Le 02/04/2020

CORONAVIRUS & CONFINEMENT : C'est l'occasion idéale de préparer votre esprit à la réussite ! #0218



Avec le coronavirus et le confinement beaucoup de gens se font absorber par les circonstances présentes. Non seulement leur corps est confiné dans un espace limité, mais leur conscience aussi est confinée dans un espace mental plus limité que d'habitude.

Bonjour et bienvenue,

c'est Bertrand de la Fondation MAGister,

l'École des Héros du Monde Réel.

...

Dans cet épisode on va commencer à parler de souplesse mentale.

Souplesse mentale que l'on peut définir en trois points

1 / l'aptitude à se dissocier du contexte dans lequel on est

2 / la capacité de notre esprit de voyager et d'explorer librement des zones mentales éloignées les unes des autres

3 / la capacité d'arrêter de penser à certaines choses qui ne servent à rien et qui ne font que nous créer de la souffrance,

et réciproquement la capacité de se concentrer sur des choses qui vous nous servir et nous occuper positivement.

...

Typiquement si on demande à une personne qui a une mauvaise souplesse mentale de dire des mots au hasard,

elle va dire des mots qui sont liés au contexte dans lequel elle se trouve,

ou tout du moins elle va dire des mots qui sont liés les uns autres autres et qui appartiennent au même contexte.

Tous les autres mots seront inacessibles.

À l'inverse une personne qui a une bonne souplesse mentale pourra accéder à des mots qui n'ont rien à avoir les uns avec les autres, et donc dire des mots très dissociés.

...

Avec le coronavirus et le confinement beaucoup de gens se font absorber par les circonstances présentes.

Non seulement leur corps est confiné dans un espace physique limité duquel il ne peut pas sortir,

mais leur conscience et leur pensée aussi sont confinées dans un espace mental plus limité que d'habitude duquel elles n'arrivent pas à sortir.

Et ils ont des problèmes de gestion émotionnelle à cause de ça, ça crée une pression.

Ils n'arrivent plus à se détacher de ce qui se passe et se concentrer sur autre chose.

Leur esprit n'a pas la souplesse pour.

Et ce que je veux que vous compreniez avec cet épisode.

C'est que tous ces soucis intérieurs, ce n'est pas seulement à propos du confinement que vous vivez en ce moment.

C'est à propos de votre vie toute entière.

Ce qui peut se passer maintenant dans votre vie et dans votre tête, ça révèle des dispositions plus globales de votre esprit.

Toute votre façon d'opérer votre vie, en fait elle était déjà comme ça avant, et elle sera encore comme ça après si vous ne changez rien.

Tous les problèmes qui se révèlent maintenant ce ne sont que des instances de problèmes qui émergent automatiquement de ta façon d'opérer ;

tu vas les retrouver toute ta vie sous des formes plus ou moins différentes si tu ne fais rien pour les considérer.

Et ce confinement est l'occasion parfaite pour prendre du recul et prendre le temps de les considérer justement.

...

La vérité c'est que si d'ici la fin du confinement,

vous n'arrivez pas à oublier le coronavirus, le confinement et tout ça,

si vous n'arrivez pas à vous sortir ça de la tête et vous concentrer à fond sur autre chose qui n'a rien à voir.

Alors c'est que votre esprit manque de souplesse.

Et du fait de ce manque de souplesse de l'esprit,

vous êtes mal barré pour devenir le créateur de votre vie dans le futur.

Vous êtes mal barré pour être une cause dans ce monde, et non un effet de ce monde.

Si vous n'avez pas une attitude de créateur et de visionnaire maintenant, il est probable que vous ne l'aurez toujours pas après.

Vous serez toujours limité par votre manque de souplesse mentale.

...
Mais tout d'abord, si vous ne me connaissez pas et que vous vous demandez pourquoi m'écouter,

je suis docteur en sciences cognitives.

Les sciences cognitives qu'est-ce que c'est, c'est grosso-modo l'étude moderne du fonctionnement de l'esprit.

Ça ne veut pas dire que tout ce que je dis est forcément vrai.

Non, c'est juste un indicateur que je prends la recherche et la compréhension au sérieux.

Mais personne ne peut prétendre dire que des choses vraies à part les personnes qui sous-estiment leur ignorance.

Vous devez toujours garder un esprit critique.

...

Vous savez, en temps normal la plupart des gens ont déjà un problème à ne pas se faire absorber par les circonstances présentes.

Ils ont déjà des difficultés à se distancer du bruit du présent et à avoir leurs propres pensées.

Sans vraiment s'en rendre compte ils sont comme fusionnés avec les circonstances présentes.

Leur vie ne se distancie jamais beaucoup de la situation présente, ils y restent collés, comme s'ils n'avaient pas la liberté de faire autrement.

Comme si leur esprit manquait de souplesse et n'arrivait pas à s'étirer.

Et du coup leur conscience est pratiquement dirigée par ce qui est dans l'air du temps.

Pratiquement comme si c'était des pantins.

Leurs pensées du moment ne sont pas vraiment leurs pensées,

ce sont celles de tout le monde.

Il n'y a pas grand chose d'original.

Ils font très peu d'exploration mentale individuelle qui ne soit pas liée à ce qui est dans l'air du temps.

Et en général quand ils le font c'est très superficiel, ça ne dure pas longtemps.

Certainement pas assez longtemps pour faire germer quelque chose de nouveau dans leur tête, et pour habituer leur esprit à être étiré.

Ils sont trop addicts au présent.

Et c'est pour ça qu'il n'y a pas beaucoup de visionnaires dans ce monde.

La plupart des gens sont trop occupés par le bruit du présent,

si bien qu'il n'y a plus de place pour autre chose dans leur esprit.

Ils ne font que réagir, réagir, réagir.

...

Vous savez rétrospectivement quand on analyse les nouvelles technologies et les nouveaux concepts qui ont eu beaucoup de succès dans les dernières décennies.

On peut se demander, mais comment ça se fait que personne n'y a pensé avant ?

Ça paraît évident une fois que c'est inventé et que ça fait partie de nos vies.

Souvent ça n'a rien de vraiment si spécial que ça.

La difficulté était simplement d'y penser.

Et pourquoi c'est ça la difficulté ?

Eh bien parce qu'encore une fois on a tendance à avoir la tête prise dans le guidon de la réalité présente et se conformer à cette réalité présente.

Beaucoup plus qu'on ne le réalise.

On a du mal à vraiment se distancer mentalement.

Ne serait-ce que pour réaliser qu'on a la tête dans le guidon et qu'on se conforme.

Comme je vous le disais dans les épisodes 57 et 112, la plupart des gens ne prennent jamais le temps de se questionner à propos de leur propre existence.

Ils sont pris dans les rails de la vie auxquels ils sont collés.

...

Et c'est pour ça que pour faire émerger ces grandes innovations aujourd'hui évidentes,

il a fallu que des visionnaires prennent de la distance sur la réalité présente.

Il a fallu que des visionnaires arrêtent de regarder là où tout le monde regardait,

et aillent dans des zones mentales là où il n'y avait pas grand monde pour le moment.

Et étonnamment personne d'autre n'en était capable au moment où ils l'ont fait.

Ce qui est pourquoi c'est eux qui ont pondu le nouveau concept ou la nouvelle invention et pas tous les milliards d'autres êtres humains qui étaient là eux aussi mais qui se conformaient trop pour entrevoir et saisir l'opportunité.

C'est fascinant quand on y pense.

...

En commentaire de l'épisode 101,

il y a un ami qui suit régulièrement mes vidéos qui a remarqué que c'était une chose difficile à faire de créer son propre chemin dans le monde,

parce qu'il avait l'impression que tous les domaines avaient déjà bien été exploités.

Je lui ai fait remarquer qu'à toutes les époques la plupart des gens devaient penser la même chose,

et que s'il pouvait savoir à l'avance tout ce qui sera vraiment fait dans les centaines d'années à venir, il serait choqué.

En réalité, à partir du moment où on a une attitude de créateur,

il y a sûrement plus d'opportunités maintenant qu'il n'y en a jamais eu dans toute l'histoire.

On peut quantifier notre connaissance, mais pas notre ignorance.

Oui c'est difficile de créer son propre chemin,

mais dépasser cette perception que tout a été fait,

se distancer du présent pour arriver à penser de manière originale,

c'est en fait le plus gros de la difficulté.

Les rares individus qui dépassent cette étape de limite perceptive sont grosso-modo ceux qui créent de nouvelles voies.

La vérité étant qu'il n'y a pas grand monde qui explore sérieusement les possibilités d'innovations dans ce monde.

Il n'y a pas grand monde qui se distancie du bruit et qui va dans des zones mentales où il n'y a pas grand monde en ce moment.

La plupart des gens sont concentrés dans les mêmes zones mentales,

et se contentent de se dire que c'est difficile de trouver de la nouveauté sans jamais avoir sérieusement pris une attitude de créateur.

Il n'y a pas grande monde qui désencombre son esprit pour y laisser de la place à la création.

Et c'est assez troublant quand on y réfléchit, c'est comme si on s'empêchait de pouvoir créer quelque chose.

C'est d'autant plus évident à notre époque où la connaissance est massivement disponible sur Internet et où si on veut explorer et trouver des choses, on peut aller très loin.

C'est notre propre esprit qui nous limite.

...

À ça, il m'a répondu qu'il allait prendre le temps de dépasser cette fausse perception.

Et je lui ai répondu que non, c'est une vraie perception.

Il n'y a pas de fausse perception, il n'y a que des vraies perceptions.

Parce qu'encore une fois l'esprit et la perception ont un pouvoir créateur et structurant sur la réalité, y compris dans leurs limites et dans leur rigidité.

Je dirais même, en particulier dans leurs limites et dans leur rigidité.

On crée ce que l'on perçoit.

Autrement dit, les limites et la rigidité de l'esprit et de la perception sont les remparts principaux contre l'expansion incontrôlable de la création dans notre réalité.

Cette perception qu'il n'y a plus rien à faire, que tout a déjà été bien exploré, elle n'est donc pas fausse, ce n'est pas une illusion, elle est on ne peut plus vraie pour les gens qui l'ont.

Et elle a un sacré pouvoir.

C'est le seul pouvoir de cette perception qui empêche la majorité des personnes de prendre l'initiative de créer.

Et la plupart des gens l'auront toute leur vie cette perception,

d'autres vont réussir à en changer, mais ça va probablement leur prendre beaucoup de travail d'assouplissement.

D'où mon insistance sur le fait que cette perception est vraie, et que ce n'est pas une illusion.

C'est comme quelque chose de solide dans notre réalité,

quelque chose que l'on ne peut pas faire disparaître de notre réalité comme par magie, au contraire.

Bien au contraire.

Et toutes les croyances limitantes sont concernées par ça d'ailleurs.

Si on pouvait s'en débarasser d'un claquement de doigt, juste parce que c'est des croyances dans la tête,

mais notre monde serait méconnaissable et personne n'aurait aucune croyance limitante.

Mais encore une fois ça ne marche pas comme ça.

Il faut tout un processus actif et conscient pour restructurer son esprit et se débarasser des croyances limitantes et des mauvaises façons de fonctionner.

...

Et le confinement actuel, c'est en fait les conditions d'entraînement idéales pour ça.

Combien de personnes doivent se dire en ce moment "Oh je ne peux rien faire avec le confinement."

Mon cul ouais.

La limite vient davantage de l'esprit que des circonstances.

Si tu crois que tu es limité maintenant, c'est que tu étais déjà limité avant et que tu le seras encore après.

Un esprit créateur il va tirer partie du confinement pour créer, ça ne va pas le limiter.

...

Déjà si vous dégagiez toutes ces idées de confinement et de coronavirus de votre tête,

ça laisserait de la place à autre chose.

Désemcombrer son esprit c'est le pré-requis.

...

Ce n'est pas le confinement qui rend fou les gens, c'est l'idée du confinement et du coronavirus qui persévère dans leur esprit et qui prend la place du reste.

Vous n'êtes pas obligé de penser au confinement.

Vous pouvez vous arranger pour y penser le moins possible.

...

Comme je vous le disais dans l'épisode 204 il vous est probablement arrivé de passer des week-ends chez vous sans sortir.

Et ça ne vous a pas particulièrement dérangé,

parce que vous êtiez bien occupés et que dans votre tête vous aviez le sentiment que si vous vouliez sortir vous pouviez le faire.

Par contre si au début de l'un de ces week-end on vous empêche de sortir de chez vous,

même si vous n'aviez pas prévu de sortir,

là ça va sûrement vous déranger de ne pas pouvoir sortir.

Ça va vous rester dans la tête.

Ça va créer de la tension à l'intérieur. Ça va créer un poids.

Et ça va vous empêcher de vous concentrer sur autre chose.

Objectivement la situation est la même, mais subjectivement c'est très différent.

On ne se sent jamais en prison si on sait qu'on peut sortir ou si on choisit nous-même d'être en prison.

De la même manière un expert de la méditation ne se sentira jamais puni d'être mis au trou, parce que pour lui ça sera l'occasion de méditer et d'entraîner son esprit à être bien.

C'est marrant parce que cet épisode 204 sur la gestion de la privation sans créer de tension, je l'ai publié un peu avant le confinement,

et il a gagné un nouveau sens depuis le début du confinement.

On peut s'arranger pour minimiser la tension subjective liée au confinement.

Et c'est un bon exercice mental en fait.

...

Personnellement en ce moment j'essaie de me concentrer sur des trucs qui n'ont rien à voir avec le coronavirus, le confinement, etc.

Pour conditionner mon esprit à fonctionner de manière globale, libre et indépendante.

Je considère le coronavirus et le confinement comme une sorte de grosse distraction temporaire.

Et même quand je pense au coronavirus et au confinement comme avec cette vidéo,

c'est pour le connecter à des idées éloignées qui n'ont rien à voir.

Et ce n'est pas pour faire le hipster anti-conformiste qui fait exprès d'aller à contre-courant et de penser à des choses dont personne ne pense juste pour être différent.

Nan c'est une sorte de gymnastique mentale pour assouplir mon esprit,

pour mieux fonctionner et mieux tirer partie des ressources et des opportunités qui sans ça resteraient invisibles pour mon esprit.

C'est pour apprendre à garder de la hauteur et rester une cause dans ce monde et non pas être un effet.

...

Globalement ce n'est pas une bonne stratégie à long terme d'avoir un esprit qui est focalisé par le bruit environnant dont tout le monde parle.

Parce que les opportunités pour être un acteur de ce monde, elles sont rarement dans le bruit environnant.

Et du coup ça veut dire que tu es aveugle à tout ce qui se passe hors du bruit environnant.

Et ça ne t'apporte aucun avantage de remplir ton esprit de ce dont tout le monde parle.

Ça fait juste de toi une partie du bruit.

...

Dans l'épisode 209 je vous parlais de la puissance de notre système de filtrage mental.

Actuellement le système de filtrage mental de beaucoup de gens il est contracté.

C'est à dire qu'il y a plein de choses qui ne peuvent pas rentrer dans leur conscience.

Leur esprit ne fonctionne plus du tout de manière globale il est zoomé sur des zones locales.

Leur rayon de filtrage tourne autour de certains sujets comme le coronavirus et le confinement.

Tout ce qui est à une distance conceptuelle trop éloignée est inaccessible.

C'est dans le noir complet, comme s'il y avait un voile.

Et c'est pour ça que beaucoup de gens ont du mal à penser en ce moment.

C'est comme si leur intelligence avait diminuée et qu'elle était brouillée.

Non seulement leur corps est confiné et ne peut pas sortir de l'espace dans lequel il est,

mais leur pensée aussi est confinée et a du mal à sortir et voyager dans différentes zones conceptuelles et mentales.

Ils sont coincés sur les mêmes champs sémantiques.

...

En ce moment penser au confinement et au coronavirus, ça renforce la limitation.

Ça fait irradier les limites de la situation objective sur l'état d'esprit subjectif, qui devient lui aussi contaminé par la limitation.

Ça engendre une certaine passivité, ça fait que notre esprit arrête de chercher des solutions, ça coupe l'ingéniosité.

Ça maintient et rappelle les sujets associés aux limties et ça étouffe l'émergence de solutions enrichissantes et innovantes de s'occuper.

...

Et du coup cette gymnastique mentale dont je vous parle elle sert à étirer la distance de notre pensée.

Ou à augmenter le degré de liberté de notre pensée si vous préférez.

De sorte à avoir des rayons de filtrage beaucoup plus larges et moins restrictifs.

De sorte à pouvoir passer d'un champ conceptuel à un autre.

Et non pas à être confiné à un champ conceptuel limité.

...

Sur Internet je vois pas mal de YouTubers ne parler pratiquement que du confinement et du coronavirus depuis quelques temps.

Et pour moi ce n'est pas bon, parce qu'ils conditionnent leur esprit à fonctionner de manière locale et non globale

Ils condionnent leur esprit à se distraire, à suivre les mouvements, à ne pas se dissocier des circonstances,

à arrêter leurs plans pour ne faire que parler des circonstances présentes.

C'est comme de conditionner son esprit à ne pas être visionnaire.

C'est une forme de distraction.

Et quand tu t'habitues ton cerveau à être comme ça en général ça reste.

...

Encore une fois j'insiste sur le fait que ce n'est pas juste à propos du confinement actuel.

Car d'une certaine manière dans le présent on est toujours confiné du futur idéal que l'on veut atteindre.

Dans le présent on est toujours privé de ce qu'on veut obtenir et réaliser dans le futur.

Autrement dit, tu seras toujours confiné d'une manière ou d'une autre,

et ça sera toujours une compétence utile d'apprendre à minimiser la tension subjective indépendamment de la situation objective.

En orientant son esprit correctement, on peut enlever le sentiment d'être limité qui peut être induit par notre situation objective.

Malgré les contraintes, on peut diriger notre esprit vers l'expansion.

On peut renforcer la flamme intérieure de la recherche d'opportunité qui va irradier et se répandre sur l'extérieur.

On peut renforcer le mindset qu'on est jamais vraiment limité, que si on cherche, il y a toujours des moyens cachés d'avancer. 

On peut entraîner son esprit à trouver des moyens et des voies originaux pour tirer partie de notre situation et évoluer.

Et c'est ça qui fait que certaines personnes qui partent d'en bas évoluent et arrivent en haut alors que les autres restent coincées et n'y arrivent pas.

Depuis le début il y avait des solutions.

Depuis le début ils n'étaient pas en prison.

La prison était juste dans la tête. La vraie prison c'était la façon de penser.

Il y en a qui voient au delà du présent, qui voient un futur distant, et donc qui trouvent tous les moyens possibles d'avancer vers ce futur distant.

Même si les conditions ne sont pas idéales, ils se tordent l'esprit pour que ça marche, ils font preuve d'ingéniosité et de débrouillardise.

Les gens qui se sentent piégés et limités par leurs conditions extérieures le sont en fait par leur état d'esprit intérieur.

Parce que la vérité, comme je vous le disais dans l'épisode 25,

c'est que dans la vie ce n'est jamais le moment idéal pour se mettre sérieusement à faire évoluer sa vie.

Il n'y a que des mauvais moments.

L'illusion est de croire que les personnes qui évoluent ont des conditions idéales.

Alors que les personnes qui évoluent sont tout simplement celles qui ne laissent pas filer les moins mauvais moments.

C'est ça aussi la souplesse mentale.

Apporter de la souplesse dans l'équation de la vie quand les conditions sont rigides.

Faire avec les contraintes et trouver des solutions qui fonctionnent.

...

Les personnes qui n'évoluent pas dans leur vie pensent que l'idéal pour avancer c'est d'avoir les bonnes conditions extérieures.

Alors qu'à l'inverse les personnes qui évoluent dans leur vie pensent que l'idéal pour avancer c'est d'avoir les bonnes conditions intérieures.

Elles n'ont pas la fantaisie de croire que les conditions extérieures vont être idéales pour avancer.

L'idéal est d'être à l'aise avec le bordel, le chaos et la difficulté des conditions extérieures, de s'y attendre, comme si c'était normal.

L'idéal est d'être à l'aise dans des situations précaires.

L'idéal c'est de pouvoir garder un mental de roi dans une situation de gueux.

L'idéal c'est d'arriver à te mettre dans l'état d'esprit d'abondance et te sentir vraiment super bien, super chaud et super à l'aise alors que tu es censé être en prison, alors que tu es censé avoir perdu, alors que tu es censé être dans une situation miteuse, etc.

À partir de là tu n'en a plus grand chose à faire des conditions extérieures, tu peux avancer et être bien n'importe comment.

La vérité c'est que si tu as besoin de plus qu'un toit et à manger pour être bien à l'intérieur, pour être inspiré et envisager des projets de réussite, tu es trop vulnérable.

Ce n'est pas nécessaire, et ça ne devrait pas diminuer ton entrain.

Tu ne devrais pas pouvoir perdre l'abondance intérieure aussi facilement.

...

Sur ce voilà qui clos cet épisode.

Si vous ne l'avez pas lu j'ai publié un nouvel article exclusif sur le blog de la chaîne,

je vous mets le lien en dessous en commentaire.

Comme d'habitude, je vous invite à vous abonner si ce n'est pas déjà fait,

à partager cette vidéo et laisser un pouce bleu si vous l'avez appréciée, ça m'aide pour la visibilité.

Quoi qu'il en soit je vous remercie de m'avoir écouté jusqu'au bout

et je vous dis à très bientôt pour la prochaine vidéo,

Ciao


>> Épisode suivant : CORONAVIRUS - Au delà de la CONNERIE HUMAINE + pourquoi ce n'est pas si exceptionnel #0219

Maîtrisez votre esprit, développez votre conscience, élevez votre existence !

S'ABONNER AUX VIDÉOS