Le 19/12/2020

Comment être régulier ? Les 5 ingrédients de la régularité

Comment être régulier ? Les 5 ingrédients de la régularité
La régularité est un concept qui est assez détaché et même opposé du concept de l'habitude automatique. C'est beaucoup plus proche de ces 5 concepts : l'organisation, la discipline, la motivation, la non-résistance et la potentialisation.

Bonjour et bienvenue,

c'est Bertrand de la Fondation MAGister,

l'École des Héros du Monde Réel.

Pour le quatrième épisode de la série sur les habitudes.

À la fin du dernier épisode, je vous disais que la vérité, c'est qu'être régulier dans les efforts, c'est ça qui va vous faire avancer et progresser dans la vie.

Et non le fait de transformer vos routines en habitudes complètement automatiques.

...

Car encore une fois les comportements qui demandent le plus d'efforts ne peuvent pas être transformés en habitudes.

Et encore une fois au niveau du développement personnel, les comportements qui demandent le plus d'efforts, ce sont souvent ceux qui vous vous faire avancer.

Du coup la régularité dont il est question, eh bien c'est un concept qui est assez détaché et même opposé du concept de l'habitude automatique.

C'est beaucoup plus proche de ces 5 concepts : l'organisation, la discipline, la motivation, la non-résistance et la potentialisation.

Je répète : l'organisation, la discipline, la motivation, la non-résistance et la potentialisation.

...

L'organisation

L'organisation on peut la diviser en deux choses : 1 / la sélection, c'est à dire prioriser et sélectionner les routines importantes que l'on va garder et sur lesquelles on va concentrer notre énergie et notre temps.

2 / la répartition, c'est à dire s'assurer que l'on ne va pas oublier certaines choses que l'on doit faire.

Garder un recul stratégique et attentif sur le remplissage de notre temps.

Ne pas laisser le remplissage de nos journées se faire au petit bonheur la chance.

Mettre en place des systèmes qui vont stimuler la dynamique d'activation que l'on veut avoir.

L'organisation demande beaucoup de réflexion et d'anticipation consciente pour identifier ce qui est important, car ce n'est pas forcément évident.

Donc ce n'est pas du tout quelque chose d'automatique, au contraire.

Même si ça permet la régularité, c'est à l'opposé des habitudes.

...

La discipline 

Ensuite on passe à la discipline.

La discipline elle permet tout simplement de tenir notre organisation et de laisser tomber tous les autres trucs qui pourraient prendre notre temps et notre énergie,

parce qu'on n'a pas le temps et l'énergie pour tout faire.

Et un aspect important de la discipline c'est justement de casser les mauvaises habitudes.

Notamment quand elles se lancent.

Par exemple il se peut que dans la journée,

vous commencez à vous engager dans une mauvaise habitude par automatisme,

et que vous vous rattrapez avant que ce ne soit trop tard,

pour rediriger votre engagement dans quelque chose que vous voulez vraiment faire.

Ce n'est pas forcément évident de casser l'inertie d'une mauvaise habitude qui se lance et de contre-braquer.

Ça demande de la discipline et du self-contrôle.

Du coup avec cet exemple je n'ai pas besoin de vous expliquer que la discipline c'est quelque chose qui va plutôt à l'opposé des habitudes automatiques.

...

Une précision importante : l'organisation c'est ce qui permet de dire "non" à certaines options au niveau stratégique. 

C'est ce qui permet de réduire les options disponibles en amont, de manière planifiée.

La discipline c'est ce qui permet de dire "non" à certaines options au niveau opérationnel, au niveau de l'instant présent.

C'est ce qui permet de réduire les options disponibles ici et maintenant.

Quand on discipline un chien, on ne le pousse pas à faire quelque chose.

On lui dit "non" tant qu'il ne fait pas ce qu'on lui a demandé.

Et ainsi donc, contrairement aux idées reçues, la discipline n'est pas ce qui nous pousse à faire certaines choses.

Non la discipline la seule chose qu'elle pousse ce sont les options indésirables qu'on ne doit pas faire.

Elle les écarte de nous.

En ce sens la discipline est très similaire à la méditation de concentration classique.

La discipline laisse de l'espace présent à certaines options pour exister, et elle empêche cet espace présent de se faire envahir par autre chose.

Mais j'insiste la discipline n'est pas ce qui nous pousse à faire ces options,

la discipline laisse juste de l'espace présent à ces options pour exister, sans les pousser.

Si vous voulez quand on se discipline on ne se pousse pas, mais on ne se laisse pas le choix.

On ne se laisse pas d'alternative.

Ce qui est la raison pour laquelle en général, on ne démarre pas quelque chose pour lequel on s'est discipliné de manière vivace.

On est plutôt en mode "bon ben merde, maintenant faut y aller."

Comme s'il y avait un temps de latence entre le moment où on utilise la discipline et le moment où notre engagement démarre.

Ce qui met d'autant plus en évidence que la discipline n'est pas ce qui nous pousse à faire une activité mais ce qui nous met seul (dans le présent) face à la possibilité de faire cette activité.

Et une fois qu'on est seul face à cette possibilité, au bout d'un moment on se lance.

Vous allez mieux comprendre toute à l'heure pourquoi j'insiste sur cette nuance.

...

La motivation pour être régulier

Bref, et enfin après l'organisation et la discipline qui contribuent à la bonne régularité,

on a la gestion de la motivation, la non-résistance et la potentialisation,

qui quant à elles permettent d'inspirer et d'automatiser les efforts,

et de se sentir bien à faire les efforts, de les rendre plus transparents.

Ce qui là aussi est très différent des habitudes automatiques.

Il ne faut pas les confondre, et je vais vous expliquer plus tard pourquoi.

Si la discipline c'est ce qui permet de dire "non" dans l'instant présent,

la motivation, la non-résistance et la potentialisation, c'est ce qui permet de dire "oui" dans l'instant présent.

Et plus loin je vais vous expliquer les nuances entre ces concepts.

...

Je sais ce que certains d'entre vous vont penser "Hein, quoi ? La gestion de la motivation pour être régulier ?

Mais j'ai entendu dire que la motivation ce n'était pas nécessaire pour avancer et que de toute façon on ne pouvait pas compter sur la motivation, parce que la motivation ça va ça vient"

...

J'ai déjà fait des vidéos à ce propos pour expliquer en quoi c'est du gros bullshit,

je vous les met en dessous en commentaire.

Épisodes 224, 225 et 226.

Pour résumer, la motivation c'est une sorte d'énergie.

Dire que la motivation n'est pas importante pour avancer dans sa vie, revient à dire que notre énergie n'est pas importante pour avancer dans notre vie.

Ce qui est ridicule et potentiellement contre-productif, car ça incite à ne pas se soucier de nos problèmes d'énergie,

alors que résoudre nos problèmes d'énergie c'est un levier de Pareto.

Les 20% qui te rapportent 80% des résultats.

Améliorer son énergie c'est en plein là dedans,

car améliorer son énergie c'est améliorer l'infrastructure de ta productivité.

...

Donc la motivation est une sorte d'énergie,

et comme toute énergie, le niveau que tu as et où elle va, c'est lié à ton état physiologique et psychologique.

Cette idée de la motivation qui va et qui vient au hasard,

c'est du gros bullshit répété par des gens qui n'ont pas réfléchi plus que ça à la question,

et qui trouvent ça cool et badass de dire que la motivation ça ne sert à rien,

parce que ça te fait paraître pour un dur.

...

En réalité la motivation est un de tes meilleurs alliés pour être régulier,

et se priver de plus de motivation c'est se priver inutilement d'un grand avantage.

Également, oui la motivation fluctue, mais contrairement à ce qui est dit, 

les fluctuations de motivation sont en fait très prévisibles si tu comprends les paramètres qui la modulent.

La seule raison pour laquelle les gens pensent que les fluctuations de motivation sont hasardeuses,

c'est parce qu'ils sont trop inconscients des causes qui conditionnent indirectement ces fluctuations.

Ils sont un peu comme nos ancêtres qui pensaient que la météo du jour était magique et hasardeuse, parce qu'ils ne comprenaient rien au fonctionnement de la météo, ne serait-ce que le principe des saisons.

Mais ne vous méprenez pas, avec de l'éducation, de l'observation et de l'analyse consciencieuse de notre mode vie,

on peut apprendre à devenir beaucoup plus conscient de nos fluctuations de motivation,

on peut les comprendre et les anticiper.

Il n'y a pas de hasard, jute de la complexité qui échappe à notre conscience et qui donne l'impression de hasard.

C'est ce que je vous disais dans l'épisode 209.

On utilise le terme de hasard pour parler de phénomènes que l'on ne peut pas prédire consciemment avec les capacités et les connaissances dont on dispose.

Mais si nos capacités et nos connaissances étaient infinies, on pourrait absolument tout prédire.

Donc le concept de hasard existe seulement à un niveau relatif, étant donné nos limites.

...

Bref pour en revenir à la motivation,

si tes niveaux de motivation ne sont pas super bons et pas super stables, c'est un très mauvais indicateur, et il ne faut pas que tu l'ignores, il faut que tu fasses quelque chose. 

C'est un indicateur qu'il y a quelque chose qui t'échappes et que tu dois comprendre.

C'est un indicateur que ton état n'est pas bon et/ou qu'il y a quelque chose qui cloche dans ton mode de vie.

Ça peut être sur le bas niveau, c'est à dire vis-à-vis de tout ce qui est plus physiologique, l'alimentation, l'exercice physique, le sommeil, le soleil, les inflammations, les rythmes circadiens, les carences de micro-nutriments, etc

ou sur le haut-niveau, c'est à dire vis-à-vis de tout ce qui est plus psychologique, les projets, les intérêts, les perspectives futures, les relations, les distractions, etc.

Et ce serait stupide d'essayer de te forcer d'avancer dans cet état sans régler les problèmes qui causent ce manque de motivation.

Vraiment stupide.

On peut cultiver ses niveaux de motivation, ce n'est pas du tout hasardeux,

ça demande juste une investigation continue, profonde et sérieuse de tous les paramètres de notre vie,

ça demande une intention de comprendre nos fluctuations de motivation et de ne pas laisser passer une fluctuation sans essayer d'en comprendre les causes.

...

Dépression et motivation

Bref, pour comprendre à quel point la motivation est à la fois importante et contrôlable,

il suffit d'étudier un minimum la dépression, qui est grosso-modo un état de démotivation chronique dans lequel tout est difficile.

Je veux dire c'est hyper-logique : si on peut se retrouver dans un état où tout est plus difficile que d'habitude,

ça veut dire qu'on peut se retrouver dans un état où tout est plus facile et naturel que d'habitude.

Et négliger cette possibilité est vraiment une énorme erreur de stratégie.

Rien que de l'inflammation non gérée peut saper votre motivation ou tout du moins la rendre hyper instable,

et à partir de là bonne chance pour être régulier, peu importe vos convictions, ça va être un gros challenge.

Parce que quand tu es inflammé, ton organisme se met en mode repli en gros,

tu as envie de te désengager de la vie,

et ça devient à contre-courant de faire des efforts,

ton corps est lourd et flasque, il te pousse à freiner pour se soigner.

C'est d'ailleurs pour ça qu'on dort plus quand notre terrain est beaucoup inflammé,

et qu'on dort moins quand on est peu inflammé.

Notre corps cherche à se restaurer proportionnellement au travail de restauration qu'il a à faire,

si le processus de restauration n'est toujours pas fini au bout de 6h de sommeil alors tu vas naturellement continuer à dormir et ne pas te réveiller, et quand tu vas te réveiller deux ou trois heures après tu vas avoir limite envie de te rendormir, ou tout du moins de rester dans le lit.

Alors que si le processus de réparation est fini au bout de 6h, magie, tu vas te réveiller naturellement, et ça sera quasiment impossible de rester dans le lit, tu auras envie de sortir.

Bref quand tu es inflammé la régularité des efforts sera un challenge, tu n'auras qu'une envie c'est de te reposer ou de faire des activités passives comme de regarder des séries télé.

Inversement quand les inflammations sont corrigées, par exemple en jeunant ou en prenant de la cistéine,

tu te sens léger et énergique, tu n'as qu'une seule envie c'est de passer à l'action et de bouger.

Ça devient contre courant de ne rien faire.

Tu as envie de t'engager avec la vie et d'attaquer de nouvelles activités à pleine dents.

Et ça c'est un avantage qui n'a pas de prix pour être aisément régulier à faire des choses difficiles.

Améliorer sa motivation c'est améliorer l'infrastructure pour être régulier à faire ce qui demande des efforts.

...

Sur ce on continue de parler des confusions à propos de la motivation et de la régularité dans le prochain épisode !


Maîtrisez votre esprit, développez votre conscience, élevez votre existence !

S'ABONNER AUX VIDÉOS