Le 24/08/2018

Restez Maître de votre Expérience - L'Optimisme Inébranlable et le Sens du Réel, PART8

La Stratégie Gagnante d'Échouer ce qu'on s'Efforce de Réussir #022



Parfois tu as l'impression qu'il ne se passe rien dans ta vie parce que rien ne se passe comme prévu et que rien n'aboutit.

Et pourtant, il se passe en fait les choses qui vont définir le reste de ton existence.

Bonjour et bienvenue,

C'est Bertrand de la Fondation MAGister, l'école des héros du monde réel.


Dans les épisodes précédents, je vous disais que quand j'étais plus jeune, mes plans d'écriture avaient échoué.

...

En fait, l'époque où je me suis rendu compte que mes objectifs étaient des échecs,

et que mes projets d'écriture n'allaient mener "nulle part",

c'est une époque où j'avais déjà enchaîné plein de projets qui ont tous échoué en termes de réception.

Et ce n'était pas une époque où j'avais cette philosophie du travail détaché des résultats externes.

Non, c'était une époque où j'avais vraiment besoin d'un signe de reconnaissance,

j'avais vraiment besoin de fructifier mes efforts d'un point de vue externe.

J'avais la sensation d'être à la fin d'une longue apnée dans laquelle je pouvais me permettre de continuer d'avancer tout seul,

en résistant psychologiquement à l'idée que rien ne marche.

Même si j'aimais bien ce que je faisais, je me disais que je ne pouvais pas continuer à investir toute mon énergie et mon temps dans des trucs qui ne "rapportent" rien et qui n'intéressent personne à part moi.

Je commençais à perdre patience, à stresser, et donc à migrer de la stratégie de la pratique de fond, vers la stratégie de la pratique pour tirer des résultats externes.

À chaque fois que j'échouais un projet je me disais que c'était peut-être parce qu'il était trop particulier,

et donc j'essayais de rebondir sur un autre projet, et de tout donner, en me disant que cette fois c'est la bonne, ça va marcher.

Mais non !

...

J'étais vraiment bon à créer des choses, mais vraiment nul à communiquer et trouver une réception.

À chaque fois je me disais que j'allais trouver au moins une petite niche de personnes intéressées ;

mais non même pas.

En fait j'ai échoué 90% des objectifs particuliers que j'ai entrepris dans ma vie, dans des domaines divers et variés.

C'est assez gênant et affligeant, je suis vraiment ce qu'on peut appeler un serial-échoueur.

Et ça a fait mal au moral aussi, étant donné qu'à chaque fois j'avais tout donné.

Et que j'étais vraiment dans une philosophie où c'était important pour moi de réussir d'un point de vue externe.

...

Un moment donné j'avais vraiment l'impression d'être maudit.

C'était pas possible de faire autant d'efforts qui n'aboutissent à rien.

Bon en vrai il faut dire que j'étais un peu un blaireau qui manquait gravement d'expérience dans certaines dimensions.

Mais encore une fois, quand t'es un blaireau, tu ne te rends pas compte que t'es un blaireau.

Tu ne comprends pas tes erreurs et tes lacunes, aussi grosses soient-elles.

Seul l'échec et le recul peut te faire réaliser tout ça.

...

...

Et donc pour moi à ce stade, c'est comme si tout ce que je faisais n'existait pas vraiment en fait.


Comme si j'étais un fantôme.

Et même si je suis quelqu'un de solitaire, pour autant je ne vois vraiment pas l'intérêt de passer ma vie à développer des trucs sérieux uniquement pour moi.


En fait au début de cette phase de ma vie où je me prenais en main pour développer des choses,

j'étais plutôt fier d'être devenu assez jeune quelqu'un qui est sérieusement connecté à ses tripes ;

Quelqu'un qui a bien conscience de l’importance de son temps,

de la chance qu'il a de se réveiller en vie chaque matin,

et qui utilise toutes ses ressources pour tracer son chemin plutôt que de se laisser porter par l'insouciance de la jeunesse.

Vous arrivez à imaginer comment une accumulation de frustration, de souffrance, d'insatisfaction et de choses qui se passent mal dans certaines dimensions de la vie peut être la source d'une détermination implacable dans d'autres dimensions ?

Eh bien c'était typiquement ça.

Je sortais d'une longue phase de ma vie vraiment difficile, chaotique et incertaine qui a finalement abouti sans que je ne l'anticipe à l'avance, à la réalisation qu'il y avait peut-être un futur intéressant pour moi si je me bougeais le cul pour le créer.

Enfin tout ça c'est une histoire pour d'autres vidéos !

...

Bref c'était une phase de ma vie où je n'avais pas de temps à perdre avec des distractions.

J'étais dans une conscience vraiment focalisée sur des objectifs particuliers duquel je ne déviais jamais.


Je voyais bien que les autres personnes ne comprenaient pas vraiment mon attitude,

mais je m'en foutais.

De l'intérieur j'avais la sensation que je suivais la bonne voie.

Ça paraissait très sensé, mon esprit était en mouvement vers ce futur et j'étais chargé à bloc.

...

Le problème c'est qu'à partir de là, plus les années avançaient, plus j'avais l'impression d'avoir perdu mon temps et mon énergie à m'investir dans des projets qui n'ont mené à rien.

Ce sentiment d'avoir investi corps et âme pendant des années dans une stratégie pour finalement se rendre à l'évidence que ce n'était pas le bon pari,

que ça ne paiera probablement jamais,

et que tu en es toujours au même stade que quand tu as commencé.

Si ce n'est que tu es complètement cramé.

...

Au bout d'un moment, il a fini par peser bien bien lourd ce sentiment et je me suis mis à douter sévèrement.

Le feu intérieur s'est éteint, j'ai vraiment perdu mon drive et ce côté naïf qui va de l'avant sans trop se poser de questions.

J'avais l'impression qu'en fait, la façon dont je mène ma vie n'avait aucun foutu sens,

que c'était de l'illusion qui me faisait avancer,

que j'étais complètement tout seul dans mes délires.

...

À partir de là je me suis retrouvé déprimé,

avec ce problème du pourquoi continuer à être sérieux dans mes efforts...

...

...

Comme je vous l'ai expliqué dans un épisode précédent, j'ai compris assez jeune l'importance critique d'éradiquer le doute et d'être optimiste quand tu fais face à un problème ou que tu te lances dans quelque chose.

Que ce soit un problème de santé, un combat, un projet, etc.

De sorte à ne pas rendre impossible ce qui était pourtant possible,

de sorte à ne pas faire les choses à moitié, et à ne pas être ton propre ennemi.

Pour moi c'est clair comme de l'eau de roche que ce qui est réellement possible change assez radicalement selon tes croyances sur le champ du possible et tout ce que ça change en toi.

À partir du moment où le potentiel d'une chose disparaît de ton esprit, il disparaît du monde et de ta vie.
Et inversement à partir du moment où le potentiel d'une chose ré-apparaît dans ton esprit, il ré-apparaît dans le monde et dans ta vie.

Le monde mental est un précurseur du monde réel.
...

Mais cela dit, un moment donné j'ai besoin d'un minimum de sens pour me lancer dans quelque chose, croire qu'il y a du potentiel réel et avancer sur le long terme.

Certes un projet peut ne pas fonctionner et disparaître du futur de la réalité parce que tu auras abandonné avant qu'il ne puisse fonctionner.

Mais c'est peut-être aussi que ce projet, peu importe les efforts que tu fais pour le faire marcher, il ne marchera jamais.

Et là à ce stade de ma vie je commençais à vraiment voir les choses de la seconde manière.


Ma foi aveugle a ses limites,

J'ai un cerveau relativement sain,

Je ne peux pas être serein et optimiste, et croire quelque chose sans aucun fondement.

Il me faut au moins un petit truc.


Et donc là, à ce stade de ma vie, c'était le néant, j'étais confronté aux limites de mon paradigme existentiel de l'époque.

Je n'étais pas serein du tout.


Comment j'allais faire pour me relancer sérieusement dans un projet.

Et travailler comme si ça allait marcher, y croire de sorte à faire des efforts, malgré toute cette évidence que mes projets n'ont jamais marché.

Comment j'allais faire pour faire ça sans me voiler la face et sans devenir une personne complètement délirante et irrationnelle qui n'apprend pas des leçons de son passé et qui persiste dans des croyances en décalage avec la réalité.

Ça commençait à devenir vraiment craignos de rester optimiste,

et dur de défendre cette position dans ma tête que ça va finir par marcher, qu'il ne faut pas céder au pessimisme, parce que c'est ça qui rendrait véritablement les choses impossibles.

Au stade où j'en étais, en quoi ça serait intelligent de me fatiguer,

de persévérer à utiliser mes ressources pour m’efforcer de réussir de nouveaux projets alors que basé sur mon passé, il y a 100% de chances que ça échoue, que ça soit une grosse déception ou que ça n'en vaille pas du tout la peine.

Et donc que ce soit du gaspillage de ma vie.

Pourquoi je ferais ça, plutôt que de lâcher prise, d'accepter que ça ne sera pas possible, que c'est hors de ma ligue, que je n'ai tout simplement pas ce qu'il faut pour ce genre de vie.

...

Pourquoi est-ce que je ne reste pas à ma foutue place ?

Le monde n'arrête pas de te dire "Non" Bertrand. Pourquoi tu ne l'écouterais pas ?

Combien d'années et combien d'échecs il va falloir pour que tu comprennes ?

Tu n'as pas ce qu'il faut.

Un moment donné il va falloir t'y faire Bertrand, t'es pas un champion.

Tu n'as rien d'un champion.

T'as pas l'énergie, t'as pas les ressources, t'as pas la condition pour ce genre de choses.

Qu'est-ce que tu croyais ? Qu'il suffisait d'y croire ?

Teuteuteu...

...

Pourquoi ne pas laisser tomber cette idée illusoire de faire des choses plus grandes et donner ta chance à une vie plus modeste, te relaxer et te divertir l'esprit, etc.

...

Pourquoi ne pas.

...

En tout cas je n'avais plus l'oxygène psychologique pour replonger sans y croire, j'étais vidé, je ne supportais plus ce chemin de solitude, je n'avais plus la force de rebondir.

Et puis à quoi bon, ça sera encore une désillusion !

...

L'impuissance apprise dans toute sa splendeur.


...

Mais bien sûr, comme je vous le disais dans les épisodes précédents, ce type de raisonnement et de philosophie "adulte" basés exclusivement sur les objectifs et les résultats externes de premier plan, c'est complètement limitant.

Tu ne regardes pas assez loin, tu n'es plus ouvert à certaines options, et tu n'apprécies pas les subtilités et les paradoxes de ce qui se passe dans ta vie quand tu raisonnes comme ça.

Ça augmente la perception de l'échec, sans que ce ne soit fondamentalement justifié.

Parce que ouais forcément quand tu spécifies et calcules tes objectifs dans la vie, tu te donnes les moyens de percevoir quand tu échoues,

et ce n'est pas très agréable de réaliser qu'on échoue.

Mais pourtant en faisant ça tu vas évoluer beaucoup plus vite qu'une personne qui ne spécifie pas ses objectifs et donc qui n'a aucun moyen de réaliser qu'elle échoue ou qu'elle réussit.

Parce que cette personne n'a aucun critère pour se repérer et pour agir.

...

Et au fond, au delà des résultats externes, c'est ça qui est plus important, l'évolution de fond, l'évolution interne qui se passe en arrière-plan des expériences de ta vie.

...

Pour imager, il y a cette fameuse histoire du bambou chinois.

C'est un bambou qui pendant 5 ans ne fait que renforcer ses racines internes,

sans grandir à l'extérieur,

et qui soudainement quand les fondations sont prêtes, se met à grandir en très peu de temps.

Je pense qu'à bien des niveaux, ce modèle développemental est pertinent pour le développement humain.

Parfois tu as l'impression qu'il ne se passe rien dans ta vie parce que rien ne se passe comme prévu, que rien n'aboutit et que tu as l'impression d'avoir gaspillé ton temps.

Et pourtant, sans que tu ne le réalises encore il se passe en fait les choses qui vont définir le reste de ton existence.

...

Dans mon cas, certes, au premier plan, mes projets n'ont abouti à rien, ils n'ont mené nul part en eux-mêmes ;

mais ça n'empêche que moi ils m'ont mené quelque part.

Aucun de ces projets n'a jamais payé de la manière dont j'espérais que ça allait me payer.

Ils ne m'ont rien fait gagner directement.

...

Le seul truc que j'ai gagné c'est la personne que je suis devenu petit à petit.

Et ce n'est pas pour dire que je suis parfait bien sûr, mais je suis bien mieux que je ne l'étais !

Je suis bien plus apte et préparé au futur dans ce monde grâce à ces échecs.

Tel un rite de passage, ils m'ont poussé à apprendre plein de choses essentielles.

...

Même si ça a été douloureux, chaque « deuil » du plan que j'avais imaginé et dans lequel j'avais versé mon âme, mais qui a échoué, m’a forcé à réfléchir et à puiser dans mes ressources pour me relever.

Et ainsi chaque échec a été la cause d'une recalibration de mon être et d'une ré-orientation de ma vie.


En fait avec le recul je suis assez content d'avoir foiré à l'infini, parce que si quelque chose avait abouti dans mon parcours, mon développement de fond se serait arrêté en cours de route.

Je ne serais pas aller explorer ailleurs, et il y a plein de choses clés que je n'aurais toujours pas compris si la chance m'avait souri,

parce que je n'aurais eu aucune raison de les comprendre en profondeur.

..

La vérité c'est que les difficultés sont une source de conscience énorme.

Et donc je me dis qu'en fait j'aurais été stupide et malchanceux de ne pas avoir échoué le plus de choses possibles au début de ma vie, parce que globalement sans ça j'aurais été bien plus à la ramasse.

J'aurais difficilement pu atteindre le développement que j'ai atteint avec une stratégie différente.

Et quand j'étais plus jeune, bien sûr, j'étais à mille lieux d'imaginer que c'était une stratégie désirable.

J'étais à mille lieux d'imaginer que ce qui me séparait d'une meilleure version de moi-même, c'était un paquet d'échecs !

Intuitivement, je voyais ça comme des choses à éviter pour avancer loin et efficacement.

...

Du coup cette interminable série d'échecs non désirés, ce n'est pas vraiment une malédiction mais plutôt une bénédiction déguisée en malédiction.

C'est un vrai cadeau de la vie.

Plus ça va, plus il y a de bonnes choses inattendues qui se passent dans ma vie grâce à ces échecs.

Et la réalisation de cette dynamique, je l’ai eu précisément parce qu’un énième échec m’a forcé à prendre du recul, à réfléchir sur le sens global de ma vie et à faire évoluer ma vision des choses.

Pour trouver comment tenir et ne plus échouer parce que ce n'était plus possible pour avancer à ce stade de ma vie.

C'était devenu absurde,

je ne pouvais plus sérieusement faire des efforts comme ça,

et risquer un échec de plus.

C'était la dernière fois que je faisais autant d'efforts dans le vide.

La dernière fois.

...

Alors j'ai arrêté toute activité.

Je me suis recentré sur moi-même.

Et je n'ai fait rien d'autre que réfléchir pendant des jours.

...

Avant de repartir faire quoi que ce soit,

Il fallait que je trouve comment arrêter de dilapider ma foutue vie sur la route de l'échec.

...

Et c'est là tout le paradoxe.

Cette pause de réflexion pour trouver comment radicalement en finir avec l'échec,

ça m'a fait prendre conscience qu'il fallait continuer de risquer l'échec.

Ça m'a fait prendre du recul et réaliser que tous ces échecs externes n'ont pas empêché mon développement interne ;

au contraire j'étais devenu une personne beaucoup plus développée que celle que j'étais quand je me suis lancé.

C'est juste que ce développement interne s'est fait de manière incidente et progressive,

et que je ne m'étais pas rendu compte à quel point j'avais changé,

parce que j'étais trop focalisé sur l'extérieur pour faire attention à l'intérieur.

...

Ça m'a fait connecter les points ensemble et réaliser que depuis le début,

je n'ai jamais fait d'efforts dans le vide,

parce que c'est proprement impossible.

À chaque effort, même si les résultats ne poussaient pas à l'extérieur, ils poussaient au moins à l'intérieur.

...

L'échec n'a jamais été du hors piste vers la réussite,

C'EST la piste de la réussite.

Elle est juste tellement longue et tortueuse qu'on ne peut pas en voir le bout à l'avance.

...

...

Mais quand on se place à un niveau global, la séparation entre la réussite et l'échec n'existe plus.

Les deux se confondent.

Car la réussite de demain,

vient de l'amélioration d'aujourd'hui,

et l'amélioration d'aujourd'hui vient de l'échec d'hier.


En ce sens, l'échec n'est qu'un label que l'on appose sur certains efforts

quand on raisonne dans un contexte limité,

qu'on manque de projection future,

et qu'on ne réalise pas encore l'étendue de leurs conséquences sur notre vie.

Quand on est trop myiope de l'avenir pour imaginer que le contexte et les priorités du présent ne sont que des étapes transitoires d'un tout plus grand.

Quand on croit avoir dépassé le générique de fin alors qu'on ne sait même pas encore de quoi le film parle vraiment.

C'est à dire quand la réussite que l'on chasse, que l'on anticipe, que l'on désire,

la réussite pour laquelle on fait tous ces efforts en premier lieu,

n'arrive jamais.

Et qu'on ne réalise pas encore que cette réussite n'est pas la seule destination de ces efforts ;

et que plusieurs scènes plus loin dans le même film de notre vie,

mais dans un contexte différent ;

ce soit disant échec apparaîtra en fait comme une pièce du puzzle d'une autre réussite,

une réussite plus grande qu'on ne vise même pas encore.



...

Et donc il est là, le sens dont j'ai besoin pour maintenir mon drive, continuer d'avancer sérieusement au risque d'échouer ce que je m'efforce de réussir.

Je suis confiant que si je continue d'échouer des trucs de plus en plus sérieux,

en tirant les leçons à tirer,

et en me détachant émotionnellement autant que possible de ces échecs,

je vais construire la rampe d'accès à des options que je ne peux même pas encore imaginer.

Et un moment donné, une de ces options pourrait bien aboutir à une grande réussite que je n'aurais jamais pu envisager sans avoir accumulé la ribambelle d'échecs que j'aurais accumulé.

Il faut juste être très patient, ne pas se focaliser sur les résultats de premier plan, rester sérieux dans ses efforts et croire dans les processus de développement de fond qui découlent de la pratique régulière qu'on a.

Attention,

Il ne s'agit pas d'échouer bêtement, sans avoir essayé et sans avoir tiré de leçons.

Il s'agit d'échouer magistralement.

En ayant tout donné et en tirant les leçons à tirer.

À partir de là,

si on ne s'arrête jamais et qu'on reste debout,

le succès de sa vie,

on va l'avoir à l'usure.

...

C'est ça la stratégie gagnante d'échouer ce qu'on s'efforce de réussir, et c'est là dessus qu'il faut centrer son optimisme.

Ce qui est loin d’être évident parce que même si tout échec est bon à prendre, le problème est que de base, l'échec est quelque chose d'incroyablement corrosif au niveau psychologique.

Est-ce que c'est toi qui va réussir, à force d'épuiser le monde et la vie,

ou est-ce que c'est le monde et la vie qui vont t'épuiser en premier ?

...

Et on continue de parler de tout ça dans le prochain épisode !

Merci de m'avoir écouté jusqu'au bout,

je vous dis à très bientôt pour la deuxième partie de la stratégie gagnante d'échouer ce qu'on s'efforce de réussir.

En attendant je vous invite à vous abonner si ce n'est pas déjà fait,

Ciao.


>> Épisode suivant : Échec et impact émotionnel #023

<< Épisode précédent : Restez Maître de votre Expérience - L'Optimisme Inébranlable et le Sens du Réel, PART7

Éviter le Biais de Finalité et Permettre à un Plan de se Dessiner #021

Maîtrisez votre esprit, développez votre conscience, élevez votre existence !

S'ABONNER AUX VIDÉOS