Le 22/05/2020
RÉÉQUILIBRER son CERVEAU par la DOPAMINE DETOX (qu'est-ce que c'est et comment ça marche ?) #0232



La detox de dopamine est une pratique en vogue en ce moment. C'est je pense une pratique essentielle à notre époque de supra-stimulations. Et dans cet épisode je vais vous expliquer la logique qui explique pourquoi c'est essentiel.

Bonjour et bienvenue,

c'est Bertrand de la Fondation MAGister,

l'École des Héros du Monde Réel.

...

La detox de dopamine est une pratique en vogue en ce moment.

Elle consiste à se priver de la plupart des stimulations du monde moderne et vivre une vie plus sobre et minimaliste,

pour remettre son cerveau à zéro et le resensibiliser à des stimulations de plus basse intensité.

C'est je pense une pratique essentielle à notre époque de supra-stimulations.

Et dans cet épisode je vais vous expliquer la logique qui explique pourquoi c'est essentiel.

...

Mais tout d'abord,

si vous ne me connaissez pas et que vous vous demandez pourquoi m'écouter,

je suis docteur en sciences cognitives.

Les sciences cognitives qu'est-ce que c'est, c'est grosso-modo l'étude moderne du fonctionnement de l'esprit.

Ça ne veut pas dire que tout ce que je dis est forcément vrai.

Non, c'est juste un indicateur que je prends la recherche et la compréhension au sérieux.

Mais personne ne peut prétendre dire que des choses vraies à part les personnes qui sous-estiment leur ignorance.

Vous devez toujours garder un esprit critique.

La dopamine est la molécule de la récompense et de l'anticipation de la récompense.

C'est une molécule qui nous fait nous sentir bien et qui nous fait canaliser notre attention et notre énergie.

Elle est grosso-modo à la source de notre motivation à faire des comportements.

Quand elle est libérée dans notre système nerveux elle nous stimule, elle nous engage.

Le truc avec le fonctionnement de la dopamine c'est qu'il est global, adaptatif et relatif.

Ce que ça veut dire en gros, c'est que peu importe ce que tu vis, 

peu importe si tu vis comme un gueux ou comme un roi,

tes niveaux internes de dopamine seront grosso-modo les mêmes.

Seules les sources d'activation de dopamine vont varier.

Donc en gérant tes sources d'activation, tu peux gérer sur quoi va être utilisée tes réserves de dopamine.

Mais tu ne vas pas avoir plus ou moins de dopamine dans le système.

Justement tu en auras toujours autant.

C'est le principe d'homéostasie : on maintient l'équilibre du milieu interne peu importe les fluctuations du milieu externe.

Et cet équilibre est à la source de tous les problèmes liés à la dopamine.

Parce que si tu utilises toute ta dopamine sur des sources hyper-stimulantes,

tu n'arriveras plus à être stimulé sur des sources sobres.

...

Pour mieux comprendre tout ça je vais vous illustrer des expérimentations typiques pour étudier le système dopaminergique.

Dans ces expérimentations des chercheurs ont appris a des singes que quand ils appuient sur un levier dix fois, ils obtiennent un raisin en récompense.

Les singes adorent les raisins.

À chaque fois qu'un raisin arrive, leur cerveau libère dix unités de dopamine au niveau de la zone du noyau accumbens.

Puis au bout d'un moment surprise, les singes appuient dix fois sur le levier comme d'habitude,

mais là ce n'est pas un, mais deux raisins qui arrivent.

Et en conséquence ce n'est pas dix unités de dopamine, mais vingt unités de dopamine que leur cerveau va libérer.

Double récompense objective externe, donc double sentiment de récompense interne.

Jusque là c'est logique.

...

Mais qu'est-ce qui va se passer si on continue de leur donner deux raisins à chaque fois ?

Est-ce que leur cerveau va toujours libérer le double de dopamine ? 

Non.

Plus ça va aller, plus la réponse dopaminergique va se normaliser et considérer que deux raisins correspond à une récompense normale.

C'est à dire que pour deux raisins, leur cerveau va libérer 10 unités de dopamine.

À savoir le montant qu'il libérait auparavant pour un seul raisin.

...

Et à partir de là qu'est-ce qui va se passer si on arrête de leur donner deux raisins mais qu'on revient à un seul raisin ?

Est-ce que ça va être comme au début au niveau de la dopamine ?

Non.

Pour un raisin leur cerveau va libérer quelque chose comme 5 unités de dopamine.

Comme si les raisins étaient deux fois moins bons maintenant, alors que non.

C'est juste que leur cerveau s'était accoutumé à recevoir plus pour la même quantité d'efforts,

et qu'il s'attend toujours à avoir plus pour être bien.

Parce que maintenant qu'il a été accoutumé, il sait que c'est possible d'avoir plus,

alors il n'acceptera pas facilement de revenir à moins.

Le système dopaminergique fonctionne relativement à ce qui est possible,

et non de manière absolue.

Il fait constamment des statistiques sur la distribution des possibilités pour se tenir à jour des références de ce qui a de la valeur.

Recevoir un raisin dans un monde où les possibilités de recevoir deux raisins n'existent pas,

c'est une bonne récompense.

Mais recevoir un raisin dans un monde où les possibilités de recevoir deux raisins existent,

ce n'est pas une bonne récompense.

Donc les singes ne vont pas se satisfaire d'avoir un raisin comme au début.

Pour leur cerveau, recevoir moins que deux raisins, c'est se faire arnaquer.

Ce n'est pas un salaire suffisant dans un monde où c'est possible d'avoir le double pour la même quantité d'efforts.

Autrement dit il y a toujours une sorte de comparaison implicite de nos expériences présentes avec nos expériences passées,

pour déterminer si les expériences présentes ont de la valeur ou pas.

...

Ce qui entraîne une escalade de tolérance et d'accoutumance qui fait qu'on a toujours besoin de plus que ce qu'on a déjà eu dans le passé.

On a toujours besoin d'escalader pour avoir de meilleures sensations.

Parce que nos sensations actuelles, peu importe leur intensité, deviennent la norme.

...

Et c'est logique quand on y pense parce que sans ça on ne se lasserait jamais de certaines choses malgré la répétition,

et on n'aurait donc aucune incitation à passer au niveau supérieur,

ou tout simplement de passer à autre chose.

C'est essentiel d'avoir un système dopaminergique qui s'habitue à ce qui est répété,

afin de pouvoir évoluer et avancer.

...

Le véritable problème dans cette histoire de fonctionnement relatif ce n'est pas qu'on s'habitue aux récompenses offertes par le monde naturel.

Non le véritable problème c'est que grâce à nos capacités créatives et industrielles,

on a inventé et manufacturé en abondance des expériences, des sensations et des plaisirs beaucoup plus intenses que ce qu'offre le monde naturel normal,

et on peut accéder à tout ça à la demande.

Autrement dit on a créé des conditions pour pirater et dérégler notre système dopaminergique.

Pensez aux drogues, pensez au porno, pensez à la malbouffe, pensez aux séries télé, etc

Tout ça c'est designé pour évoquer des grosses libérations de dopamines.

Et de la même manière que les singes qui ont été habitué à deux raisins redéfinissent leur norme et n'arrivent plus à apprécier l'ancienne norme quand ils recoivent un seul raisin.

Eh bien cette supra-stimulation constante redéfinit la norme et diminue voire annule l'appréciation des choses censées être normales.

Tous les petits plaisirs de la vie disparaissent.

...

Dans le passé nos ancêtres avaient des vies composées de grandes périodes de privation,

parsemées de plaisirs subtils et durement gagnés.

Paradoxalement leur vie était censée être plus vide que la nôtre,

mais étant donné le fonctionnement relatif de la dopamine,

subjectivement c'est l'inverse.

...

C'est le revers de l'explosion brutale et contre-nature d'expériences, de sensations et de plaisir synthéthiques,

cela vient avec une brutale accoutumance toute aussi contre-nature qui annule le plaisir lié aux sensations normales de la vie.

Une accoutumance brutale qui fait qu'on n'est plus capable d'apprécier les sensations de plaisir liées au moment présent, à la contemplation de la nature, aux interactions sociales tranquilles,

ou encore à la promesse de récompense d'une tâche difficile, mais digne.

...

Et l'ironie c'est que tout ce déluge de sensations synthéthiques intenses devient normal.

Et on désire toujours plus.

Ce qui était un plaisir inattendu hier, devient la norme d'aujourd'hui, et ne sera plus suffisant demain.

...

Comme je vous le disais dans l'épisode 179,

une grande partie de la population de notre société moderne a sans s'en rendre compte entraîné son cerveau à recevoir du plaisir par le divertissement et par la vitesse.

Notre société est pornographique pourrait-on dire.

Tout s'est tellement accéléré en termes de stimulations, de produits, de contenu, de sorties, de livraisons, de vitesse de connexion, de confort, etc

et le divertissement a tellement escaladé que notre cerveau a développé une tolérance.

Il s'est habitué à tout ça.

C'est devenu normal pour lui ce rythme et ce niveau de stimulation.

Et ça a un coût très malicieux sur le reste de la vie.

Ça dérègle tout.

Parce que tout est connecté.

Ça entraîne un conditionnement du cerveau qui fait que c'est beaucoup plus difficile d'être patient et de prendre du plaisir dans le travail, dans la lecture ou encore dans l'apprentissage par exemple.

Parce que les seuils du cerveau se sont élevés et donc il est désensibilisé à tout ça.

Il s'attend à ce que tout soit hyper-stimulant, confortable et instantané pour être bien.

Sinon il est anxieux, il s'ennuie, il s'énerve, il déprime, etc.

De la même manière que la consommation de porno peut faire que tu n'arrives plus à avoir d'érection stable sans porno,

eh bien la société moderne dans son ensemble, internet, les smartphones, netflix, etc

peut faire que tu n'arrives plus à avoir d'attention stable sans stimulations.

Autrement dit ça peut causer une impuissance générale du cerveau.

...

Certaines personnes sont tout bonnement incapables de se concentrer, de lire un livre, etc

Pour elles c'est incompréhensible ce que font les personnes productives.

Elles n'arrivent pas à rester engagées et donc elles s'imaginent que les personnes productives sont des sortes de surhumains qui sont nés avec un super pouvoir.

...

Beaucoup de personnes se disent même qu'ils ont un trouble de déficit de l'attention ou de la motivation et que c'est pour ça qu'ils n'arrivent pas à se concentrer et à sa motiver.

Mais dans la plupart des cas, c'est des grosses conneries.

La raison pour laquelle l'attention des gens ne tient pas,

notamment dans les nouvelles générations,

c'est parce que le cerveau est depuis l'enfance conditionné de la mauvaise manière,

et n'arrive plus à être stimulé par des choses aussi sobres et lentes que la lecture, l'écriture, et compagnie.


Bref, sans s'en rendre compte on se rend la vie plus difficile,

notre cerveau est psychologiquement déréglé pour ne pas dire malade.

Merci Instagram, Netflix et compagnie.

...

C'est pour ça que c'est une bonne idée de réduire les sources de stimulations dans sa vie,

non pas pour ne plus être stimulé,

mais pour se conditionner à être stimulé par les bonnes choses.

Pour créer une sorte de remise à zéro.

Peu importe ce que vous faites de vos journées, votre cerveau va s'arranger pour avoir une distribution d'excitation dopaminergique normale.

Donc quand vous rajoutez ou que vous sortez des activités dans votre vie,

votre cerveau va ré-hausser ou rabaisser l'excitation des activités restantes qui composent votre vie pour avoir des niveaux équilibrés.

Toute baisse et toute élévation interne est temporaire.

Parce que toute élevation interne est au mieux suivie d'une phase d'adaptation si la stimulation externe est maintenue, 

et au pire suivie d'une phase de crash interne si la stimulation externe n'est pas maintenue.

Pensez à ce qui se passe chez les consommateurs de drogue.

Et bien sûr c'est pareil à l'envers avec la baisse et la perte, on finit par s'habituer.

....

Comme je vous le disais dans l'épisode 199, 

il n'y a pas de mystère là dessus, peu importe ce que tu vas faire de ta vie : tu vas passer l'essentiel de ton temps à être excité ou à chercher à êxtre excité.

La seule inconnue, c'est : par quoi ?

Par quoi tu vas être excité ou tu vas chercher à être excité ?

...

Peu importe ce que tu choisis comme sources d'excitation, 

la quantité d'excitation sera grosso-modo la même.

À cause des mécanismes d'accoutumance dont on vient de parler.

C'est ça que beaucoup de gens ne réalisent pas.

Globalement, tu n'auras pas plus d'excitation à passer ta vie sur du divertissement qu'à poursuivre un travail qui t'excite,

parce que ton cerveau va s'adapter et développer une tolérance.

La privation est illusoire.

Tout ce que tu vas gagner en étant excité par des choses super-stimulantes

tu vas le perdre dans ta capacité d'apprécier les choses plus sobres.

C'est la justice de la nature pourrait-on dire.

Rien n'est gratuit.

...

Sur ce, voilà qui clos cet épisode.

Comme d'habitude, je vous invite à vous abonner si ce n'est pas déjà fait,

à partager cette vidéo et laisser un pouce bleu si vous l'avez appréciée, ça m'aide pour la visibilité.

Quoi qu'il en soit je vous remercie de m'avoir écouté jusqu'au bout

et je vous dis à très bientôt pour la prochaine vidéo,

Ciao


>> Épisode suivant : D'où viennent les croyances dans les théories du complot ? Le fantasme de la conspiration #0233

<< Épisode précédent : Le jeu de la science #0231

Maîtrisez votre esprit, développez votre conscience, élevez votre existence !

S'ABONNER AUX VIDÉOS