Le 24/08/2020

Apprendre à mieux gérer l'incertitude #0249



Plus tu es ouvert d'esprit plus tu vas subir de perturbations dans tes engagements. Plus tu es encapsulé dans ta réalité virtuelle plus tu vas rester engagé sans subir de perturbations.

Comme je vous le disais dans l'épisode précédent,

la complexité et le manque de direction claire c'est stressant pour l'esprit.

Quand on ne sait pas quelle est la bonne option sur laquelle s'engager et qu'on trouve des doutes partout, c'est de la torture mentale sur le court terme…

Même si paradoxalement c'est une clé essentielle à l'évolution à long terme.

Un esprit trop fermé et sûr de sa vision du monde ne va certes jamais avoir de crises existentielles,

mais d'un autre côté il ne va jamais évoluer et va tourner en rond toute sa vie.

Autrement dit pour pouvoir évoluer sur le long terme il faut forcément passer par des crises existentielles, c'est à dire phases temporaires où on se sent vraiment mal et confus, où des éléments viennent tout boulverser.

Si vous y pensez les pires phases de votre vie ont probablement été des phases dans lesquelles vous n'aviez pas de direction claire,

ou pire, des phases où vous aviez perdu votre direction.

Des phases où vous vous sentiez perdus, des phases de transition durant lesquelles l'organisation de votre vie était chamboulée, et où cela vous causait une certaine forme de détresse.

...

Personnellement je trouve ça vraiment fascinant de me rendre compte que dans ma vie,

les phases où je me sens mal sont souvent des phases où de nouvelles options rentrent dans l'équation et annoncent des possibilités de changement à venir.

Pas forcément des changements à venir, juste des possibilités.

Et y compris si ces possibilités sont positives.

Un peu comme des nuages qui viennent brouiller le champ de vision du futur.

Même si ces options me promettent d'avoir de meilleurs résultats et de faire évoluer ma vie,

ça crée beaucoup d'inconfort et de désorganisation quand ça arrive.

On peut se demander mais pourquoi donc si c'est des possibilités positives ?

Eh bien parce que d'une certaine manière, ces nouvelles options, mêmes si elles sont positives,

elle sont une négation des options dans lesquelles j'étais engagé jusque là.

...

Imaginez qu'on amène à un gamin un jeu-vidéo pour s'amuser.

On le laisse jouer tranquillement avec pendant 30 minutes, il est immergé dans le jeu, il s'amuse, il est pris dans un flow.

Puis imaginez que pendant qu'il joue, on amène de nouveaux jeux juste à côté sur d'autres écrans.

Est-ce que le gamin va rester tranquille et continuer à jouer immergé dans l'ancien jeu ?

Non, son engagement dans l'ancien jeu va être perturbé par les nouveaux jeux,

il va être intrigué et vouloir aller les essayer et jouer avec.

...

La logique est la même quand de nouvelles options rentrent dans l'équation de notre vie.

Quand ça nous arrive, ça nous sort de notre aveuglement et de notre encapsulation.

Ça nous fait perdre la certitude qu'on avait dans nos routines et dans nos engagements.

Ça crée des remises en question, notamment au niveau du sens et des valeurs qui nous animent.

Ça nous confronte à cette idée qu'on est peut-être pas dans la meilleure voie

et que peut-être que depuis tout ce temps on se trompait et on perdait notre temps.

Et c'est difficile de continuer d'avancer avec assurance,

quand on suspecte que peut-être qu'on se trompe.

Ce sentiment d'absurde, ça désengage l'esprit.

Ça te coupe dans ton élan.

Ça te vole de ton énergie.

Ça enfonce la pédale de frein.

...

Et dans ces conditions qand ça m'arrive, c'est comme s'il y avait une partie de moi qui regrettait de ne plus être dans l'ignorance.

Une partie de moi qui préférait la routine d'avant quand j'avançais avec certitude et que je n'étais pas au courant de ces options et que je n'avais pas besoin de les considérer.

Mais maintenant je suis obligé de les considérer, je ne peux pas continuer comme avant et faire comme si elles n'existaient pas, et ça crée du stress.

Typiquement dans ce genre de phases ma capacité de concentration et mon flow en prennent un gros coup et il y a beaucoup de choses qui se cassent temporairement la gueule dans mes routines parce qu'elles n'ont plus autant de sens qu'avant,

elles ont un goût absurde.

Et l'absurdité est comme un frein pour l'esprit.

Le sens de ce qu'on fait est ce qui crée la stabilité de notre engagement dans ce qu'on fait.

Quand le sens de ce qu'on fait est remis en question, on entre dans une forme de déprime et de léthargie.

Comme si le moteur avait subitement disparu.

On se dit à quoi bon.

Et cette désorganisation a des effets en cascade, je deviens beaucoup plus émotionnel, je régresse, comme si plus rien n'avait d'importance et que tout pouvait être remis en question.

...

Et c'est de prendre conscience de ce schéma dans ma vie qui a fini par me faire rendre compte de ce que je vous disais dans l'épisode 229.

À savoir que l'ouverture d'esprit crée de l'instabilité et donc qu'elle n'est pas gratuite du tout.

Quand tu es ouvert d'esprit tu es forcé d'évoluer et de subir ce genre de phases de détresse ou tout le sens de la vie s'écroule et tu perds ton élan.

Parce que ton élan était propulsé par ton ignorance passée.

C'est la grande contrepartie de l'ouverture d'esprit.

Une personne qui est fermée d'esprit et bien verouillée mentalement, elle est beaucoup plus stable énergétiquement.

L'ouverture ça met des perturbations sur ta route.

...

Pour reprendre l'image de toute à l'heure.

Imaginez qu'on amène à un gamin un jeu-vidéo pour s'amuser.

Avant de le laisser jouer tranquille, on lui met un casque qui l'empêche de percevoir ce qu'il y a sur les côtés,

de telle sorte à ce qu'il ne peut percevoir que ce qui est devant lui.

Puis on le laisse jouer tranquillement avec le jeu pendant 30 minutes,

il s'immerge dedans, il s'amuse, il est pris dans un flow.

Ensuite comme toute à l'heure, imaginez que pendant qu'il joue, on amène de nouveaux jeux juste à côté sur d'autres écrans.

Est-ce que le gamin va rester tranquille et continuer à jouer immergé dans l'ancien jeu ?

Eh bien cette fois oui parce qu'étant donné qu'il ne perçoit que ce qui est devant lui,

il ne va pas voir les autres jeux sur les côtés.

Son champ de vision est trop fermé, et donc il va resté immergé et engagé dans le premier jeu.

Et bien sûr on peut faire la même métaphore avec un casque de réalité virtuelle.

...

Plus tu es ouvert d'esprit plus tu vas subir de perturbations dans tes engagements.

Plus tu es encapsulé dans ta réalité virtuelle plus tu vas rester engagé sans subir de perturbations.

...

Encore une fois, une personne qui est fermée d'esprit et bien verouillée mentalement, elle est beaucoup plus stable énergétiquement.

Je veux dire, beaucoup de personnes restent des décennies entières enracinées dans les mêmes options, dans les mêmes relations et dans les mêmes routines.

D'une certaine manière ils subissent beaucoup moins de troubles intérieurs grâce à leur fermeture.

Ils vivent dans leur petit monde, dans la béatitude de l'ignorance.

Et donc pour leur propre stabilité et pour la stabilité de la culture et de la société,

c'est logique que la plupart des esprits soient relativement fermés par défaut,

de telle sorte à vivre encapsulé dans leur réalité virtuelle et ne percevoir que leur petit jeu.

D'un point de vue écosystémique la proportion d'individus ouverts d'esprit ne peut pas être trop élevée, sans ça, ce serait le chaos.

Tout le monde remettrait en question son travail, n'arriverait pas être productif, aurait une durée de vie très courte sur un poste avant d'en changer, etc.

Pareil pour les relations.

...

C'est d'ailleurs la même raison pour laquelle la plupart des gens sont très peu curieux.

La curiosité élevée a un coût énorme sur la vie d'un individu.

C'est une sorte de fardeau qui oblige l'individu à tout comprendre.

Un peu comme une bête insatiable.

La plupart des personnes que j'ai rencontré qui étaient très curieuses, qui se posaient beaucoup de questions, qui réfléchissaient à tout,

leur curiosité prenait tellement de place et de temps qu'elles ont du développer leur vie autour,

comme si elles avaient eu un enfant handicapé.

Elles n'avait plus le temps pour d'autres choses.

Et elles ne pouvaient pas couper leur curiosité, ça faisait partie d'elles.

...

Et donc une curiosité trop développée empêche l'organisme d'avoir les ressources et le sens des priorités pour effectuer certains rôles dans la société.

Autrement dit certains rôles nécessaires au fonctionnement de la société requièrent de ne pas être trop curieux.

...

Bref pour en revenir à l'ouverture,

ne croyez pas non plus que c'est quelque chose de fixe et statique,

et que si vous êtes une personne ouverte d'esprit alors vous êtes condamné à subir des perturbations dans votre engagement.

Non, pas du tout.

Comme je vous l'expliquais dans l'épisode 73,

notre ouverture d'esprit est dynamique.

Investir dans quelque chose a tendance à nous fermer, à nous faire développer des certitudes, et nous rendre aveugle.

Plus tu investis dans quelque chose, plus tu vas te fermer aux autres possibilités.

La raison pour laquelle on peut tellement aimer ce qu'on fait qu'on peut y consacrer sa vie sans regarder ailleurs comme une foutue girouette.

La raison pour laquelle on peut tellement aimer une personne qu'on n'a aucune envie d'aller chercher notre bonheur ailleurs,

et que l'on peut défendre cette personne envers et contre tout.

La raison pour laquelle on abandonne pas à la moindre évidence que l'on devrait.

Autrement dit la raison pour laquelle on peut être des individus relativement stables, loyaux, persévérants, aptes à construire quelque chose sur la durée.

C'est grâce à l'aveuglement qui suit notre investissement.

S'il y a de la valeur à trouver et à développer dans ce dans quoi tu investis,

tu as beaucoup plus de chances de la trouver et de la développer si ton investissement t'aveugle.

C'est pour ça que souvent au début, il faut se forcer à investir malgré le manque de certitude.

La certitude viendra avec le temps.

...

Mais cela dit il ne faut pas complètement résister aux phases d'ouverture et au conflit intérieur et à la remise en question qui vont avec.

Il faut apprendre à les accepter et les laisser être.

En apprenant à les accepter et les laisser être,

leurs effets négatifs deviennent beaucoup plus légers.

Elles nous parasitent beaucoup moins et ne nous empêchent plus d'être serein.

Apprendre à les accepter passe par la reconnaissance de deux choses.

1 / la reconnaissance que ces phases sont temporaires.

Et 2 / comme je vous l'expliquais dans l'épisode 158,

la reconnaissance qu'éventuellement ces phases permettent de trouver sa voie idéale dans le monde.

...

D'une certaine manière, il s'agit de faire de l'incertitude une certitude.

Afin d'avoir de la certitude dans l'incertitude.

Avoir la certitude que oui, forcément il existe d'autres options intéressantes que celles sur lesquelles on est engagé en ce moment.

La certitude que oui, forcément on n'a pas la certitude absolue d'être sur les meilleures options.

Mais que ça ne veut pas dire pour autant que l'on doit reconsidérer et changer les options sur lesquelles on est engagé en ce moment.

Car une bonne partie de ce qui fait que les options et les décisions sont bonnes, c'est ce qu'on en fait.

L'engagement qu'on met dedans.

D'une certaine manière en ne s'arrêtant pas sur une option, on rend toutes les options mauvaises.

...

Accepter l'incertitude c'est donc aussi la relativiser.

Quand l'incertitude ré-émerge dans notre vie, se dire "ok on est reparti pour un tour".

Si vous voulez il faut voir ce qui nous arrive de loin, comme un observateur.

Il faut en avoir une perspective à la troisième personne,

pour accompagner la perspective à la première personne qui elle est plus émotionnelle.

Il faut voir les phases d'incertitude comme quelque chose de complètement impersonnel et de parfaitement normal.

Comme des sortes de passages dans des tunnels bizarres, qu'on pourrait appeler des anti-tunnels.

Dans le sens où au niveau de la vie mentale, ce qui se passe sur la route c'est un peu l'inverse de ce qui se passe en voiture.

En voiture la plupart du temps on roule à ciel ouvert, et de temps en temps on passe dans des tunnels dans lesquels on est temporairement enfermés et encapsulés.

Au niveau de la vie mentale c'est l'inverse. 

La plupart du temps on avance encapsulés dans des tunnels,

et de temps en temps on passe dans des anti-tunnels dans lesquels tout est temporairement ouvert, on est submergé par les options,

et on doit trouver l'entrée d'un tunnel dans lequel se placer.

Mais le truc c'est que de la même manière que les tunnels en voiture ne sont que des passages temporaires dans lesquels on rentre et on sort relativement rapidement,

eh bien ces anti-tunnels de la vie sont également des passages temporaires.

La vie finit par revenir dans un tunnel classique et confortable.

Autrement dit, subjectivment , on peut vivre le passage dans ces anti-tunnels exactement comme des passages dans des tunnels.


...

Une des raisons pour lesquelles à un moment donné dans leur vie,

beaucoup de personnes trouvent une voie qui leur correspond vraiment vraiment bien,

c'est parce qu'elles en ont essayé et quitté d'autres.

Si elles étaient resté coincé, la voie ultime n'aurait jamais pu arriver.

Sur le long terme ce n'est pas un problème de considérer les options, au contraire.

Quand on abandonne une voie pour en essayer une autre,

et que l'on répète pendant assez longtemps ce schéma de dériver d'une voie à l'autre sans jamais vraiment se fixer,

il ne faut pas se dire que c'est parce qu'on a un problème de persévarance et de dédication, qu'on est une girouette et qu'on est incapable de s'investir et de se fixer sur la même voie sur la durée.

Non.

Notre manque de colle est probablement conjoncturel,

dans le sens où c'est encore le début de la vie

on a vraiment pas encore trouvé ce qui nous correspondait,

on est incertain de nos engagements.

Mais une fois qu'on aura trouvé une bonne voie,

on développera naturellement de la certitude,

et ces problèmes de manque de colle disparaîtront.

...

Ensuite il faut réaliser qu'on est peut-être différent et qu'on est fait pour papillonner durant notre vie.

Certaines personnes ont besoin plus que d'autres de voyager à travers les domaines.

Notre personnalité est certes loin d'être inchangeable mais malgré tout on a quand même des prédispositions.

Rester toute sa vie dans un même domaine pour certaines personnes, ça va être de la torture.

...

Et ne croyez pas que ça va empêcher ces personnes de construire de grandes choses.

Bien au contraire, c'est souvent la marque des grands innovateurs d'avoir une variété d'expériences et d'intérêts à leur actif.

L'ouverture ça fait engranger de l'expérience et du développement.

Il faut juste savoir se fermer et se verrouiller temporairement pour avancer correctement.

Autrement dit il faut savoir être à fond sur quelque chose quand on est sur quelque chose.

Car cette fermeture là aussi, elle fait engranger de l'expérience et du développement.

Ouverture de fond, fermeture de premier plan.

Ouverture globale, fermeture locale.

...


Sur ce, si cet épisode vous a intéressé je vous conseille vraiment les épisodes 73 et 158 pour approfondir,

ainsi que l'épisode 154 sur le déchirement et la synthèse du tissu de réalité.


Je vous invite également à rejoindre le Discord de la Fondation MAGister pour prendre part à des discussions sur les différents aspects du développement.

Quoi qu'il en soit je vous remercie de m'avoir écouté jusqu'au bout,

et je vous dis à très bientôt pour la prochaine vidéo,

Ciao.


>> Épisode suivant : Transformer un petit avantage en gigantesque atout #0250

<< Épisode précédent : "La vie est injuste !" Le virus mental de la dévalorisation de l'effort (et comment le contrer) #0248

Maîtrisez votre esprit, développez votre conscience, élevez votre existence !

S'ABONNER AUX VIDÉOS