Un autre bon point de Red Pill, très lié au précédent, c'est que ça t'encourage à bien baisser tes attentes vis-à-vis de ce qu'une personne est capable pour toi dans une relation intime, afin ne pas être déçu de ses capacités et de ses incapacités.

Le piège de la relation de couple c'est que ça fait reposer beaucoup d'attentes sur une seule personne.

Et une personne ne pourra jamais remplir et combler à elle seule toutes tes attentes et ce de manière durable.

Typiquement une personne parfois elle va combler tes attentes et parfois elle va te décevoir.

Et si tu développes trop d’attentes, ça va vite être du 50/50 ou pire.

Parce que c'est comme ça, les êtres humains on est fait de plein de choses positives et négatives, capables du meilleur comme du pire.

Parfois c'est le meilleur qui s'exprime parfois c'est le pire.

Et la Red Pill te permet de développer une certaine froideur vis-à-vis du pire.

De telle sorte à que quand une personne t'exprime le pire, te fait un sale coup, te déçoit profondément, etc, tu sois relativement peu phasé.

Du coup dans la même veine la Red Pill te fait arrêter d'idéaliser les relations de couple quand toi tu n’es pas en couple.

Quand tu n'es pas en couple tu peux avoir un FOMO illusoire.

Le FOMO en gros c’est la peur de passer à côté de quelque chose,

la peur de rater ce que d’autres personnes ont mais que toi tu n’as pas.

La peur de ne pas profiter de quelque choses dont d’autres personnes profitent.

Et donc quand tu es célibataire, et a fortiori quand tu es un incel (un célibataire involontaire), tu peux avoir une image idéalisée du couple qui te donne l'impression que toi en étant seul, tu rates le sel de la vie.

Ce qui est vrai et faux.

Mais en fait on n'est vraiment pas si mal en étant célibataire, ce qu'on gagne et ce qu'on perd s'équilibre plutôt bien.

C'est juste que bien sûr, notre foutu cerveau par défaut se focalise toujours plus sur ce qu'il manque et qu'il pourrait avoir,

plutôt que sur ce qu'il gagne et qu'il a déjà, et qu'il pourrait perdre.

Oui être en couple on peut voir ça comme le sel de la vie, mais justement, ça a vite fait de devenir trop salé et donc pas forcément meilleur que sans sel.

...

Après attention sur ce point, être célibataire ne veut pas dire n’avoir aucune connexion humaine.

Non, autant le couple ce n’est pas fondamental, autant les connexions humaines ça l'est.

Et par avoir connexions humaines je n’implique pas le contraire de la solitude.

Non, tu peux être un loup solitaire et avoir de fortes connexions humaines.

Tout ce qu’il te faut c’est d’avoir des personnes dans le monde qui comptent pour toi, et que toi tu comptes pour elles aussi.

Des personnes pour lesquelles tu te sens proche même quand tu es seul et loin d’elles.

Parce que tu sais que tu peux les appeler et l'interaction se fera comme s’il n'y avait aucune distance.


Casse le romantisme maladif

Dans la même continuité, un bon point de la Red Pill c’est que ça casse le romantisme exagéré qui est très toxique, et qui s'apparente à une maladie mentale.

L’excès de romantisme en général ça ne sort pas de nul part, c’est un signe de faiblesse générale, un signe d’une mauvaise économie émotionnelle ;

une économie émotionnelle qui est en gros déficit et qui cherche à s’équilibrer en investissant à fond dans la romance avec une personne.

Et attention ça ne veut pas dire que la personne est forcément idéalisée.

Non c’est juste qu’on fait une fixation obsessive sur cette personne,

et que cette personne développe un statut hyper spécial à nos yeux.


Mais casse aussi le romantisme tout court

Un mauvais point de la Red Pill c’est que ça casse trop le romantisme.

Ça ne casse pas juste le romantisme maladif, ça casse le romantisme tout court.

C'est de l’anesthésie complète à ce niveau.

Ça te fait rentrer dans une vision pseudo-rationnelle de la vie et de la réalité.

Ça te fait passer dans une sorte de mode psychopathe en gros,

qui ne crée jamais de liens personnels avec les filles,

et qui voit chaque fille comme un exemplaire d’une catégorie objective.

Une instanciation comme une autre de cette nature de la femme dont parle la Red Pill.

Tu ne vois plus la personne, tu vois tous les biais biologiques dont le contenu Red Pill t’a bourré le crâne.

Pour bien réaliser la douille, il faut bien comprendre que notre perception existentielle, elle marche en grande partie à la projection de l'intérieur sur l’extérieur.

Notre perception est fondamentalement narrative, on romantise naturellement le sens de la vie et l'existence des choses.

Cf épisodes 60 et 63 pour plus de détails.

Il n’y a pas un monde qui existe tout fait à l’extérieur et que l'on doit capter avec le plus de précision possible.

Non, un être humain ça n’existe pas vraiment objectivement, indépendamment de notre perception narrative.

Un être humain c’est une vision augmentée de ce qui existe indépendamment de la perception.

C'est une sorte d’histoire sensorielle, une sorte de rêve éveillé.

C’est pareil pour le libre-arbitre pour donner un autre exemple.

Ou pour l’Ego.

Ça n’a pas vraiment de sens indépendamment de notre vision augmentée de la réalité.

Si tu ne les projettes pas, ils n’existeront pas.

Le fait que tu trouves ta vie plus spéciale qu’une autre, c’est de la pure projection.

Si tu voulais être objectif tu ne devrais pas ressentir quoi que ce soit de particulier pour ta propre vie, pour ton passé, pour ton futur, pour tes goûts, pour tes activités préférées, tes films préférés, tes attentes, etc.

Mais pour autant ce n’est pas une mauvaise chose de traiter spécialement ta vie, on pourrait même dire que ça te rend la vie meilleure.

Et c’est pareil quand tu traites spécialement d’autres êtres humains plutôt que de les considérer de manière détachée.

...

Plus généralement, les émotions, et notamment les émotions liées à notre histoire passée, ça crée une vision augmentée de certaines choses.

Sans ces émotions et sans cette relation personnelle, cette vision ne pourrait pas exister.

Les choses ne pourraient pas être imbibées de cette charge sentimentale qui les rend si particuières à nos yeux.

Et c’est là l’un des soucis de la Red Pill.

La Red Pill te force à voir le monde au delà de ces relations, au delà ces émotions et ces sentiments personnels que tu projettes sur certaines choses de ce monde, et plus précisément sur certaines filles.

Je dirais même que la Red Pill t’empêche de créer ces relations, ces émotions et ces sentiments qui vont te donner une vision augmentée de certaines choses.

Entre une fille que tu vois sans tes émotions, tes liens et ton histoire passée avec elle, et la même fille que tu vois avec ton histoire, tes liens et tes sentiments, ce n’est pas du tout la même personne.

La Red Pill va te dire que si c’est la même personne, parce que tes émotions t’aveuglent, elles ne font que créer des illusions par dessus la réalité.

Comme s’il y avait vraiment une réalité externe toute faite, indépendamment de nos émotions internes, et qu’un cerveau qui fonctionne bien c’est un cerveau qui capte avec précision cette réalité.

Comme s’il y avait toujours une personne objective au delà de notre perception de la personne.

Ce qui est un gros biais.

Il n’y a personne au delà de notre perception subjective de la personne.

Ce qui reste au delà de notre perception (quand on retire notre percepion de l’équation), ce n’est pas une personne.

La personne ne peut exister qu’à travers la projection narrative (et “romantique”) de la perception existentielle.

Même quand tu crois percevoir de manière neutre, tu perçois en réalité avec des émotions.

C’est juste que ce sont des émotions qui créent ces sentiments de neutralité, de distance et de froideur, ce sentiment d’objectivité.

Donc il n’y a pas une réalité objective “froide” en dessous des illusions perceptives.

Quand tu traites le monde de manière distante, tu es aussi subjectivement biaisé que quand tu le traites de manière proche.

Il n’y a pas une réalité objective et complète que l’on pourrait voir si on voit les choses telles qu’elles sont, indépendamment de nous.

Non, ça c’est un biais assez primitif de croire qu'il y a une réalité externe complète, partagée par tous, une réalité absolue des choses, indépendante de nos relations avec le monde.

C'est un biais des stades Bleu et Orange dans le modèle des dynamiques en Spirale.

Et la Red Pill tombe en plein dans ce piège de croire se rapprocher de LA réalité des choses telles qu’elles sont, au delà des apparences.

Quand tu passes au stade Vert, tu réalises qu’on co-construit la réalité, et que donc la réalité est très relative, et notre perception (et ce qu’elle apporte) est partie intégrante de la réalité.

Sans notre perception, la réalité est incomplète.

On est toujours dans une relation avec le réel.

Un cervau qui fonctionne bien n'est pas un cerveau qui capte avec précision une réalité toute faite, non, c'est un cerveau qui crée les bonnes relations avec le monde, un cerveau qui co-construit la réalité.

Il y a plein de choses qui dépendent entièrement de notre perception pour exister,

sans nous elles n'existeraient pas.

Et par conséquent peu importe ce qu’on projette, on est toujours en train de voir la réalité telle qu’elle est.

Nos relations avec le monde font partie intégrante de la réalité.

Voir les choses avec plus ou moins de projections ne serait pas voir plus ou moins les choses telles qu’elles sont réellement.

La seule illusion qui existe c’est de croire aux illusions, c’est à dire croire qu’il y a quelque chose d’objectif et de complet derrière les perceptions.

Et la Red Pill est en plein dans cette illusion.

Elle est dans un profond déni de l'aspect relationnel du réel.

Encore une fois pour la Red Pill, une personne est une personne, il n’y qu'une seule vraie façon de la voir, et toute perception qui s'en éloigne est probablement une délusion Blue Pill.

...

Être amoureux d’une personne, la trouver spéciale, unique, etc, c’est extrêmement Blue Pill.

La Red Pill c’est anti-amour, c’est anti-spécialité ; 

non pour la Red Pill, toutes les les filles sont pareilles, le reste c’est des illusions personnelles qu’on se fait ; (AWALT “All Women are like that”, “C’est juste une fille comme une autre”).

Mais en même temps ce serait vraiment assez triste de passer à côté de cette expérience,

de passer toute sa vie sans jamais créer d’attachement avec une fille,

sans jamais les voir plus que ce qu’on voyait d’elles avant de les connaître,

sans jamais voir une fille d’une manière unique.

Et le fait que ce soit une projection n’est pas un problème.

Évidémment que c’est une projection de la voir comme une fille unique dans notre univers.

Mais l’expérience egoïque humaine dans son ensemble est complètement dépendante d’une multitude de projections de ce genre.

Pour commencer, 99,99 % des êtres humains se considèrent spécialement eux-mêmes, ils pensent beaucoup plus à leur propre vie qu’à la vie des autres.

Il semble normal et sain de faire ce qu'on fait pour soi au moins pour une autre personne.

Le contraire relèverait d’un narcissisme pathologique.

De se dire d’une fille que c’est une fille comme une autre, qu’elle n’a rien de spécial, c’est de la pseudo-sagesse, car on peut appliquer ce type d’argument “blasé” et pessimiste à n’importe quoi, à commencer par soi-même.

“Meh, je ne suis qu’un être humain comme un autre, rien de spécial, circulez il n’y a rien à voir...”

“Meh, mon projet n’a rien de spécial, c’est juste un autre X comme il en existe déjà des milliers, pas de quoi s’emballer, en fait je me demande pourquoi je donne de l’importance à ce projet...”

“Meh, ma voiture de luxe n’a rien de spécial, juste un assemblage de feraille comme il en existe des millions, en plus conduire est superficiel et ennuyant, à quoi bon me soucier de ça.”

Le fait que la Red Pill applique cet argument pessimiste et dévalorisant spécifiquement sur les filles montre bien qu’il est utilisé comme un outil pour soulager de la pression interne.

Une stratégie pour rester en contrôle et/ou affirmer son contrôle (face au pouvoir de certains désirs et face à l’incertitude intérieure, cf. psychologie de la haine, pensée complotiste, etc.)

En effet beaucoup de pro-Red Pill valorisent spécialement leurs intérêts (travail, projets perso, entreprises, mission de vie), ils leur donnent de l’importance, alors qu’objectivement ce sont aussi probablement des projets/entreprises assez banals si on prend du recul.

...

Donc c’est assez triste et absurde de s’efforcer de passer à côté de ces projections sur les filles,

de passer toute sa vie dans une vision pseudo-rationnelle qui se retient de toute projection interne sur les filles;

mais qui pour se retenir de faire des projections internes, crée d’autres projections internes sans s’en rendre compte.

Et au fond c’est assez contradictoire avec la Red Pill, parce que la Red Pill te pousse à avoir les meilleures filles, les filles 10/10.

Or étant donné que les êtres humains n’existent pas indépendamment de nos projections, si tu bloques les projections qui vont créer une vision augmentée de la personne,

alors par défaut tu t’empêches d’accéder aux meilleures filles possibles.

Pour accéder aux meilleures expériences, ce n’est pas juste une question de ce qu’il y a à l’extérieur.

Entre enchaîner les conquêtes auxquelles tu ne te lies jamais,

et développer une relation intime et profonde avec une même personne,

l’expérience du premier cas va probablement te laisser beaucoup plus creux et vide.

Entre une fille que tu vois sans tes émotions, tes liens et ton histoire passée avec elle, et la même fille que tu vois avec ton histoire, tes liens et tes sentiments, ce n’est pas du tout la même personne.

Tu peux passer d’une 6/10 à une 9/10.

Encore une fois, pour bien des choses, si tu ne les projettes pas, elles n’existeront pas.

La Red Pill nous pousse à diminuer certaines projections que l’on fait sur les filles.

Elle nous pousse à les voir pour “moins” que ce qu'on les voit naturellement (ou tout du moins pour autre chose)

Mais en t’efforçant de faire ça,

en t’efforçant de voir une fille au delà de certaines projections naturelles,

tu deviens un être humain pathologique, tu es comme anesthésié à une partie de ce qui fait l’humanité.

Une anesthésie qui te protège du négatif lié à cette vision augmentée, mais qui t’empêche également de ressentir du positif lié à cette vision augmentée.

Oui tu risques des blessures en t'attachant, tu risques de te rendre vulnérable.

Mais ce n'est pas grave. C'est plutôt “beta” de ne jamais se rendre vulnérable.

À ce rythme là, il y a plein d’autres choses que tu peux t’efforcer de dénier et/ou “d’applatir” (cf. contournement spirituel),

comme ta propre liberté, voire ta propre existence en tant qu’individu.

Parce que ces choses là aussi dépendent de tes projections.

Et la grande ironie c’est qu’en percevant la réalité ainsi, tu ne fais que remplacer des projections par d’autres projections,

jamais tu ne vois plus ou moins la réalité au delà des apparences.

On pourrait créer une Physics Pill qui perçoit les êtres humains comme des paquets d’atomes par exemple.

Les adhérents à cette Physics Pill se diraient à propos d’une personne, “pff de toute façon c’est juste qu'un paquet d'atomes”.

Ça semble absurde, et pourtant la Red Pill fait un peu ça avec la biologie (sans même parler de la “Black Pill”).

...

En suivant la Red Pill tu te forces à voir la réalité comme une sorte de robot humain.

Tu te forces à ne jamais voir les filles pour autre que chose que des personnes étrangères (pour être gentil), tu te forces à garder tes distances et à ne jamais développer plus loin la relation.

Tu perçois l’ombre de “la nature Red Pill de la femme” derrière chaque fille que tu rencontres.

Et étant donné la loi de transférence d’état, la Red Pill devient une prophétie auto-réalisatrice.

Les filles ressentent plus ou moins consciemment cette froideur et cette distance que tu maintiens, et cela les ferme à être chaleureuses en retour.

Elles ressentent plus ou moins consciemment que tu les considères comme “juste une conquête sans importance" et non comme une personne avec une vie, une histoire, des projets, etc, et cela les ferme à te considérer de la sorte en retour.

Elles ressentent plus ou moins consciemment ta misogynie latente vis-à-vis de leur nature, misogynie que tu projettes sur elles, et cela les empêchent de s’ouvrir à toi.

Si tu considères une personne comme une étrangère, avec de la distance, elle ne pourra pas devenir plus.

Le miroir ne sourira jamais en premier.

C'est exactement la même chose pour les amis d’ailleurs.

Quand tu arrives dans un nouvel environnement, si tu ne considères jamais de nouvelles personnes chaleureusement comme tes amis, ils ne le deviendront probablement jamais, il y aura toujours une distance (que tu maintiens), une froideur, entre toi et eux.

C'est marrant à quel point tous les gens peuvent sembler superficiels et sans profondeur quand soi-même on reste à la surface.

Et c'est marrant aussi d’essayer de se rappeler comment nous apparaissaient les gens qui sont maintenant nos amis proches la première fois qu’on les a rencontrés.

Souvent on aurait jamais parié que ces personnes là puissent devenir nos amis,

parce que notre cerveau était en mode tribalisme, en mode nous versus eux.

On les considérait comme une tribu étrangère en gros.

La Red Pill est à fond dans le tribalisme, le nous versus eux.

Les hommes contre les femmes.

Ça ne t'empêche pas d’avoir du sexe parce que la polarisation peut être excitante,

mais c’est grosso-modo tout ce que tu vas avoir,

du sexe sans rien derrière.

...

Et donc la vérité c’est que l’absence de romantisme est aussi toxique que l’excès de romantisme.

Ce sont juste les deux faces du même problème.

Ni l’un ni l’autre n’est sain pour vivre une vie épanouie.

Et les deux sont une forme d’échappatoire, une forme de contournement immature.

Avec l’excès de romantisme tu échappes au vide et au négatif de ta vie à travers la projection de positif sur une personne.

Avec l’absence de romantisme, tu échappes au négatif à travers la suppression de toute possibilité d'en ressentir.

Et ce refus systématique de s’engager dans une relation intime est en fait profondément immature.

“L'acceptation” de la nature de la femme par les pro-Red Pill (“toutes les femmes sont comme ça”) est en fait une façon détournée de renier leur rôle dans la construction relationnelle de la réalité.

Toute “défaillance” de la femme au niveau relationnel devient une excuse imparable pour justifier l’idéologie : il ne faut pas chercher, il n'y a rien à faire, toutes les filles sont comme ça, elles sont incapables d’amour, elles n’aiment jamais vraiment, etc.

Si la fille est banale et n’a rien de spécial, c’est normal.

Encore une fois, la Red Pill devient une prophétie auto-réalisatrice… parce qu'elle est implicitement taillée pour devenir une prophétie auto-réalisatrice (pratique!).

Pour plus d’informations sur ça je vous parlais de ce vicieux mécanisme de contournement dans l'épisode 254.

Sur ce, on continue la liste des bons et mauvais points de la Red Pill dans le prochain épisode !


Maîtrisez votre esprit, développez votre conscience, élevez votre existence !

S'ABONNER AUX VIDÉOS