Le 10/09/2020

La réalité : une langue maternelle insoupçonnée

Quelques clés pour mieux cerner l'éveil spirituel en faisant le lien avec notre langue maternelle.

Matrice Réalité Conscience Langue Langage

Chaque langue (anglais, français, espagnol, etc) est un paradigme de communication, ou un système de communication, ou encore une façon codifiée de communiquer si vous préférez.

Mais étant enfant, nous n'avons pas explicitement appris notre langue maternelle comme un système de communication.

En fait à notre entrée dans le monde, étant donné que tout le monde autour de nous parlait la même langue particulière, étant donné que tous les programmes télévisés, les livres, etc, étaient faits dans cette langue, notre cerveau n'a eu d'autre choix que de se caler sur cette langue lui aussi.

L'environnement dans lequel nous étions situé était façonné pour cette langue.

Et donc étant donné toutes les contraintes et les stimulations associées à cette langue,

nous n'avions d'autre choix que d'apprendre et d'utiliser cette langue nous aussi.

Et donc de devenir nous-mêmes un agent perpétuateur de cette langue, un agent qui par sa propre utilisation de ce paradigme de communication allait indirectement influencer les autres à utiliser ce paradigme, et notamment les générations futures.

Et notre participation à cette perpétuation s'est faite naturellement, sans plan, ni intention.

C'est davantage quelque chose qui nous est arrivé, que quelque chose que l'on a fait ou entrepris.

Nous nous sommes simplement inconsciemment coordonnés avec les contraintes et les stimulations de notre environnement, et par cette coordination nous avons perpétué un système de communication.

Tout ça de manière implicite, dans le sens où nous n'avons jamais explicitement cherché à nous coordonner et encore moins à perpétuer ce système de communication qu'est notre langue maternelle.

En fait pour notre cerveau bébé notre langue maternelle n'existait pas, elle était simplement sous-entendue dans les stimulations qu'il reçevait et reproduisait.

La langue en elle-même, c'est à dire le système de communication qui relie toutes ces stimulations, n'était ni conceptualisée ni considérée.

Autrement dit l'influence de la langue maternelle est présente et fait son effet avant même que notre cerveau ne réalise que cette langue existe.

Et je dirais même avant même qu'il ne soupçonne son existence.

Et en y réfléchissant ainsi, il devient évident qu'il est virtiuellement impossible pour un individu qui arrive dans ce monde d'échapper à l'influence pervasive et insoupçonnée de sa langue maternelle.

Si encore on pouvait soupçonner son existence, mais non.

On ne peut pas agir contre quelque chose dont on ne soupçonne pas l'existence.

Un langage plus global… et plus insoupçonné encore

Et là où je veux en venir c'est qu'en fait, ce schéma se reproduit à une échelle plus globale, caché en plein jour.

Matrice Perception Existentielle Réalité Conscience

La quasi-totalité des êtres humains sont en effet sous l'influence d'un langage dont ils ne soupçonnent pas l'existence, et ce depuis le début de leur propre existence.

Ce langage, c'est grosso-modo ce qu'ils appellent la réalité.

Cette réalité composée d'objets, d'individus, de dualités (ombre/lumière, bien/mal, ...), de séparations, de temps, d'espace, etc.

La plupart d'entre nous ne considèrent pas ça comme un langage, mais comme ce qui est.

Comme ce qui est vraiment.

Considérer ça comme un langage semble absurde et ridicule.

Mais au fond... est-ce vraiment si ridicule ?

Pourquoi tous les "codes" de notre réalité ne pourraient-ils pas eux aussi être une sorte de langage maternel insoupçonné qui est ancré dans notre cerveau (à travers la mémoire collective de l'ADN et de la culture) ?

Ce qui empêchent la plupart des gens de penser à ça, et qui les fait trouver l'idée absurde, c'est qu'ils oublient une chose.

La perception de la réalité.

Nous n'accédons jamais à la réalité.

Il y a cet intermédiaire indirect entre "nous" et la réalité.

À savoir, la perception.

Et quand on y réfléchit un peu il devient déjà plus facile de  considérer notre mode de perception de la réalité (et tous ses codes) comme un langage global, multimodal et abstrait sur lequel est calibré notre esprit et qu’il utilise pour lire la réalité (même si pour le coup les termes construire et créer sont plus adaptés).

Un type de langage global, multimodal et abstrait que j'appelle une matrice.

...

Cette métaphore de la matrice comme étant le langage de notre esprit est délicieuce d'élégance, car elle permet de comprendre pourquoi par défaut,

tout ce qui a attrait à l'éveil spirituel et donc à la sortie radicale de la matrice maternelle, semble être du "chinois".

Elle permet de comprendre pourquoi notre esprit ne peut rien comprendre à la sortie de la matrice maternelle tant qu'il n'en est pas vraiment bien sorti,

de la même manière qu'il ne peut rien comprendre à une langue dont il ne connait pratiquement rien.

Notre esprit ne peut bien comprendre que les langues qu'il connait déjà bien.

Et encore une fois, vous pouvez imaginer la difficulté pour un individu qui arrive dans ce monde d'échapper à l'influence pervasive et insoupçonnée de sa langue maternelle.

Cela semble virtuellement impossible.

L'éveil de conscience sur notre langue maternelle en tant que langue vient bien après qu'elle nous soit rentrée dans la peau.

Mais le truc c'est que la difficulté d'échapper à l'influence de la matrice maternelle est encore plus grande,

car même parmi les adultes, très peu ont eu un éveil sur l'existence de cette matrice maternelle.

Très peu sont capables de l'identifier et de la contraster avec une matrice radicalement différente.

À ce niveau tout est flou et confondu dans la plupart des esprits, de la même manière que tout ce qui est relatif aux langues est flou et confondu dans l'esprit d'un enfant de 3 ans.

Ce qui explique pourquoi la matrice maternelle prototypique de tous les êtres humains, ce que j'appelle la matrice de la perception existentielle, reste globalement insoupçonnée, cachée en plein jour.

Et au passage la matrice prototypique veut tout simplement dire la matrice "moyenne" qui se recoupe quand on superpose toutes les matrices individuelles.

Cette matrice maternelle prototypique on peut dire que c'est le langage de l'Ego.

Et donc pour résumer, le travail d'éveil spirituel ou "d'illumination" consiste à se détacher de notre langue/matrice maternelle de l'Ego et de découvrir la langue/matrice de Dieu.

Ou dit autrement de se détacher de la mémoire collective illusoire dans laquelle notre existence s'inscrit depuis le début, et donc par extension de se détacher de l'hallucination collective qui en découle.

Et évidémment des troubles et des souffrances qui en découlent ;)

Le mécanisme de stigmergie

Mais avant d'aller plus loin, revenons en à l'apprentissage de notre langue maternelle...

Tout à l'heure je vous disais que quand nous sommes arrivés dans le monde, nous n'avions d'autre choix que d'apprendre et d'utiliser la langue que tout le monde utilisait au sein de notre environnement.

Et donc nous n'avions d'autre choix que de devenir nous-mêmes un agent perpétuateur de cette langue, un agent qui allait indirectement influencer les autres à utiliser ce paradigme de communication, et notamment les générations futures.

Et notre participation à cette perpétuation s'est faite naturellement, sans plan, ni intention.

Nous nous sommes simplement inconsciemment coordonnés avec les contraintes et les stimulations de notre environnement, et par cette coordination nous avons perpétué un système de communication.

Tout ça de manière implicite, dans le sens où nous n'avons jamais explicitement cherché à nous coordonner et encore moins à perpétuer ce système de communication qu'est notre langue maternelle.

Cet apprentissage et cette perpétuation implicites de notre langue maternelle dont je vous parlais, ils relèvent d'une stigmergie.

Le terme "stigmergie" a été introduit par le biologiste français Pierre-Paul Grassé en 1959, en référence au comportement systématique des termites.

Il est vrai qu'il est assez intrigant de se dire que les termites vivent dans des termitières relativement géantes et complexes (un peu comme des sortes de mini-villes à termites) sans vraiment réaliser qu'elles vivent dans ces termitières géantes,

alors même que ce sont elles qui ont construit et réalisé ces termitières, et qui continuent de les maintenir.

Dans les termes du philosophe Daniel Dennett, on a là un bel exemple de compétence remarquable et complexe en l’absence de compréhension.

Ce qui n'est pas sans rappeler cette absence de conceptualisation de la langue maternelle que l'on a déjà commencé à apprendre et perpétuer quand on est un jeune enfant.

...

Pour en revenir à la stigmergie, Pierre-Paul Grassé la définit comme la « stimulation des travailleurs par l'œuvre qu'ils réalisent. »

Il est intéressant de remarquer qu'il y a un côté récursif dans cette définition : c'est l'oeuvre qui stimule le travail de l'oeuvre. 

Autrement dit c'est la création qui donne l'inspiration de créer.

Un peu comme le paradoxe de l'oeuf et de la poule, on ne sait pas trop qui arrive en premier.

Le terme "stigmergie" provient des mots grecs στιγμα (stigma) « marque, signe » et εργον (ergon) « travail, action », exprimant la notion que les actions d'un agent laissent des signes dans l'environnement, signes perçus par lui-même et les autres agents et qui déterminent leurs prochaines actions.

Autrement dit le façonnage de l'environnement effectué par certains individus crée une forme d'inertie qui invite implicitement à la continuité de ce même façonnage par les autres individus.

L'environnement devient alors en quelque sorte une mémoire collective.

Et à partir de là, le système stigmergique se renforce et se perpétue automatiquement et implicitement.

Ce qui caractérise la stigmergie, c'est ce qu'on a vu avec l'exemple de la langue maternelle : la coordination indirecte et implicite (entre des agents, des actions, des projets, des façons de penser, des façons de communiquer, des idéologies, etc).

Et je rajouterais même la coordination inconsciente.

Avec la stigmergie, la coordination n'est jamais planifiée ou même contrôlée.

Les individus se coordonnent implicitement à travers la boucle d'accumulation des effets locaux de leurs interactions au sein de l'environnement partagé.

Cela semble compliqué mais ça ne l'est pas tant que ça.

Par exemple à partir du moment où un individu commence à utiliser un nouveau mot, d'autres individus vont entendre ce mot, et parmi eux il se peut que certains reprennent ce mot, reprises qui vont être entendues par d'autres individus, et ainsi de suite, jusqu'à ce que, par émergence, le mot fasse partie du langage partagé.

Dit de manière plus abstraite, chaque effet local de l'interaction d'un individu va sensiblement influencer les interactions ultérieures d'autres individus.

L'interaction va donner le "ton" pour d'autres interactions.

Puis les effets de ces interactions ultérieures vont à leur tour influencer les interactions d'autres individus, et ainsi de suite, jusqu'à ce que s'installe et s'auto-organise par émergence une stigmergie.

De cette manière, les interactions locales des différents individus se renforcent les unes par dessus les autres, menant naturellement et spontanément à l'émergence d'une activité globale coordonnée et systématique (à savoir une activité qui semble dirigé par un système bien défini).

...

Pour résumer, étant donné que des individus interagissent avec le monde d'une certaine manière,

alors notre cerveau va inconsciement s'inscrire dans cette manière d'interragir.

Et pour en revenir au lien de tout ça avec l'éveil spirituel et la matrice de la perception existentielle (la matrice maternelle prototypique des êtres humains), c'est simple,

il suffit de reprendre l'exemple de notre langue maternelle et de le généraliser à un langage plus abstrait : le langage de la perception de la réalité.

De la même manière que les termites sont sans s'en rendre compte stimulées et guidées par l'oeuvre qu'elles réalisent,

nous sommes sans nous en rendre compte stimulés et guidés par l'oeuvre que nos esprits réalisent : la matrice prototypique de notre réalité partagée, composée d'objets séparés les uns les autres, d'individus (d'Egos), de temps, d'espace, d'événements, d'illusions, de dualités, etc.

Nous sommes tous engagés dans une stigmergie étant donné que chacun de nos esprits contribue à réaliser la réalité partagée.

Nous sommes tous des agents d'une matrice prototypique qui se recoupe à travers nos matrices individuelles.

L'oeuvre que nos esprits réalisent, c'est cette matrice prototypique de la réalité partagée.

Cette matrice étant encore une fois, comme une sorte de langue très globale et abstraite que parle notre cerveau, la langue de l'Ego et de la dualité.

Bref sur ce, si vous voulez une suite parfaite à cet épisode, je vous coneille d'aller (re)voir l'épisode 107.

Dans cet épisode je parlais sans l’expliciter de la stigmergie de la matrice de la perception existentielle.

Et donc avec tout ce que vous avez appris ici, vous allez en avoir un regard différent, très probablement mieux éclairé !


>> Épisode suivant : Introvertis / Extravertis : le mythe de la recharge et de l'épuisement d'énergie #0252

<< Épisode précédent : Les arnaques du développement personnel

Maîtrisez votre esprit, développez votre conscience, élevez votre existence !

S'ABONNER AUX VIDÉOS