Le 22/11/2020

Ceux qui croient que les vaccins causent l'autisme ne sont pas tous des complotistes #0261



Dans cet épisode on discute de la frontière entre la corruption et la conspiration.

Bonjour et bienvenue,

c'est Bertrand de la Fondation MAGister,

l'école des héros du monde réel.

...

Dans l'épisode d'aujourd'hui on va continuer de parler de corruption, de conspiration et de complot.

Si vous n'avez pas écouté l'épisode précédent, je vous invite à le consulter,

même s'il n'est pas nécessaire à la compréhension de celui-ci,

il permet de mieux comprendre les choses.

... 

Tout d'abord avant de commencer cet épisode je voudrais faire un rappel de l'épisode 242.

Se poser des questions, chercher des vérités alternatives, être méfiant, percevoir des menaces, des vices et de la corruption potentiels, etc, ce n'est PAS être complotiste.

Être complotiste, c'est croire que les problèmes, les vices, la corruption, les menaces, et compagnie sont voulus et planifiés et cachent des intentions secrètes.

Pour donner un exemple concret : croire que les vaccins présentent des vices et sont nocifs pour la santé ce n'est PAS une croyance complotiste.

En revanche, croire que les vaccins sont délibérément viciés et nocifs pour la santé afin de réduire et contrôler la population mondiale, c'est une croyance complotiste.

...

Encore une fois le complotisme ne réside pas dans l'identification de problèmes, de vices, de corruption, de dangers, etc, mais dans l'attribution de causes voulues, de contrôle, d'orchestration, d'intentions cachées, d'objectifs  secrets  associés à ces problèmes, à ces vices, à ces corruptions et à ces dangers.

Systématiquement parler de plan et d'orchestration ce n'est pas sérieux.

C'est vraiment donner trop de crédit et de conscience aux responsables des problèmes, des vices et de la corruption.

Personnellement je pense que très souvent c'est notre stupidité et notre désir de développer et contrôler la vie sans maîtriser, comprendre et planifier à l'avance toutes les conséquences qui causent les gros problèmes de vice et de corruption et les conséquences négatives à long terme.

Donc tout l'inverse de l'orchestration.

On m'a déjà reproché de caricaturer, de manquer de nuances et de généraliser quand je parle des complotistes et que j'avais tort.

Alors que c'est l'inverse.

C'est justement parce que je ne généralise pas le terme complotiste que mes critiques sur les complotistes ne s'appliquent pas aux personnes qui se posent des questions à propos de la corruption, aux personnes qui suspectent sérieusement les vices, les dangers et les conséquences à long terme de tel ou tel produit, etc.

Tout ça ne rentre pas dans le complotisme.

Je répète encore une fois, se poser des questions, suspecter les vices et les dangers de tel ou tel produit, prendre des précautions, être méfiant, chercher des vérités alternatives, etc : tout ça ne fait pas de vous un complotiste.

...

À ça on m'a déjà répondu que c'était quand même une vision trop anti-complotiste.

Et je vais vous synthétiser un échange que j'ai eu à ce propos dans les commentaires de mes vidéos, avec une personne que je remercie pour la qualité de l'échange au passage.

...

Pour reprendre l'exemple des vaccins, l'industrie pharmaceutique a financièrement intérêt à vendre des vaccins, peu importe qu'ils soient bénéfiques ou néfastes sur le long terme.

On a déjà des évidences que l'industrie pharmaceutique est capable de dissimuler des preuves de la nocivité dans le but de faire plus de profits plus longtemps.

De la même manière l'industrie pharmaceutique ne va pas s'empêcher de continuer à promouvoir des vaccins pour lesquels il y a des doutes qui ont été émis.

Là encore ils ont un intérêt financier à fermer les yeux là dessus.

Leur mission n'est pas tant de soigner que de faire des profits en soignant.

Ce qui automatiquement va corrompre leur façon de soigner, on est d'accord.

Ils ne vont pas privilégier les meilleurs moyens de soigner si ces moyens impliquent des pertes.

Mais ce n'est pas une conspiration pour autant étant donné qu'il n'y a pas d'intention de nuire.


La potentielle nuisance ne s'inscrit pas dans une démarche de nuisance, mais dans une démarche de gain d'argent.

Autrement dit ce n'est pas de la conspiration, c'est de la corruption.

C'est très important de ne pas mélanger les termes.

...

Après on peut se dire qu'il y a quand même des industries qui agissent pour pouvoir continuer à nuire tant que c'est profitable, et certaines personnes clés en sont forcément conscientes,

comme certains preneurs de décision, certains scientifiques qui mènent des études conçues dans le but d'échouer à détecter une nocivité, ou encore certains zététiciens anonymes qui critiquent systématiquement les études en faveur de la nocivité, mais pas celles en faveur de l'innocuité.

On peut se dire que eux ils savent. Ils sont dans le coup.

Et donc que ça va plus loin que de la corruption, que ça rentre dans la conspiration.

Par exemple quand l'institut Pasteur a été absorbé par une multinationale les scientifiques de ce même institut avaient alors publiquement dénoncé le choix de l'adjuvant aluminium plutôt que calcium (qui est moins cher mais plus nocif).

Le décisionnaire savait.

Ces personnes clés dissimulent des informations collectivement et consciemment contre l'intérêt général, dans leur intérêt personnel.

Et on peut se dire que ça, ben c'est la définition même du complotisme.

Ce n'est pas juste de la corruption.

C'est de la conspiration.

...

Mais si vous m'avez bien suivi en fait non tout ça ce n'est pas de la conspiration.

C'est toujours de la corruption.

Pourquoi ?

Parce que la conspiration implique de mauvaises intentions dès le début.

Alors que la corruption implique que ce qui était bon, ou tout du moins neutre, se transforme en mauvais en cours de route.

Et en l'occurence ici le plan initial n'a très probablement jamais été d'aller contre l'intérêt général.

Ce qui les a fait aller contre l'intérêt général c'est la corruption en cours de route.

...

Pour mieux comprendre on peut schématiser le processus :

étape 1 / on commence une entreprise sans mauvaises intentions

étape 2 / on fait du profit avec cette entreprise

étape 3 / on se rend compte après avoir commencé que notre entreprise nuit

étape 4 / on se rend compte qu'il n'y a pas moyen de palier cette nuisance sans perdre en profit

étape 5 / étant donné que l'on s'est attaché au profit de l'entreprise, et qu'on est trop bête et trop avare pour s'en détacher, on ferme les yeux sur la nuisance et on fait en sorte que cela reste ainsi.

...

C'est typiquement de la corruption.

Pourquoi ? Parce qu'au fond dans ce schéma on préférerait que les nuisances associées à notre gagne pain n'existent pas.

Mais comme elles existent on ferme les yeux et on essaie de les cacher.

Ce n'est pas vraiment du complotisme, car les nuisances sont des épiphénomènes indirects de l'entreprise.

Le complotisme implique de vouloir les nuisances, de chercher dès le début à les faire exister pour arriver à une certaine fin.

Autrement dit le complotisme implique que les nuisances font partie du plan.

Et c'est ça que je critique quand je dis que trop de gens utilisent à tort les termes conspiration et complot au lieu du terme corruption.

Autant la corruption est partout je suis d'accord,

autant je pense vraiment que les complots et les conspirations c'est vraiment très rare.

Pourquoi ? Parce que cela requiert à la fois de l'intelligence et une volonté de faire du mal pour faire du mal.

Les complots et les conspirations se font contre quelque chose.

Et pour moi on est la plupart du temps dans le contraire : la volonté n'est pas de faire du mal, mais de faire du profit ;

l'intelligence il n'y en a pas, justement c'est plutôt de la bêtise qui est à la source de la corruption.

Il y a effectivement une tolérance consciente du mal, ou un manque de volonté conscient de contrer le mal,

et ça, c'est de la corruption.

Mais sur le plan cognitif et émotionnel, ce manque de volonté de contrer le mal,

c'est très très différent d'une volonté de créer soi-même le mal.

Le mal qui est toléré est un épiphénomène indirect de l’entreprise. 

Et non un objectif direct de l'entreprise.

...

Et vous savez cette tolérance du mal, ça n'a rien d'exceptionnel.

La quasi-totalité des êtres humains ont une vicieuse tendance à tolérer le mal qui est adjoint à leur bien.

Par exemple ne serait-ce que dans la procrastination.

Ou encore dans le fait de laisser quelqu'un faire du mal à d'autres sans intervenir,

pour ne pas avoir soi-même des problèmes en intervenant.

On sait que c'est "mal", mais on laisse faire, on n'est pas intolérant,

parce qu'on a quelque chose à gagner à tolérer ce mal.

Dans tous les cas (il me semble), on ne cherche pas à faire le mal, le mal se fait,

et on ne fait rien pour le contrer.

Et cette tolérance, c'est de la corruption.

En revanche, la conspiration, c'est à dire la volonté de faire du mal, la volonté de nuire à quelque chose, je pense que c'est infiniment plus rare.

...

Pareil pour les zététiciens et les études supposément "indépendantes" qui cherchent à démontrer tel ou tel truc, je pense honnêtement que même s'ils sont corrompus, ils n'ont pas vraiment conscience de leur corruption.

C'est de la corruption aveugle.

C'est à dire qu'hormis de très très rares exceptions, les personnes sont vraiment bien intentionnées et indépendantes dans leur tête.

Même s'ils se font des illusions.

Comme je vous le disais dans l'épisode précédent, 

notre cerveau est maître dans l'art de se voiler la face et de rationaliser et défendre ses intérêts.

Et je pense que c'est là l'un des plus gros problèmes du monde en fait.

Ce n'est pas que les gens sont méchants et mal intentionnés.

Non au contraire, la plupart des gens sont bien intentionnés.

C'est juste qu'ils sont tellement aveugles à leur propre corruption que inévitablement,

ce décalage avec la réalité crée le terrain idéal pour faire émerger toutes sortes de dynamiques pourries.

...

Pour ce qui est des études financées par des investisseurs, il y a clairement une conscience du mal, on est d'accord.

Les mecs ne sont pas ignorants des magouilles.

Ils font ça pour continuer à vendre.

C'est de la corruption consciente et non de la corruption aveugle.

Et effectivement là on se rapproche beaucoup du complot et de la conspiration.

Considérer ça comme un complot ou une conspiration à la limite, ce n'est pas une grosse erreur.

Mais pour moi ça reste une légère erreur.

Parce qu'avoir un intérêt à gagner en tolérant consciemment les nuisances envers l'intérêt général.

Faire en sorte de cacher des choses négatives et de manipuler les apparences pour continuer ses petites affaires tranquilles.

Ce n'est pas suffisant pour entrer dans la sous-catégorie complot.

Sinon la plupart des publicités et du marketing seraient aussi du complot,

parce qu'ils manipulent les apparences et les perceptions de manière pratiquement mensongère de telle sorte à renvoyer le plus possible de positif et le moins possible de négatif.

Donc si on veut rester strict, c'est de la malversation oui, mais ce n'est pas du complot.

C'est encore de la corruption. De la corruption consciente.

Pour citer l'épisode précédent, dans un certain sens de la corruption il y a l'action de se détourner de son devoir supérieur, de s’engager à faire quelque chose contre l’honneur.

L'honneur renvoyant au sentiment d'une dignité morale, estimée plus haut que tous les biens, et qui porte certaines personnes à des actions loyales, nobles et courageuses.

Sachant que ce qui est digne et noble peut être vu comme ce qui contribue au bien général, au bien commun et non à son intérêt personnel.

Donc clairement c'est de la corruption consciente.

Une corruption consciente qui indirectement peut avoir des conséquences négatives sur la vie des gens.

Mais du complot, non, le mot est trop fort.

Dans le complot les conséquences négatives sur la vie des gens elles ne sont pas indirectes.

Un complot par exemple c'est de planifier consciemment de tuer quelqu'un pour gagner du pouvoir.

Dans le complot, faire du mal est au centre de la stratégie d'accumulation de pouvoir.

Donc dans la volonté derrière le complot certes, il y a une volonté de gagner quelque chose (notamment un intérêt personnel) mais il y aussi et surtout une volonté de nuire (tuer, trahir, attenter à quelque chose, etc).

Le complot se fait toujours CONTRE quelque chose et non juste POUR quelque chose.

Et c'est pour ça qu'il faut faire attention à l'utilisation de ce terme, il est très lourd de sens.

Je répète différemment : le complot a pour objet de nuire à quelque chose, et ses vues sont toujours criminelles.

Et c'est là que repose tout le différend.

Pour moi il n'y a pratiquement jamais de volonté de nuire dans ce qui est théorisé à tort comme un complot,

juste une volonté de gagner en tolérant le mal sur la route,

mal dont on se passerait bien s'il ne venait pas en épiphénomène indirect de ce qu'on cherche à obtenir.

Si vous voulez dans la corruption, qu'elle soit consciente ou aveugle, les gens sont des irresponsables.

Ils sont ivres de pouvoir, ils sont hypnotisés par le gain et cela les aveugle au mal qu'ils font.

Un peu comme des adolescents irresponsables qui ne se rendent pas compte qu'ils vont trop loin dans les conneries qu'ils font pour s'amuser.

Une autre métaphore éclairante c'est celle de l'addict aux jeux d'argent qui se ruine dans sa recherche de gains.

Il est tellement addict à l'idée de gagner qu'il continue même quand il détruit sa vie.

Enfin un autre exemple pour en remettre une couche : l'amour peut nous corrompre à accepter le mal qu'une personne nous fait, l'amour peut nous corrompre à négliger, minimiser, rationaliser et accepter les vices d'une personne.

...

Ainsi dans la corruption, la fin qui nous intéresse justifie le mal sur la route.

La fin qui nous intéresse nous corrompt à négliger, minimiser, rationaliser et accepter le mal qui est lié à notre quête.

Mais la fin en elle-même n'est pas de faire le mal, contrairement au complot et à la conspiration.

Dans la corruption, c'est l'attraction vers l'intérêt qui nous corrompt et qui entraîne le mal sur la route de l'intérêt.

Et non l'attraction vers le mal qui directement entraîne le mal, comme dans le complot et la conspiration.

De la même manière que la peur, la douleur, la souffrance, etc que produit notre corps ne sont pas des forces du mal, ce sont des choses qui sont au fond motivées par l'intérêt et non juste là pour nous faire du mal.

...

Donc faire du mal en cherchant à gagner quelque chose n'est pas du complot.

Y compris si on est conscient de ce mal.

Ça serait du complot si on cherchait à faire ce mal.

Mais ici le mal est ce qu'on appelle en biologie un "spandrel", un produit dérivé de quelque chose d'autre, un produit dérivé qui est maintenu pour et par l'existence de ce quelque chose d'autre, et non pour et par lui-même.

...

Si on néglige ce point alors c'est la porte ouverte à tout appeler complot,

comme le font hélas trop de complotistes qui ne sont pas assez rigoureux dans leur usage des concepts, dans leur perception et dans leur critique du monde.

Si on néglige ce point rien ne nous empêche de dire qu'une lionne qui s'apprête à chasser une gazelle complote contre cette gazelle par exemple.

Ce qui est absurde, y compris si les lionnes se mettent à plusieurs.

Il y a un concept très important mis en avant par le philosophe Daniel Dennett pour comprendre ces comportements : c'est le concept de compétence en l'absence de compréhension.

Autrement dit, le concept de compétence aveugle.

Par exemple si vous avez un chat à la maison vous avez peut-être remarqué que dès qu'il voit un oiseau au loin il arrête toute activité et se met à approcher discrètement, prêt à bondir.

De notre point de vue on pourrait se dire que le chat comprend l'intérêt d'approcher discrètement et qu'il est vicieux.

Mais c'est de la projection humaine. De l'anthropomorphisme.

La vérité c'est que personne ne lui a appris ça et c'est tellement mécanique et instinctif qu'il ne pourrait faire autrement.

Il est né avec cette stratégie comportementale ancrée en lui.

On dirait que le chat a une théorie de l'esprit, qu'il sait qu'il faut être discret pour ne pas prévenir l'oiseau, etc, et que c'est cette conscience conceptuelle qui guide sa compétence, mais non c'est de la projection.

La compétence est aveugle.

Tout du moins conceptuellement.

De la même manière qu'une araignée n'a aucune idée à l'avance du pourquoi elle suit telle ou telle forme pour faire sa toile.

C'est de la compétence en l'absence de compréhension.

Ce n'est pas parce que des comportements sont habiles, organisés, coordonnés, discrets, etc qu'ils ont été consciemment pensés pour l'être par les animaux.

La vérité c'est que les animaux sont probablement incapables de faire autrement,

parce qu'au fond ils ne comprennent pas grand chose à pourquoi ils s'y prennent comme ça.

À ce niveau ce sont des marionettes de leurs instincts.

De la même manière que l'araignée est incapable de changer les patterns de sa toile d'araignée.

Du coup induire que les animaux ont des plans, une perception de plans, une théorie de l'esprit, etc, c'est pour moi aussi erroné que de dire "les animaux s'accouplent et copulent pour se reproduire et perpétuer leurs gènes".

Alors que non ils ne voient pas les choses sous l'angle de ce plan de la nature,

même s'ils participent inconsciemment à ce plan de la nature.

La théorie de l'esprit, c'est à dire la capacité de se distancer de se son propre esprit pour prendre la perspective d'un autre, de comprendre ses intentions, de représenter ce qu'on pense qu'il sait, ce qu'on pense qu'il sait qu'on sait, ce qu'on pense qu'il ne sait pas qu'on sait, etc, etc, etc,

elle se développe assez tard chez l'être humain cette capacité,

alors même que notre cerveau est structuré pour.

C'est une capacité très avancée.

On peut en discuter chez certains animaux (les primates non-humains notamment),

mais chez les gazelles et les lionnes c'est très très probablement le niveau zéro.

C'est du pur instinct aveugle qui les fait réagir les uns envers les autres.

Et non une représentation conceptuelle de la gazelle par la lionne, et de la lionne par la gazelle.

Et en disant ça attention, je ne dis pas que les animaux ne sont pas conscients des autres et ne sont pas en connexion émotionnelle avec les autres.

Bien sûr que certains animaux sont conscients des autres et en connexion émotionnelle avec les autres.

Mais ce n'est pas suffisant pour avoir une théorie de l'esprit.

La preuve en est : les enfants humains.

Ils sont indéniablement conscients des autres et en connexion émotionnelle,

mais avant un certain âge, leur théorie de l'esprit est très très limitée.

Ils n'arrivent pas à bien séparer leur perspective de la perspective des autres,

et à les traiter différemment.

Ils pensent notamment que dès qu'ils savent quelque chose, alors tout le monde le sait aussi.

Ils n'arrivent pas à bien réaliser que des gens peuvent ne pas savoir des choses qu'ils savent.

Parce que rien que d'arriver à faire ça, ça demande de prendre de la distance sur sa propre perspective.

Justement pour vous dire à quel point la théorie de l'esprit humaine est complexe,

je pense que les gens qui voient des complots un peu partout,

c'est en partie du à leur capacité de théorie de l'esprit qui n'a jamais pu atteindre un niveau suffisamment avancé.

Une capacité de théorie de l'esprit qui n'est pas assez avancée pour faire la part des choses entre leur perspective et la perspective des autres,

et pour se représenter de manière objective la perspective de chacun sans parasiter avec des projections et des fausses croyances.

Et quand tu y réfléchis ce n'est pas étonnant que ce soit fréquent,

parce que que parvenir à bien représenter l'esprit de plein de personnes différentes dans notre esprit,

et s'y retrouver à travers le temps sans faire de mélanges et de mauvaises inférences,

ça demande plein de ressources mentales.

...

Bref, pour préparer des conspirations et des complots il faut avoir la capacité de représenter et créer des buts.

Et les désirs de premier ordre qui poussent les animaux à faire ceci ou cela ne sont pas des buts.

Les buts renvoient à la capacité meta-cognitive de prendre de la hauteur et de former des désirs de second ordre, c’est à dire des désirs à propos de quels désirs de premier ordre on souhaite suivre et avoir.

Ça implique une représentation des possibilités.

Et tout ce dont on parle au niveau des animaux est tellement influencé par les instincts réactifs qu'on ne peut vraiment pas parler de buts.

Donc l'image qu'on peut se faire de la lionne qui complote contre la gazelle,

elle tombe à l'eau, ou tout du moins elle ne fait que renforcer l'idée que je défends :

à savoir qu'on utilise le mot complot pour des choses qui n'en sont pas.

Et c'est pareil pour le mot conspiration, dans une moindre mesure (car il a un sens un peu plus large).

...

Comme je vous le disais dans l'épisode précédent, je suis de tout cœur avec l'idée de mettre en évidence les véritables problèmes d'intérêts et de corruption qu'il y a dans le monde.

Si on veut améliorer notre monde, c'est important d'en parler, pour ne pas les laisser se faire balayer avec le reste des théories du complots.

Mais au final, ce qu'il faut pour mettre les discussions de ces problèmes de corruption sur des bases conceptuelles saines et pouvoir parler de ce qui ne va pas dans le monde sans dire n'importe quoi,

c'est ne pas utiliser les termes de complot et de conspiration à tort et à travers.

Rien que d'utiliser ces termes à tort et à travers montrent une compréhension superficielle de ces problèmes de corruption,

une incapacité de les reconnaître pour ce qu'ils sont vraiment, et par conséquent une incompétence pour faire quoi que ce soit pour les régler.

Ce n'est pas sérieux.

Ça risque de faire empirer les choses en fait, d'essayer de combattre les problèmes sans les comprendre.

....

Donc encore une fois,

Faire passer ses intérêts personnels avant l'intérêt général, c'est faillir à son devoir supérieur, oui.

Mais ce n'est pas conspirer. Ni comploter.

De la même manière, la création indirecte et consciente d'un mal qui se manifeste durant une entreprise et/ou une recherche d'intérêt, ce n'est pas de la conspiration.

C'est de la corruption.

Et donc si vous voulez vous attaquer à ce genre de problèmes, vous ne devez pas vous considérer comme un complotiste ou comme une conspirationniste.

Mais comme une corruptionniste.

Avec spécialité complotiste et conspirationniste pourquoi pas.

Mais pas à votre coeur.

Parce que comme disait Abraham Maslow,

"Tout ressemble à un clou pour qui ne possède qu'un marteau".

Alors si vous vous considérez comme un complotiste, votre cerveau va commencer à voir des complots partout où il y a de la corruption.

...

Si on insère à tort le terme complot dans les débats,

non seulement les nuances dont je vous parle dans ces vidéos passent à la trappe,

mais en plus ça ramène en passager clandestin toute la charge dramatique et polarisante inutile du terme dans l'équation,

ce qui fait que très rapidement, le débat va dérailler et se corrompre,

car beaucoup de participants seront passés en mode émotionnel.

Autrement dit en introduisant ce terme dans la bassine, 

on tire le débat dans la mauvaise direction,

ce n'est qu'une question de temps avant que ça s'envenime.

Encore une fois le terme complot est trop souvent inapproprié pour parler de corruption,

et en plus il a été piraté et coopté par des valeurgies basse conscience.

Si on veut élever le débat, il faut absolument laisser tomber ce terme autant que possible,

et l'utiliser uniquement quand c'est approprié.

Ou alors l'utiliser pour montrer qu'il est inapproprié et galvaudé, ce qui est ce que j'essaie de faire avec ces vidéos.

...

Bref pour en revenir aux nuances.

Une autre manière de distinguer la corruption consciente de la conspiration,

c'est que la corruption consciente a une connotation beaucoup plus passive que la conspiration,

qui elle a une connotation active.

Par exemple en France on peut commettre un délit de "non-assistance à personne en danger". 

Les personnes qui commettent ce délit ne sont pas en tort parce qu'elles ont fait quelque chose de mal, mais parce qu'elles n'ont pas fait quelque chose de bien qu'elles auraient du faire.

Elles sont restées passives malgré leur conscience que la personne était en danger.

Et avec la corruption consciente c'est souvent très très similaire comme logique.

Les personnes sont en tort parce qu'elles tolèrent passivement et consciemment le mal sur leur chemin,

elles sont en tort parce qu'elles ne se soucient pas assez des autres, pas assez du développement durable, pas assez de l'intérêt commun, pas assez de trouver la meilleure solution pour tout le monde, pas assez d'élever le niveau, etc.

Souligner cet aspect passif est très important pour capturer le coeur du problème de la corruption consciente.

À savoir le laisser aller du mal, le manque de valeurs, le manque de conscience morale, le manque de standards, le manque de responsabilité consciente envers les autres et envers le futur, etc

Dans la corruption consciente, les personnes ne sont pas activement en train de créer le mal dans le monde, mais ils le catalysent, ils laissent le mal s'exprimer, ils sont complices du mal, ils ne font rien à leur niveau pour le contenir.

...

Et si on se met à conceptualiser les choses comme ça, on se rendra à l'évidence que la corruption consciente nous concerne tous à un certain degré !

Par notre simple existence on contribue indirectement au "mal" de différentes choses,

et on a conscience de ce mal (au moins de manière intermittente).

Rendez-vous compte la simple procrastination est une création passive, consciente et indirecte de notre propre mal.

Le simple fait que l'on se laisse aller et qu'on ne fait pas les efforts qu'on devrait faire pour élever notre vie et celle des autres,

qu'on ne fait pas les efforts qu'on devrait pour tirer partie de notre potentiel au lieu de le gâcher,

qu'on ne fait pas les efforts qu'on devrait pour contribuer à apporter de la valeur dans le monde plutôt que d'en prendre comme un parasite,

c'est déjà le début de la corruption consciente.

...

Pas très confortable pour l'ego de réaliser ça...

Ce qui est je pense l'une des raisons pour lesquelles les termes conspiration et complot ont plus la cote vis-à-vis de l'ego.

Parce que c'est accusateur vis-à-vis des autres et non de soi-même.

C'est confortable, ça nous met hors d'atteinte d'utiliser ces termes.

Ça nous distrait de notre propre corruption.

On peut facilement dénoncer et se battre contre les complots sans être un hypocrite.

Par contre si on veut dénoncer et se battre contre la corruption consciente sans être un hypocrite, c'est plus difficile.

Parce qu'encore une fois, rien que la procrastination nous fait mettre un pied dans la corruption consciente.

Ce n'est ni dans ton intérêt supérieur ni dans l'intérêt général de procrastiner.

Et une partie de toi le sait.

Et pourtant on va souvent contre nos valeurs supérieures.

...

Pour en revenir à l'hypocrisie, en soit c'est également une marque de la corruption consciente.

Une entreprise qui dit oeuvrer dans l'intérêt général mais qui en réalité oeuvre davantage dans son intérêt personnel, c'est une entreprise hypocrite.

Ou tout du moins une entreprise qui se voile la face.

De la même manière que les complotistes extrêmes qui se disent oeuvrer pour la recherche de la vérité se voilent la face, et trahissent sans le réaliser leur propre mission de recherche de la vérité.

...

On pourrait se dire corruption consciente, conspiration, complot, à quoi bon pinailler, au final ça ne change rien à la nuisance en elle-même.

Qu'il y ait volonté de nuire ou pas, au final, ça ne change rien à la nuisance créée,

qui existe bel et bien.

Donc quelque part on pourrait se dire que la méfiance complotiste est justifiée.

Et encore une fois, j'insiste, non.

...

Qu'il y ait volonté de nuire ou pas, au final, ça ne change rien à la nuisance créée.

Ça, c'est vrai. Je suis d'accord.

Mais par contre ça change le problème.

Un problème n'est pas simplement défini par ses symptômes.

Et surtout on ne peut pas résoudre un problème en se basant juste sur les symptômes.

C'est souvent tout le problème de la médecine d'ailleurs, de vouloir soigner des symptômes sans s'assurer de bien comprendre le problème à soigner. 

En voulant supprimer les gens qui ont la volonté de nuire, le problème ne disparaîtra pas, car depuis le début les symptômes ne viennent pas de là.

Comme je vous le disais dans l'épisode précédent, le problème est beaucoup plus profond et complexe que ça.

...

Donc même si on a raison de fortement se méfier des nuisances créées par les êtres humains,

qui ne sont clairement pas des fantasmes, il faut se méfier de la bonne manière.

Et ce que j'essaie de vous dire c'est que les complotistes extrêmes ne se méfient pas de la bonne manière.

Leur façon de se méfier, c'est une partie du problème de la corruption.

C'est une méfiance biaisée et mal dirigée. Une méfiance dramatisée.

Comme je vous le disais dans l'épisode 242, je milite pour qu'on se méfie et qu'on incrimine les failles de notre cerveau par défaut plutôt que les grands méchants, les dirigeants, les riches, les grandes entreprises, etc ;

Comme ça on se met nous aussi dans ce dont il faut se méfier,

à savoir notre cerveau par défaut et les bêtises, les raccourcis pratiques et les entorses qu'il nous pousse à faire.

Ce que par défaut on ne fait pas.

Par défaut on a un angle mort gigantesque sur nous-mêmes.

Et en dé-dramatisant ce dont il faut se méfier,

en comprenant qu'au fond tout est surtout question de bêtise, de facilité et d'entorse,

on calme tout de suite cette valeurgie toxique de diabolisation, de haine, de peur, de nous versus eux, etc,

parce qu'on est tous dans le même bateau.

Les responsables des problèmes du monde passent de la catégorie "dieux calculateurs et tout puissants" à la catégorie "enfants irresponsables à qui on a donné trop de pouvoir".

Et on ne règle pas ces situations de la même manière.

...

Sur ce on s'arrête là pour aujourd'hui.

Dans le prochain épisode je vais vous introduire un nouveau principe d'auto-organisation pour vous expliquer comment même la corruption aveugle peut être organisée et donner l'illusion d'un complot.

Ça permettra de remettre une couche sur l'importance de se méfier des biais inconscients.


<< Épisode précédent : TOUS CORROMPUS ? Comprendre l'étendue de la corruption #0260

Maîtrisez votre esprit, développez votre conscience, élevez votre existence !

S'ABONNER AUX VIDÉOS