Le 19/02/2020

NoFap, Contrôle de soi : le pouvoir de la délimitation du temps et de la création de salles mentales #201



Se fixer des périodes d'arrêt bien délimitées offre plusieurs bonus en termes de contrôle de soi.

Bonjour et bienvenue,

c'est Bertrand de la Fondation MAGister,

l'École des Héros du Monde Réel.

...

Tout d'abord, si vous ne me connaissez pas et que vous vous demandez pourquoi m'écouter,

je suis docteur en sciences cognitives.

Les sciences cognitives qu'est-ce que c'est, c'est grosso-modo l'étude moderne du fonctionnement de l'esprit.

Ça ne veut pas dire que tout ce que je dis est forcément vrai.

Non, c'est juste un indicateur que je prends la recherche et la compréhension au sérieux.

Mais personne ne peut prétendre dire que des choses vraies à part les personnes qui sous-estiment leur ignorance.

Vous devez toujours garder un esprit critique.
...

Bref commençons.

Dans l'épisode 166, sur les addictions et la régulation des comportements indésirables, je vous disais que quand on essaie d'arrêter quelque chose,

ce n'est pas une bonne idée de compter les jours d'arrêt car ça te fait garder dans la tête ce que tu ne dois pas faire au lieu d'oublier et de te concentrer sur autre chose.

Cela dit ce qui peut être très efficace c'est de se fixer une période d'arrêt délimitée, une période d'abstinence délimitée.

Par exemple si on prend l'addiction au porno et à la masturbation.

Se dire que pendant 10 jours vous n'allez pas vous masturber.

Et de garder quelque part la date à laquelle correspond la fin de cette période de 10 jours d'arrêt.

Après cette date vous pourrez peut-être vous masturber mais pas avant.

En gros, tant que vous n'avez pas déterminé à l'avance que vous êtes libre de vous masturber vous ne le faites pas.

Même si vous en avez une impulsion, même si vous en avez une envie qui émerge.

Si besoin vous utilisez n'importe quelle technique que je vous ai expliqué dans l'épisode 167 pour dissiper les envies,

ce qui compte c'est que vous tenez votre engagement.

...

Après plutôt que de voir ça comme une période d'arrêt de la masturbation il faut plutôt voir ça comme une période pour débloquer du temps et de l'énergie pour se concentrer à fond sur certaines choses importantes.

Si vous ne voyez pas l'intérêt d'arrêter quelque chose, vous n'aurez ni la volonté ni l'envie de le faire.

Vous ne pouvez pas retirer quelque chose sans contre-partie,

il faut une sorte d'échange équivalent pour que votre système émotionnel reste à l'équilibre.

Encore une fois pour plus d'informations à propos de ce principe, regardez l'épisode 166 et l'épisode 188.

...

L'avantage de cette technique de délimitation et de blocage du temps c'est que ça entraîne votre esprit à vivre de manière préméditée et planifiée.

Et non pas de vivre au jour le jour comme une girouette et de laisser toutes les possibilités ouvertes.

Non, à telles périodes certaines possibilités sont ouvertes et d'autres sont fermées.

Ça doit être très clair.

Vous ne pouvez pas improviser certaines choses imprévues si vous aviez planifié que ce n'était pas possible dans cette période.

C'est à dire que si vous improvisez une masturbation au cours d'une période où vous aviez planifié à l'avance que vous pouviez, c'est ok.

Le tout c'est de ne jamais improviser une masturbation durant les périodes où vous aviez déterminé à l'avance que vous ne pouvez pas.

Encore une fois vous pouvez avoir des envies et des impulsions durant ces périodes c'est naturel,

mais vous faites tout ce qu'il faut pour les dissiper et rester concentré sur les choses sur lesquelles vous devez vous concentrer.

...

L'avantage c'est que quand tu as une impulsion de te masturber qui émerge et que tu as planifié que tu ne pouvais pas te masturber avant telle date,

c'est beaucoup beaucoup plus facile de rejeter cette envie que quand tu n'as rien planifié.

C'est comme si ton cerveau avait un pouvoir supplémentaire pour se contrôler.

Parce que tu bénéficies de deux bonus.

Bonus numéro 1 : tu bénéficies de ce qu'on appelle un effet de contexte.

Un effet de contexte ça renvoie à la modulation de notre dynamique mentale vis-à-vis du contexte dans lequel on est.

Par exemple quand vous êtes sur votre lieu de travail vous allez être dans une dynamique mentale différente par rapport à quand vous êtes dans votre chambre, ou pas rapport à quand vous êtes à la salle de sport.

Le fait d'être dans un lieu change nos prédispositions mentales.

Il y a certaines choses que tu ne vas jamais penser ou faire dans un lieu et inversement.

Parce que chaque lieu est le lieu pour faire certaines choses et n'est pas le lieu pour faire d'autres choses.

Comme si chaque lieu avait un champ magnétique qui exerçait une force sur ce qui se passe dans ton esprit.

C'est d'ailleurs pour ça qu'en général quand on se rapproche des toilettes, c'est comme si on ne pouvait plus contrôler la retenue de notre vessie parce que notre cerveau sait que c'est le lieu pour se vider.

...

Et en fait quand tu délimites une période de temps durant laquelle tu ne peux pas te masturber et tu dois rester concentré sur autre chose, c'est comme si tu créais une salle mentale.

Quand tu as planifié dans le passé que tu es dans une période où tu ne peux pas te masturber,

c'est donc un peu comme si ton esprit était rentré dans une salle mentale spéciale.

Un peu comme si ton esprit était rentré dans un dojo d'arts martiaux.

Et tant que ton esprit est dans cette salle mentale spéciale, tu profites des effets de contexte associés.

Ton esprit est dans une sorte de mode challenge,

il est pris dans des courants qui vont dans une certaine direction,

il y a une inertie contextuelle qui t'aide à rester en contrôle.

...

Les envies de se masturber qui peuvent émerger durant cette période délimitée, elles vont a l'opposé de cette inertie contextuelle.

Donc elles se font éloigner assez facilement.

Pour imager, on peut dire qu'elles se font repousser par le "champ magnétique" de la salle mentale.

Dans ce contexte elles sont considérées de base comme des sortes d'ennemis indésirables.

Elles ne sont pas neutres.

Et donc tu vas couper les mauvaises envies à la racine, tu ne vas pas les entretenir.

Parce que ce n'est pas la période pour, ce n'est pas le lieu pour.

C'est une période pour autre chose.

...

Et puis le fait de planifier à l'avance que tu ne peux pas te masturber durant cette période,

c'est un peu comme si ta parole était en jeu aussi,

ça aussi ça donne du poids qui aide à ne pas considérer l'envie.

...

Alors que sans planification, tu n'as pas vraiment d'engagement, tu es en mode neutre.

C'est un peu comme si tu étais dans un espace mental ouvert, sans barrières, où tout est permis.

Il n'y a pas de champ magnétique qui repousse ou attire certaines choses.

Ces périodes de temps dans lesquelles tu n'as pas d'orientation, elles n'ont pas de polarité.

Il n'y a pas d'enjeu, il n'y a pas de règles, ton esprit est en train de flotter dans le vide,

il n'y a pas de courants qui le portent.

Et donc quand tu as une envie qui arrive, même si tu restes neutre et que tu te dis que tu ne vas sûrement pas le faire.

Tu vas quand même souvent prendre le temps de considérer l'envie.

De la contempler.

Parce que tu es dans un espace mental où ce n'est pas malapproprié de penser à ça.

Et que tu n'as pas d'engagement, si tu te branles tu ne casses rien.

Donc tu vas prendre le risque de la laisser grandir cette envie.

Et en général c'est mal barré.

Parce que le poids de l'envie va augmenter, et au bout d'un moment sans t'en rendre compte tu seras déjà en train de te masturber.

Tu ne peux jamais considérer gratuitement une tentation.

Chaque seconde que tu passes à la considérer tu es en train de perdre du contrôle.

En fait on peut dire qu'à partir du moment où tu ne rejettes pas l'envie directement,

c'est que tu as déjà décidé que tu allais sûrement te laisser tenter.

...

Ce qui nous amène au deuxième bonus qui augmente ton self-contrôle quand tu planifies des périodes délimitées d'abstinence ;

ce deuxième bonus c'est l'effet combiné de pré-décision, de prédiction rétroactive et d'évitement de la souffrance inutile.

C'est un peu compliqué donc on en reparlera plus en détails dans l'épisode suivant.

Mais avec un exemple vous allez commencer à comprendre l'idée générale.

Imaginez un mec qui se croit incapable d'aborder une fille et de la séduire.

Qu'est-ce qui va se passer quand il va croiser par hasard une fille qui l'attire ?

Eh bien il ne va rien tenter parce qu'il va prédire qu'au final, ça ne pourra jamais marcher.

Il ne va même pas contempler le fait d'y aller, parce que pour lui ça serait se faire du mal pour rien, ça serait se torturer pour rien, car c'est impossible que ça se passe bien.

Et il ne va même pas se dire qu'en ne tentant rien, il rate potentiellement quelque chose et qu'il aurait pu réussir s'il avait tenté.

Non il va se dire qu'il ne rate absolument rien parce que s'il avait tenté ça n'aurait jamais marché.

Autrement dit sa prédiction limitante sur l'issue future a un effet sur le déroulement du présent et sur ce qui se passe dans sa tête dans le présent.

Dans ce cas là, c'est une mauvaise croyance limitante, on est d'accord.

Mais dans le cas du contrôle des envies indésirables on peut avoir des bonnes croyances limitantes.

Combattre le mal par le mal comme on dit.

Et je vous expliquerais ça dans le prochain épisode !

...

En attendant, si vous ne l'avez pas lu j'ai publié un nouvel article exclusif sur le blog de la chaîne,

je vous mets le lien en dessous en commentaire.

Comme d'habitude, je vous invite à vous abonner si ce n'est pas déjà fait,

à partager cette vidéo et laisser un pouce bleu si vous l'avez appréciée, ça m'aide pour la visibilité.

Quoi qu'il en soit je vous remercie de m'avoir écouté jusqu'au bout

et je vous dis à très bientôt pour la prochaine vidéo,

Ciao


>> Épisode suivant : Le syndrome du roi capricieux et déprimé

<< Épisode précédent : Présentation de la Chaîne #0200

Maîtrisez votre esprit, développez votre conscience, élevez votre existence !

S'ABONNER AUX VIDÉOS