Le 18/12/2019
Le Pouvoir des Couilles #0185



Cette force primitive et déraisonnable, on peut l'appeler avoir des couilles, avoir du courage, avoir des tripes, avoir un grain de folie, avoir de l'audace, avoir de la fougue. Peu importe. Ce qui est sûr c'est qu'elle fait la différence.

Bonjour et bienvenue,

C'est Bertrand de la Fondation MAGister,

l'École des Héros du Monde Réel.

...

Pour le quatorizème épisode de la série sur le thème de la reconnaissance, du succès externe, de la patience, de la confiance, de la vision, de la résolution, de l'abondance, de l'audace et de la loi d'attraction.

...

Vous savez quand j'étais plus jeune, j'étais beaucoup plus sauvage que je ne le suis maintenant.

Très très loin de faire des choses intelligentes avec ma vie.

En fait mon plus grand intérêt dans la vie c'était de me battre.

Et je me suis beaucoup battu les soirs dehors contre des trous du cul.

Contre plusieurs à la fois parfois.

...

Et dans ma tête, il n'y avait absolument aucun moyen que je perde.

Ce n'était juste pas envisageable.

...

Et à une période, avant que ces combats ne commencent, je prévenais les types en face de mon plan.

De ma vision.

Je les prévenais que s'ils ne se barraient pas, j'allais leur mettre la misère.

...

Mais bien souvent, c'était pratiquement comme si je n'avais rien dit et qu'ils n'avaient rien entendu.

Les mecs ne percutaient pas vraiment, ils ne donnaient pas de poids à ce que je leur avais annoncé.

Au fond je crois qu'ils n'y croyaient pas et qu'ils me voyaient perdre.

Ils n'anticipaient pas la détermination, la patience et la combativité qu'il y avait en moi.

Ils ne voyaient pas un futur dans lequel ce type qui était en face d'eux pouvaient les défoncer.

Dans leur tête ça ne pouvait pas vraiment marcher.

Et je pense qu'en misant de la sorte sur le futur

ils ne se disaient pas dans leur tête que peut-être qu'ils sont en train de faire une erreur de prédiction

et qu'ils passent à côté de quelque chose.

Non je pense qu'ils se sentaient assez sûrs et réalistes dans leur évaluation.

Parce qu'ils étaient très surpris quand je leur défoncais la gueule.

...

Rétrospectivement je crois que c'est à cette époque que j'ai commencé à réaliser que les gens étaient très nuls pour anticiper le potentiel des autres,

et qu'il ne fallait pas s'y fier.

C'est aussi à cette époque que j'ai commencé à réaliser que tes paroles et tes projets pour le futur ont très peu de pouvoir de conviction sur les autres tant qu'il n'y a rien pour les soutenir derrière.

Surtout quand tu es seul.

J'ai commencé à réaliser qu'en étant un sombre inconnu,

peu importe ce que tu dis et ce que tu projettes,

pratiquement personne n'y prêtera d'attention sérieuse.

Un individu seul n'est juste pas vraiment crédible.

Tu peux dire tout ce que tu veux ça ne changera pas grand chose.

Tu ne peux pas "vendre" un succès à l'avance dans l'esprit des gens juste comme ça s'ils ne te connaissent pas.

...

Les fois où j'ai annoncé avant de se battre ce qui allait se passer,

le moment où les mecs ont commencé à vraiment réaliser ce que je leur avais annoncé,

c'était quand c'était déjà trop tard.

Et qu'il n'y avait plus moyen de réaliser autre chose.

Avant ça, ça ne leur est pas sérieusement venu à l'idée que ça pourrait être vraiment possible.

...

Et on en reparlera bientôt mais en fait c'est un principe assez général.

Le moment où la plupart des gens vont voir votre succès venir dans la vie,

c'est quand vous en serez tellement proche que ça en deviendra évident.

Avant ça, n'y comptez pas trop et ne vous faites pas trop de soucis à ce propos.

Encore une fois les gens sont vraiment de très mauvais voyants.

...

Bref, avec le temps, je me suis rendu compte que

d'un côté comme de l'autre, les paroles étaient toujours inutiles dans ce genre de situations d'embrouilles,

et ça m'a blasé.

Et donc après cette période, 

quand je me suis encore retrouvé dans des embrouilles,

je n'ai même plus cherché à dire un seul mot,

je n'ai même plus cherché à faire comprendre,

je n'ai même plus cherché à laisser parler,

je suis direct passé à l'attaque sans rien dire.

...

Et là les mecs percutaient rapidement bizarrement.

...

Mais vous savez quoi ça m'a beaucoup perturbé à l'époque cette impuissance de la parole.

Le fait que les mecs finissaient par être surpris par un truc que je venais de leur annoncer juste avant.

Dans ma tête ce n'était pas normal, ils auraient du le voir venir.

Comment se fait-il qu'ils ne l'ont pas vu venir alors que je leur est annoncé juste avant ?

...

Ça a commencé à me faire réaliser que ce que j'appelle aujourd'hui les mécanismes d'encapsulation de la conscience,

sont vraiment puissants.

Maintenant avec le recul, j'ai vu de nombreuses fois cet espèce de mur invisible qu'il peut y avoir entre différentes personnes

qui ne peuvent manifestement pas vraiment communiquer ensemble

même si on les laisse parler pendant des heures et des heures et des heures.

Comme si elles étaient bloquées dans des dimensions parallèles qui ne peuvent se toucher.

Donc ça ne me surprend plus maintenant.

...

Mais à l'époque,

j'avais l'impression que les mecs en face c'étaient des robots stupides

tellement il n'y avait aucun moyen de les faire anticiper

et tellement c'était toujours pareil,

la surprise qui venait à la fin, ils n'ont rien vu arriver.

Alors qu'il est arrivé ce que je leur avais dit avant.

...

Je présupposais que normalement je devrais pouvoir les faire anticiper.

Et de ne pas pouvoir, ça me faisait me poser des questions sur la réalité vous savez.

Est-ce qu'il y a une conscience dans leur tête ?

Allo ? Est-ce qu'il y a quelqu'un au bout du fil ?

Est-ce qu'ils comprennent vraiment mes mots ?

...

...

Et vous savez ce qui m'a beaucoup étonné c'est que plus tard,

dans d'autres contextes j'ai eu ce même putain de sentiment.

J'ai contacté des gens pour leur parler de projets,

je les ai rencontré,

et pareil quand je leur parlais de ce que je voulais faire,

je sentais un mur invisible entre eux et moi.

Je voyais dans leurs yeux le même type d'indifférence vis-à-vis de ce que je racontais.

Ils ne m'ont pas pris du tout au sérieux quoi.

Ils ne voyaient pas du tout le truc venir alors même que je leur expliquais justement que ça allait arriver.

J'avais le sentiment déségréable qu'ils ne me comprennaient pas.

Et quand j'insistais pour leur faire comprendre, ils essayaient de me convaincre que ce n'était pas possible.

Ils m'expliquaient gentillement que ça ne marchait pas comme ça le monde.

Que si je suis seul c'est beaucoup trop gros et ambitieux ce que je veux faire,

ce n'est pas réalisable, il faut faire quelque chose de beaucoup plus petit et raisonnable.

Certains me disaient même que quand ils étaient jeunes ils étaient comme moi

et qu'avec l'âge ils ont compris que c'était naïf et ils se sont assagis et ont oublié tout ça.

...

Les premières années où ça m'est arrivé, ça m'énervait et ça m'affectait sérieusement.

Je prenais personnellement leur réaction.

Pour ce qui était des embrouilles et des combats, j'avais beaucoup d'expérience,

dans ma tête je me considérais bien au dessus des gugusses qui se retrouvaient en face de moi,

donc leur indifférence et leur incompréhension avant les combats ça ne m'affectait pas.

Je savais que ça ne voulait rien dire.

Je ne prenais pas ça personnellement, je me disais juste qu'ils étaient trop cons pour anticiper ce qui leur pendait au nez.

J'avais eu à maintes reprises dans le passé la preuve que j'avais été sous-estimé.

Donc il n'y a rien qu'ils pouvaient dire ou faire pour me faire douter.

En fait leur incompréhension était plutôt un bon signe.

...

...

En revanche pour ce qui est de communiquer mes projets, c'était très différent.

J'avais envie d'être compris.

Je me sentais petit vis-à-vis des personnes que je contactais.

Ces personnes avaient déjà une carrière bien établie,

je les considérais comme beaucoup plus avancées que moi dans la vie.

Et donc j'avais envie qu'elles me comprennent.

De mon côté j'avais peu d'expérience en dehors de mon expérience personnelle.

Je ne savais pas vraiment dire si quelqu'un me sous-estimait ou pas.

Et donc je leur accordais du crédit.

Je présupposais que ce qu'elles pensaient de mes projets étaient bien fondé.

Et par conséquent je me disais que si elles ne croient pas à ce que je propose,

c'est sûrement qu'elles ont raison, que je me fais des idées, que je vise trop gros, et que c'est mort.

Je laissais leur réserve m'impacter sérieusement.

...

J'avais préparé et travaillé mes plans depuis super longtemps,

donc c'était une grosse annonce pour moi,

je m'attendais à une grosse réaction avant de la faire.

Et du coup j'étais frustré de leur retenue, c'était froid, ça cassait mon emballement,

je me sentais vraiment seul dans mes délires.

Et franchement au début ça m'est arrivé plusieurs fois de rentrer dépité, démotivé, la queue entre les jambes,

de m'écraser dans mon lit, d'avoir les larmes aux yeux et de m'endormir comme une merde pour oublier tout ça.

Avec ce sentiment qu'il va peut-être falloir que j'abandonne ces projets.

Non pas parce que j'en avais envie,

Non, je n'avais pas envie de les abandonner, c'est ça qui m'exicitait ;

et non pas les projets tous pourris qu'ils me suggéraient à la place.

Non j'avais ce sentiment qu'il allait peut-être falloir que j'abandonne ces projets

parce que personne n'allait jamais les supporter.

...

Ouais ce n'était pas très mature, mais c'est comme ça qu'on apprend à avoir la bonne attitude et à se mettre au dessus de tout ça.

...

Cela dit ça ne m'a jamais arrêté.

...

Et quand ces situations se sont répétées plusieurs fois,

j'ai commencé à connecter les points ensemble et comprendre.

....

Oh. Oooh.

En fait ils n'ont juste pas de couilles.

Leurs doutes sur mes projets ne sont pas fondés du tout.

...

J'ai commencé à réaliser qu'ils réfléchissaient beaucoup trop à la faisabilité et qu'ils n'opéraient pas à partir de cette énergie audacieuse et pré-verbale de laquelle moi j'opérais.

Moi je ne réfléchissais pas du tout autant à ça avant de me lancer dans un projet.

Je réfléchissais beaucoup, ça c'est sûr,

mais après m'être lancé pour trouver comment réussir.

Je laissais ma lancée avoir des réactions en chaînes.

Quand je regarde en arrière je me rends compte que beaucoup de mes développements et évolutions personnelles ont commencé sur un coup de tête qui a eu des conséquences en chaînes sur les années à venir.

J'ai commencé à réaliser que moi aussi si je réfléchissais autant à savoir si c'est possible ou pas avant de me lancer,

je trouverais sûrement des raisons de ne pas y croire et je perdrais le contact avec cette énergie audacieuse et primitive qui me fait avancer et qui propulse mes actions.

Moi de vouloir accomplir quelque chose et d'être prêt à me battre autant qu'il le faut pour ça,

c'était suffisant pour justifier de me lancer.

Je n'avais pas besoin de quelque chose en plus.

Je n'en avais rien à faire de réfléchir en détails à la faisabilité avant de me lancer.

Mais en observant leur approche rationnelle c'est devenu très clair que ce n'était pas leur cas.

Il y avait quelque chose qui clochait, je ne fonctionnais pas pareil qu'eux.

J'ai commencé à réaliser que ce qui me poussait et qui me mettait en mouvement était une forme d'assurance qui n'a rien à voir avec le rationnel.

Une forme d'assurance dont mes interlocuteurs manquaient et qu'ils ne semblaient pas comprendre.

Une fois il y a un de ces interlocuteurs qui m'a demandé mais qu'est-ce qui me faisait croire

que je pouvais prétendre au type de projet auquel je voulais m'atteler sans avoir fait d'études approfondies sur ce sujet.

Et dans ma tête j'avais envie de lui répondre "Mes couilles".

...

Bien sûr ça peut sembler ridicule comme réponse,

et au moment où j'y ai pensé je n'avais pas réfléchi plus que ça au sens que ça pouvait avoir.

Mais en fait il y a une certaine sagesse là dedans.

Beaucoup de gens jouent sur le mauvais plan.

Ils cherchent à trouver une justification élaborée dans leur tête pour se lancer,

alors qu'en fait ça n'a rien à voir, il faut trouver la bonne énergie pour se lancer.

Et cette énergie est quelque chose de primitif et d'émotionnel.

Quelque chose de guerrier.

C'est là que le jeu se joue, pas dans la tête.

D'ailleurs au passage je pense que c'est pour ça que dans tout ce qui est abstinence de la masturbation, l'arrêt de regarder du porno, NoFap, tout ça,

on parle beaucoup de retrouver une énergie qui te donne envie d'attaquer la vie et d'accomplir de grands objectifs.

Ce n'est pas par hasard qu'il y a un lien entre les deux.

Dans les deux cas, il y a cette énergie sexuelle et primitive qui est impliquée.

Quand tu as envie d'accomplir de grands objectifs, d'une certaine manière tu as juste envie de baiser le monde et de libérer cette énergie sexuelle.

À la base, il n'y a pas plus de logique que d'avoir envie de baiser une personne qui t'excite.

Tu en as juste envie c'est tout, tu n'as pas besoin de justification élaborée pour ça.

Au contraire, c'est à travers cette envie que tout va se justifier et se construire derrière.

...

Bien sûr la plupart des gens qui poursuivent de grands projets vous diront que c'est l'inverse, mais ils se bullshitent eux mêmes.

Ils sont trop inconscients pour réaliser les vraies racines de leurs projets.

D'où ils viennent vraiment.

Pourquoi ils font ça.

...

Si on prend du recul on peut se rendre compte qu'en fait,

la vie d'une personne se dessine autour de l'énergie dominante qu'elle a.

Quand tu as une certaine énergie, il y a automatiquement des choses associées à cette energie qui vont se construire autour.

Et par énergie je n'entends pas quelque chose de mystique,

j'entends tout simplement ce que tu ressens dans ton corps.

De m'attaquer à des gros projets, ça réveille cette énergie en moi.

Les petits projets, pas du tout, ça m'ennuie.

...

Bref, petit à petit, j'ai commencé à comprendre qu'eux et moi on utilisait pas le même moteur et pas la même approche pour avancer dans la vie.

J'ai commencé à comprendre qu'en fait leur retenue vis-à-vis de mes projets n'avait rien de personnel.

Ce n'était juste pas des fonceurs.

J'ai commencé à comprendre que la plupart des personnes s'empêchent de voir grand,

que c'est comme une habitude inconsciente chez eux,

et que donc à partir de là elles empêchent toute forme d'émergence de grandeur dans leur existence et dans leur entourage.

Ces mêmes personnes se retrouvent incapables de voir venir la valeur de certaines choses quand elles l'ont sous les yeux,

parce que pour elles c'est impossible que ça puisse commencer comme ça,

aussi simplement.

...

Elles pensent que toute personne qui a réussi à faire de grande choses,

ça devait être assuré et planifié à l'avance pour elle,

elles devaient avoir des preuves sérieuses et rationnelles que ça allait marcher.

...

Pour elles, c'est inenvisageable qu'en fait elles n'avaient aucune assurance de plus qu'eux au début

et qu'elles ont juste suivi leur élan intérieur et cherché l'assurance dans leur tripes.

Pour elles c'est inenvisageable que l'on puisse simplement sauter dans l'action sans chercher à calculer si c'est vraiment possible, et réussir.

Ça sort des règles de leur réalité.


Et ces gens là vont projetter sur vous les prédictions qu'ils feraient s'ils étaient eux à votre place.

S'ils se voient ne pas aller jusqu'au bout, alors ils vous verront ne pas aller jusqu'au bout.

S'ils se voient échouer à votre place, alors ils vous verront échouer.

S'ils voient quelque chose comme impossible dans leur réalité, alors ils le verront impossible dans votre réalité.

...

Ils sont aveuglés par leur propre retenue.

...

En donc en fait, ça m'a fait réaliser que les personnes qui peuvent faire des trucs de fous dans ce monde c'est comme si elles n'étaient pas dans la même réalité que toutes les autres.

Parce que leur esprit entrevoit et embrasse des possibilités qui sont invisibles ou invraisemblables pour les autres.

Des possibilités que pratiquement tout le monde filtrent et s'empêchent de considérer presque inconsciemment.

...

...

Se laisser porter par son élan intérieur,

aller de l'avant sans se mettre de freins

agir avec assurance malgré l'incertitude,

faire preuve de force face à la difficulté,

s'élever face au défi, rentrer dans le feu sans réfléchir, attaquer la vie à pleine dents, se permettre de croire à une grande vision, envoyer se faire foutre les limitations et le manque de support, puiser sa confiance indépendamment de la raison.

On peut appeler ça avoir des couilles, avoir du courage, avoir des tripes, avoir un grain de folie, avoir de l'audace, avoir de la fougue.

Peu importe.

Ce dont je suis sûr c'est que certaines personnes ne l'ont pas.

Ou tout du moins ne l'ont pas cultivé.

Et ces personnes ne réaliseront jamais le pouvoir que ça a.

Ce qui est pourquoi personnellement, à chaque fois qu'une personne émet des objections vis-à-vis de mon engouement,

avant d'accorder du crédit à son opinion

j'attends de voir si ce n'est pas une attitude générale de sa part de reculer, de se retenir et de s'écraser.

J'attends de voir ce qu'elle a dans le ventre, quelle énergie dirige sa vie.

Parce que si elle n'a rien dans le ventre, elle ne peut juste pas comprendre ce qui est possible.

Elle vit trop sur la retenue pour ça.

Elle n'est pas assez fougueuse et aggressive.

Elle se laisse trop faire.

...

Ce dont je suis sûr également, c'est que ce pouvoir moteur m'a beaucoup apporté dans la vie.

Pas forcément de manière directe, mais de manière indirecte par les réactions en chaîne que ça a eu.

Je dirais qu'il faut avant tout voir ça comme un pouvoir déclencheur sur notre évolution personnelle.

C'est comme une force primitive qui te tire de toute forme de raisonnement limitant pour faire le premier grand pas,

et finalement atteindre des hauteurs qui te dépassaient complètement,

et que tu ne pouvais de toute manière même pas envisager possibles à l'avance,

avant de te lancer.

Et dieu sait qu'on a besoin de ce genre de force primitive étant donné la force de notre cerveau pour ne pas se lancer et croire qu'il peut calculer et savoir à l'avance ce qui est possible et pas possible.

Le cerveau croit pouvoir tout savoir à l'avance.

Alors que d'une certaine manière, le cerveau ne peut savoir que ce que les couilles lui permettent de découvrir.

...

Bref, sur ce on s'arrête là pour aujourd'hui,

et on continue de parler de tout ça dans le prochain épisode.

En attendant, je vous invite à vous abonner si ce n'est pas déjà fait,

à partager cette vidéo et laisser un pouce bleu si vous l'avez appréciée, ça m'aide pour la visibilité.

Quoi qu'il en soit je vous remercie de m'avoir écouté jusqu'au bout

et je vous dis à très bientôt pour la prochaine vidéo,

Ciao


>> Épisode suivant : Est-ce que je donne des mauvais conseils ? (réponse à une critique) #0186

<< Épisode précédent : 7 Erreurs qui te font être Découragé et perdre la Motivation #0184

Maîtrisez votre esprit, développez votre conscience, élevez votre existence !

S'ABONNER AUX VIDÉOS