Le 27/04/2021

Faut-il arrêter d'être gentil pour séduire et réussir ? La vérité sur la gentillesse et les "bad boys"

Faut-il arrêter d'être gentil pour séduire et réussir ? La vérité sur la gentillesse et les
À entendre certains on pourrait croire qu'être gentil est une mauvaise chose et qu'il vaut mieux être un "bad boy" et bannir la gentillesse pour avoir du succès, que ce soit dans la vie en général ou avec les filles.

Bonjour et bienvenue,

c'est Bertrand de la Fondation MAGister,

l'École des Héros du Monde Réel.

...

Dans l'épisode d'aujourd'hui on va parler de gentillesse.

Est-ce que c'est bien ? Est-ce que c'est pas bien ?

La gentillesse a assez mauvaise réputation dans certains cercles de développement personnel.

À entendre certains on pourrait croire qu'être gentil est une mauvaise chose et qu'il vaut mieux être un "bad boy" et bannir la gentillesse pour avoir du succès, que ce soit dans la vie en général ou avec les filles.

La gentillesse est vue comme une faiblesse.

Être gentil est pratiquement synonyme d'être soumis.

Le gentil petit chien-chien servile, le gentil petit béni-oui-oui.

Personnellement je pense que cette position sur la gentillesse est ridicule et manque beaucoup trop de nuances.

Déjà ce qu'il faut bien comprendre c'est que tu ne peux pas considérer la valeur de la gentillesse d'une personne indépendamment du reste de cette personne.

Ça n'a aucun sens.

La gentillesse n'a pas la même valeur si tu es juste un gentil de service

par rapport à si la gentillesse est juste l'une des facettes de ta personnalité et que tu as d'autres facettes pour contraster.

Si tu es gentil la clé n'est pas de bannir la gentillesse, mais de la contraster,

et de ne jamais laisser ta gentillesse être perçue pour de la faiblesse.

Les types qui croient qu'il faut bannir la gentillesse pour se faire respecter sont juste des simplets d'esprit qui n'ont pas les capacités mentales pour gérer et incarner la nuance.

...

Et ça vaut en particulier pour la séduction.

On entend souvent dire que les filles n'aiment pas les mecs gentils, que les mecs gentils finissent toujours en dernier, etc.

Et il n'en faut pas moins à tous les simplets d'esprit pour prendre le train en marche et réprimer leur gentillesse sans réfléchir, comme si elle était toxique.

...

Mais la vérité c'est que les filles aiment les mecs gentils.

Elles n'aiment juste pas les mecs qui sont juste gentil et qui n'ont rien d'autre.

En fait il faut bien comprendre que certains ingrédients ne sont savoureux que lorsqu'ils sont mélangés avec d'autres ingrédients.

Si tu es un homme ta gentillesse n'a pas le même goût et la même valeur quand elle n'est pas contrastée par des qualités plus masculines, froides et dominantes on va dire.

Si tu es gentil et que les autres savent que la gentillesse n'est pas ton seul mode d'opération, s'ils savent que tu peux être "dangereux" et "sauvage",

que tu n'es pas gentil gratuitement avec tout le monde,

que ta gentillesse n’a rien à voir avec de la faiblesse,

eh bien ta gentillesse va avoir un pouvoir très très différent de la gentillesse venant d'une personne inoffensive qui est incapable d'opérer autrement qu'en étant gentille.

En fait ta gentillesse aura probablement un côté très excitant parce qu'elle sera vu comme un traitement de faveur conditionnel et fragile,

et que l'ombre menaçante de ce dont tu es capable planera toujours en arrière-plan.

Comme je vous le disais dans l'épisode 214,  ce qui fait le beta ou l'alpha c'est la gestion de l'entropie.

La capacité d'éviter le chaos et de maintenir l'ordre.

Dans certaines conditions c’est vrai que pour bien gérer l'entropie il ne faut pas être gentil.

Mais dans la plupart des conditions, pour bien gérer l'entropie il faut être gentil.

Au niveau social tu peux difficilement gérer les relations et éviter le chaos en étant un connard.

Les vraies mâles alphas sont activement empathiques et compassionnels, et donc d'une certaine manière gentils.

Un alpha c’est une sorte de pilier.

Et pour être un pilier il faut être capable de construire et gérer des relations interdépendantes

Ce qui nécessite d’avoir un état d’esprit présupposant la coopération, capable de négocier les problèmes en se décentrant de ses intérêts egoïques.

Ça implique d’être raisonnable, de prendre de la perspective, de ne pas se laisser happer par ses impulsions du moment, de garder son sang-froid, de rester en contrôle, de refréner ses émotions négatives, de savoir encaisser et passer outre ce qui est suscité dans l’instant présent, de laisser passer la vague sans se faire emporter, d’être calme et compréhensif.

Et tout ça est très lié avec la gentillesse.

Et pour avoir ce type de gentillesse tu dois forcément être dans l’abondance intérieure, tu dois forcément être maître de tes émotions, voir les choses en perspectives, etc.

Ce qui est très alpha.

...

Du coup l'un des problèmes avec la gentillesse c'est qu'elle est confondue avec le fait d'être trop civilisé.

C'est à dire le fait de prendre trop de pincettes, de trop chercher l'approbation, de trop chercher à ce que les autres soit bien, d'être trop réprimé dans son expression, de ne jamais passer en mode sauvage et bestial, de ne jamais montrer ce qu'on a à l'intérieur.

Déjà ce n'est pas très masculin.

Et en plus il y a un côté faux et inauthentique dans ce genre de gentillesse,

qui est assez repoussant, ou tout du moins qui ne permet pas de créer une forte connexion.

...

De manière générale tout ce qui est prévisible est ennuyant.

Et tout ce qui est ennuyant est peu attractif.

...

La gentillesse seule et permanente, la gentillesse par défaut de savoir faire autrement,

ouais ce n'est pas une recette gagnante.

Et ça va être difficile de te faire respecter si tu ne sais qu'être gentil comme ça.

Le manque de variations c'est ennuyant.

...

Mais ne vous méprenez pas, si vous avez déjà une bonne recette de personnalité et qu'il vous manque la gentillesse, rajouter la gentillesse sera un gros plus.

La plupart des filles adorent la gentillesse quand elle est combinée à d'autres qualités.

Il faut être stupide pour croire l'inverse.

Si tu as plein d'autres qualités, ta gentillesse ne va pas diminuer le respect qu'une fille peut avoir pour toi, au contraire.

Et si ça diminue le respect qu'elle a pour toi, c'est que cette personne a un problème d'estime et qu'elle ne se respecte pas elle-même.

...

Imaginez votre personnalité comme un costume et vos traits de personnalité comme des couleurs.

Si vous êtes juste gentil on va dire que c'est comme d'avoir tout coloré en jaune, ça fait très clown.

Si vous êtes déséquilibré c'est comme si vous avez trop de couleurs bizarres, pareil ça ne passera pas bien.

Par contre si vous avez la juste mesure et les bonnes couleurs qui vont bien ensemble, ça va être très élégant,

et le retrait ou l'ajout d'une couleur par exemple au niveau de la cravate,

ça peut faire une grosse différence.

...

Tu peux être gentil mais en même temps être mystérieux, imprévisible, faire des choses risquées, avoir du cran, faire monter la pression, être difficile à lire, ne pas être acquis, devoir être conquis, créer du doute, être clairvoyant, ne pas être naïf, être malicieux, être coquin, être aventureux, être sauvage et bestial, etc.

La clé est de faire monter l’adrénaline de temps en temps.

De faire monter la tension.

Et encore une fois de ne jamais laisser ta gentillesse être perçue pour de la faiblesse.

L'un des traits les plus sous-estimés au niveau de l'attraction et plus généralement de l'excitation,

c'est la capacité à marcher sur la frontière entre ce qu'il faut faire et ce qu'il ne faut pas faire sans jamais déraper.

Cela démontre une intelligence et une maîtrise.

Quand tu croises le regard d'une inconnue, regarde là un peu trop longtemps avec un petit sourire et elle trouvera ça lourd ou dérangeant.

Détourne le regard trop rapidement et elle trouvera ça timide et peureux.

Regarde là juste ce qu'il faut pour créer une connexion et un peu de tension,

et elle te trouvera intrigant et intéressant.

C'est de la communication subverbale, et à travers cette communication tu communiques énormément de choses sur toi sans même avoir besoin d'échanger un mot.

Et bien sûr on retrouve le même soucis d'équilibre dans la dynamique des rapports sexuels.

...

Paradoxalement, je pense que beaucoup d'hommes qui valorisent l'idéologie du "bad boy" qui reste toujours froid et qui ne montre pas son affection et sa tendresse.

Le font essentiellement par faiblesse, par insécurité et par manque de flexibilité.

C'est une façon de se dérober et de prendre le chemin de la facilité.

Ils adoptent l'attitude du bad boy par faiblesse parce qu'ils ont peur de se rendre vulnérable et de se faire blesser.

Quand on ne montre jamais de gentillesse et qu'on ne s'ouvre pas, on ne fait que se protéger.

Se protéger de l'attachement notamment.

...

Ils adoptent l'attitude du bad boy par insécurité parce qu'ils ont peur de se faire juger et de perdre du respect s'ils font preuve d'affection et de tendresse.

Alors que s'ils étaient vraiment forts et sûrs d'eux, ils n'auraient pas peur de révéler leurs sentiments de temps en temps, au risque de se faire blesser.

Ils auraient suffisamment pour compenser et ne pas subir de contre-coup négatif.

La non prise de risque est un signe de peur et de fragilité.

Pour une personne, si montrer de la gentillesse et de l'affection suffit à ce qu'elle pense que cela va diminuer l'image que les autres ont d'elle,

alors que c'est que cette personne n'a pas une image très élevée d'elle-même.

Pensez y, est-ce qu'un homme puissant se priverait de porter de l'affection à une personne alors même qu'il en a naturellement envie et que cela lui fait du bien de le faire ?

Non, se priver de se faire du bien, vivre dans la privation, réprimer l'expression de ses émotions de peur des conséquences que ça va avoir, ce n'est pas "alpha", c'est très "beta".

...

Et enfin ils adoptent l'attitude du bad boy par manque de flexibilité parce qu'ils sont incapables d'opérer avec une identité nuancée.

Ils sont incapables de se permettre d'exprimer de la gentillesse de manière nuancée.

Soit ils sont gentils soit ils ne sont pas gentils du tout.

Mais ils n'arrivent pas à conceptualiser d'avoir la bonne mesure dynamique et complexe de gentillesse.

Ils n'arrivent pas à conceptualiser qu'on peut être gentil d'une mauvaise manière et être gentil d'une bonne manière.

...

Et pourtant comme je vous l'ai expliqué, c'est la que réside le succès de la gentillesse.

Quand tu es gentil il ne faut pas être que gentil.

...

Si tu es juste gentil, alors tu seras le gentil de service.

Et ça ce n'est pas bon.

Quand quelqu'un vous dit que vous êtes gentil, ça peut pratiquement être une insulte,

si vous êtes juste gentil.

Sous-entendu gentil toutou qui ne ferait de mal à personne.

Mais ça c'est être gentil de la mauvaise manière.

Être gentil de la bonne manière ça veut dire être une bonne personne.

Vous n'allez quand même pas me faire croire que vous ne voulez pas être une bonne personne,

ou même que vous croyez que votre vie sera plus épanouissante en étant une mauvaise personne ?

C'est absurde.

...

Je vous parle de tout ça car personnellement, je me considère moi-même comme quelqu'un de gentil.

Je n'ai pas le besoin d'être méchant et je ne vais certainement pas jouer le rôle du méchant pour créer je ne sais quelle réaction.

Quand j'aime quelqu'un j'ai authentiquement envie de lui donner sans compter.

Je n'ai pas envie de me retenir.

Je pense que si je me retenais ça serait une forme de protection assez toxique.

Ce n'est pas bon de garder une armure psychologique.

Donner de la positivité, c'est assez curatif, ça te fait te sentir mieux.

C'est une récompense en soi d'être une bonne personne.

...

Mais ce qui me fait penser que j'ai une gentillesse assez calibrée et contrastée.

C'est que parfois les gens qui ne me connaissent pas encore bien sont souvent étonnés quand je suis gentil et tendre avec quelqu'un.

Ils présupposent que je suis juste froid.

Pourquoi ?

Parce qu'il m'arrive d'être très froid.

Quand je ne me sens pas d'être chaleureux, je ne me force pas.

J'embrasse la froideur.

Et j'aime ça. Il y a un temps pour tout.

...

Bref pour terminer et résumer.

Ne croyez pas les conseils qui disent que la gentillesse c'est nul, ça ne marche pas, ça rend malheureux, les gens ne nous respectent pas, on peut avoir des meilleurs résultats en étant un bad boy, etc.

C'est un argumentaire contre un homme de paille.

C'est à dire un argumentaire qui fait croire que quelque chose est nul alors qu'en fait il s'attaque à quelque chose d'autre, il s'attaque à une version déformée et facile à battre.

Une version indéfendable.

Certes quand tu es gentil de la mauvaise manière, c'est nul, ça ne marche pas, ça rend malheureux, les gens ne te respectent pas, etc.

C'est vrai.

Mais quand tu es gentil de la bonne manière ça n'a rien à voir.

Beaucoup de personnes tombent dans le panneau.

Sous prétexte qu'elles sont gentilles de la mauvaise manière et que ça n'a jamais marché pour elle,

elles sont séduites par les discours qui mettent en avant le fait de ne plus être gentil.

Et du coup un beau jour elles se disent ça y est c'est fini la gentillesse,

maintenant je ne pense qu'à ma gueule, etc.

Et elles décident de jeter la gentillesse à la poubelle et de jouer un rôle.

Sauf que depuis le début leur problème ce n'était pas qu'elles étaient trop gentilles.

C'est juste qu'elles étaient gentilles de la mauvaise manière.

Elles croyaient qu'elles étaient gentilles mais en fait depuis le début elles avaient une version de la gentillesse en carton-pâte.

Si vous préférez elles avaient une conception erronée de ce qu'est la gentillesse.

Leur propre conception de ce qu'est la gentillesse était un homme de paille.

Et donc en rejetant la gentillesse ce n'est pas vraiment la gentillesse qu'elles ont rejeté,

mais leur version factice.

Mais hélas elles ont jetés le bébé avec l'eau du bain.

Elles pensaient déjà avoir testé et donné avec la gentillesse, mais en fait non,

elles n'ont jamais vraiment testé la bonne manière d'être gentille.

Et si elles avaient ça leur semblerait stupide de croire qu'elles peuvent être plus heureuses en étant une mauvaise personne qu'en étant une bonne personne.

Vraiment ne vous méprenez pas là dessus.

De manière générale plus on donne aux autres, plus on fait les autres se sentir bien,

eh bien plus on se sent bien soi-même.

On reçoit ce qu'on donne.

Autrement dit penser aux autres, c'est penser à soi.

C'est difficile d'être épanoui en étant un égoïste.

...

Il y a le même soucis avec la vulnérabilité.

En gros tu peux être vulnérable en mode "beta" ou en mode "alpha".

Les filles vont vous demander de vous ouvrir, vous allez vous ouvrir, ça va mal se passer, elle va penser que vous êtes faible, etc

et vous vous dites “ah je le savais j'aurais jamais du m'ouvrir, j’aurais du rester stoïque”.

Non, encore une fois c'est juste la manière de s'ouvrir.

Tout est dans la mesure et dans la justesse.

Avec la bonne forme tu peux t’en tirer en faisant pratiquement n’importe quoi.

Et on en reparlera de ça un jour.


Maîtrisez votre esprit, développez votre conscience, élevez votre existence !

S'ABONNER AUX VIDÉOS