Le 27/08/2019

Un Secret Étrange pour Débloquer son Intelligence #0160



L'intelligence est un concept très galvaudé, il y a encore beaucoup de malentendus à son propos. Et dans cette vidéo on va en aborder l'un d'entre eux.

Bonjour et bienvenue,

C'est Bertrand de la Fondation MAGister,

l'École des Héros du Monde Réel.

...

À la fin du dernier épisode, je vous disais que pour évoluer, il faut accepter et embrasser le risque et l'incohérence vis à vis de sa réalité individuelle.

Il faut un peu débrancher son cerveau et tout ce qu'on a construit depuis qu'on est né quoi.

C'est le seul moyen de sortir des boucles identitaires et narratives.

...

Je vous disais que pour moi ça fait partie des clés essentielles pour faire évoluer sa mentalité de manière perpétuelle.

C'est vraiment deux trucs qui m'ont fait évoluer de manière astronomique ces 10 dernières années,

et qui me font faire des choses que personne ne fait.

J'irais jusqu'à dire que c'est un moyen naturel de débloquer son intelligence, sa créativité et ses possibilités.

...

Beaucoup de gens me considèrent intelligent comme gars,

mais moi je ne me considère pas intelligent du tout dans le sens conventionnel du terme intelligent.

Ça m'arrivait souvent d'être à la ramasse par rapport aux autres pour comprendre les choses à l'école.

Je suis vraiment nul et lent dès qu'il s'agit de raisonner sur des problèmes nouveaux, je me sens perdu.

Je suis obligé de faire un foutu chantier de réflexion pour réussir le moindre truc,

ça ne me vient pas du tout tout seul.

Et au début de ma vingtaine, je me suis souvent demandé mais c'est bizarre cette histoire,

comment ça se fait que beaucoup de personnes me considèrent intelligent,

parce que moi je n'ai pas du tout cette expérience là à l'intérieur.

...

Et comment ça se fait que souvent les mêmes personnes qui me considèrent intelligent,

ben moi je les vois comprendre et apprendre pratiquement tout beaucoup plus vite que moi.

Il y a un truc qui colle pas.

...

Mais en fait si ça collait, c'était parfaitement logique.


Parce que j'ai remarqué que systématiquement,

les gens ils me considèrent intelligent non pas par rapport à ce qui se passe dans ma tête, mais par rapport à ce qui peut en sortir.

Autrement dit ils me considèrent intelligent par rapport à certains de mes résultats qu'ils voient,

et non par rapport au processus qui m'a mené à ces résultats,

qu'ils ne voient pas.

...

Ils infèrent que parce que j'arrive à produire certaines choses qu'ils n'arrivent pas à produire,

je dois forcément être intelligent, c'est à dire que dans ma tête je dois fonctionner comme eux ils fonctionnent mais en plus poussé en gros.

Ils pensent que pour produire ce que je produis je dois avoir des autoroutes mentales super efficaces et bien structurées dans la tête,

que je dois savoir où je vais,

que je dois  faire des opérations logiques super complexes et ordonnées là haut, etc

C'est ça l'identité qu'ils projettent de moi.

Je l'ai constaté à répétition et à répétition cette image.

...

Mais en fait moi ça me fait marrer parce que c'est exactement le contraire.

Je suis devenu tellement fort à être stupide,

à débrancher tous les construits de mon cerveau,

à ne pas suivre de structure ou de plan "logique",

à me perdre dans mon esprit,

à passer du temps à tenter n'importe quoi jusqu'à ce que ça marche,

sans me questionner si c'est possible ou pas,

sans me questionner si c'est cohérent ou pas,

ce qui fait que paradoxalement j'arrive à sortir des choses intelligibles un peu folles qui sortent complètement des conventions de la réalité partagée.

...

Pour moi le principe est simple.

Si tu veux produire des trucs de fous dans ta vie, il faut penser comme un fou,

sinon ça ne marchera pas.

...

Paradoxalement le fait que j'ai des difficultés et que je me sente perdu quand je raisonne sur des problèmes nouveaux,

que je ne sâche pas du tout où aller,

ben ça a développé en moi une ouverture,

ça a développé en moi une façon de fonctionner et une flexibilité qui m'aident sur le long terme.

C'est ça qui m'a conditionné à raisonner sans conditonnements en fait.

Sans a priori.

Et par conséquent je suis devenu à l'aise avec le fait d'être perdu au lieu d'être anxieux.


Parce que j'ai remarqué que quand je suis perdu, ben j'explore et je crée sans cesse de nouveaux chemins.

Sans me faire influencer par toutes les constructions de mon passé.

...

Sur le court terme ce n'est pas très efficace parce que trouver et créer de nouvelles routes c'est beaucoup plus lent et moins sûr que d'emprunter des routes déjà aménagées.

Mais sur le long terme ça ouvre à des possibilités de développement plutôt que de les fermer.

Parfois je me perds tellement dans les chemins tordus que je trace que je tombe sur beaucoup de choses inattendues et intéressantes.

...

Une personne qui arrive à s'orienter rapidement et qui ne se sent pratiquement jamais perdue,

elle va avoir du mal à être flexible et à sortir de sa façon de penser si elle ne fait pas l'effort de se perdre.

...

Quand tu te permets de te perdre, tu te permets en fait de redevenir flexible,

d'explorer et de créer librement des nouvelles routes, des nouvelles connexions sans jamais t'enraciner dans les routes déjà créées.

...

Et beaucoup de personnes ont du mal à se perdre en fait.

parce qu'elles ont été conditionnées à la fois par leur nature et par leur éducation,

à ne pas se perdre.

Elles voient ça comme quelque chose de négatif qui n'a aucun bénéfice.

Elles se sentent mal à l'aise quand elles sont perdues,

elles ont l'impression d'être bêtes et incompétentes par rapport à ceux qui ne se perdent pas.

Et donc elles essaient de le cacher et de se forcer à avancer le plus vite possible pour que personne ne le remarque.

Et bien sûr le système scolaire n'aide pas du tout à ça,

parce que quand tu es évalué tu as un temps très limité pour rendre ta copie,

et donc tu n'as pas le temps de te perdre, il faut avancer.

Tu n'as pas le temps de vraiment réfléchir aux possibilités il faut rapidement que tu utilises un plan à suivre et que tu t'y tiennes.

...

Même moi pendant une grande partie de ma vie,

je n'aimais pas du tout être perdu parce que personne ne m'avait dit que c'était bénéfique de se perdre,

et que je n'avais pas encore eu les conditions pour me rendre compte de moi-même de l'avantage que ça me conférait sur le long terme.

Mais durant ma vingtaine, durant mes études supérieures, ça a fini par devenir frappant.

Le nombre d'idées intéressantes et de solutions originales que je produisais au cours de l'année était largement au dessus des autres,

et les autres me considéraient intelligent du coup ;

alors qu'en même temps moi ben je voyais bien que les autres comprenaient et apprenaient pratiquement tous les nouveaux trucs beaucoup plus vite que moi en cours,

j'étais à la ramasse sur la plupart des critères de performances classiques.

Donc ça me faisait me poser des questions ce contraste.

Il y a un truc qui ne collait pas.

...

Et à force d'observations et d'échanges avec les autres,

j'ai fini par avoir une révélation et réaliser qu'en fait c'est précisément parce que je galérais plus qu'eux,

qu'éventuellement je produisais des trucs qu'ils trouvaient intelligents.

L'ironie haha

En fait ils ne se perdaient pratiquement jamais comparé à moi.

Ils apprenaient et ils avançaient tellement vite qu'ils n'avaient pas le temps de prendre du recul et d'envisager toutes les possibilités alternatives.

Ils n'avaient pas le temps de penser profondément.

Et c'est ça qui leur faisait manquer d'ouverture et de flexibilité.

La même ouverture et la même flexibilité qui me permet de connecter des choses différentes ensemble, de trouver des solutions originales à des problèmes,

et au bout du compte, de paraître intelligent.

...

Bien sûr quand on présente les choses comme ça

ça paraît assez logique ces relations de causes à effets,

mais pour moi ça a été long à comprendre.

...

Et depuis ce temps là, eh bien j'ai compris que ça ne servait à rien de me comparer avec les autres et de me sentir mal à l'aise quand je vois qu'ils vont beaucoup plus vite que moi et que je suis à la ramasse.

J'ai compris que la plupart des indicateurs court-terme ne voulaient rien dire sur le long terme.

...

...

Croyez moi à notre époque il n'y a pratiquement personne qui comprend de manière nuancée comment fonctionne vraiment l'intelligence et le potentiel intellectuel.

L'intelligence est pour moi un des termes les plus galvaudés qui soit,

il y a encore beaucoup de malentendus à ce niveau.

Et les nuances sur l'intelligence et le potentiel intellectuel que je vous explique là,

et surtout celles que je vais vous expliquer dans le prochain épisode,

et dans des épisodes qui viendront plus tard dans le futur,

il y a des chances que vous n'en entendiez parler nul part ailleurs.

...

Quand une personne est très intéressée par des domaines que l'on associe à des personnes intelligentes,

et passe beaucoup de temps dans ces domaines "intellectuels",

on va tout de suite inférer qu'elle est intelligente.

Alors qu'en fait ça peut être juste une question d'intérêts.

Ça se trouve cette personne elle galère pas mal,

mais comme ça l'intéresse énormément ça ne la dérange pas de galérer.

...

De la même manière, quand une personne produit des choses particulièrement intelligentes au cours de sa vie,

on a naïvement tendance à inférer que ça doit se transcrire dans toutes les mesures d'intelligence que l'on peut prendre d'elle sur le court terme,

et que donc si elle passe des tests de QI par exemple, elle va avoir un score très élevé.

Mais c'est absurde.

Si vous m'avez bien suivi alors vous comprenez bien qu'avec des tests d'intelligence classiques,

quand on a un cerveau qui fonctionne et procède comme le mien il va peut-être y avoir une ou deux mesures pour lesquelles on va bien performer, et tout le reste sera plutôt médiocre.

Et ce n'est pas parce que le test de QI est fondamentalement nul,

non il mesure très bien certains aspects importants de l'intelligence.

C'est juste que prendre des mesures n'est pas l'équivalent d'évaluer en totalité.

C'est impossible de mesurer certains aspects de l'intelligence avec un test que l'on puisse vraiment appeler un test.

...

Il y a plein de raisons pour ça mais pour moi la principale c'est que l'échelle temporelle et les conditions dans lesquelles certains aspects de l'intelligence peuvent être mesurés convenablement sont pratiquement incompatibles avec le concept même de test.

Tous les tests vont par défaut éliminer ces aspects ou être myopes à ces aspects.

Seule la vie peut tester ces aspects.

...

C'est un peu comme d'essayer d'évaluer le potentiel de fertilité d'un terrain une semaine après avoir planté une graine.

Ou encore d'extraire un échantillon de cellules d'un poumon et d'analyser leurs fonctions.

Tu ne pourras jamais comprendre et évaluer toutes les fonctions du poumon.
...

On met tellement de limite de temps dans les tests

que l'on néglige l'importance de facteurs nuisibles à la performance à court terme mais bénéfiques sur le long terme.

Par exemple la lenteur, qui est associée à la profondeur de traitement, à l'analyse et au brassage de nombreuses informations.

Sur un test à court terme toutes les personnes qui sont lentes parce qu'elles traitent la situation plus profondément que nécessaire

ou qu'elles utilisent une partie de leurs ressources temporelles et attentionnelles pour brasser beaucoup d'informations et faire des recoupements qui ne sont pas nécessaires pour "marquer des points",

eh bien ça donnera l'impression qu'elles ne sont pas efficaces ou qu'elles ont des déficits de concentration, des déficits de filtrage, des déficits à engager les bonnes ressources.

...

Mais le truc c'est que dans la vie réelle toutes les situations sont connectées et distribuées.

Et un traitement supplémentaire qui parait inutile pour la situation présente,

peut en fait avoir des bénéfices qui se transférent dans le temps

et être à la source d'une adaptation conséquente sur le long terme.

...

Au delà de ça, la plupart des capacités de synthèse de notre esprit nécessitent au moins des jours pour s'exprimer,

car on a besoin de bien digérer les informations qu'on a traité.

Et donc pareil la capacité de synthèse, et je dirais même sa cousine la capacité de vision d'ensemble,

ce sont des capacités qui passent largement à la trappe dans les évaluations.

...

Bref sur ce, on continue de parler de toutes ces dynamiques pour débloquer notre potentiel et nos possibilités dans le prochain épisode !

En attendant, je vous invite à vous abonner si ce n'est pas déjà fait,

à partager cette vidéo et laisser un pouce bleu si vous l'avez appréciée, ça m'aide pour le référencement.

Quoi qu'il en soit je vous remercie de m'avoir écouté jusqu'au bout

et je vous dis à très bientôt pour la prochaine vidéo,

Ciao


>> Épisode suivant : Tu dois te perdre pour te recréer #0161

<< Épisode précédent : Libérer son Esprit & Sortir du Champ du Possible #0159

Maîtrisez votre esprit, développez votre conscience, élevez votre existence !

S'ABONNER AUX VIDÉOS