Développez votre conscience des fonctionnements de votre esprit et de la réalité,

et utilisez ce savoir pour élever votre existence !

Ne laisse pas la raison te diminuer #040



Un champion, quand il va affronter un adversaire, vous croyez qu'il essaie de raisonner pour savoir les chances qu'il a de gagner le combat ? Non, raisonner là dessus c'est prendre le risque de se désengager et de saper son énergie !

Bonjour et bienvenue,

C'est Bertrand de la Fondation MAGister,

l'école des héros du monde réel.

...

Dans les vidéos précédentes sur l'optimisme,

je vous présentais l'optimisme et le pessimisme comme des sous-systèmes de perception de notre esprit.

Des sous-systèmes auxquels notre conscience se connecte pour interpréter le monde et dépeindre la réalité de telle sorte à anticiper le futur de notre histoire dans le présent.

Et donc selon que l'on soit connecté au sous-système d'optimisme ou de pessimisme, notre perspective sur la réalité est complètement différente.

Quand on est optimiste on anticipe les ouvertures, les opportunités, les solutions à saisir.

Alors que quand on est pessimiste on anticipe les problèmes, les dangers, les risques à éviter.


Je vous disais également que notre organisme peut être soit en mode engagement.

Soit en mode désengagement.

Le mode engagement c'est quand notre organisme est "allumé" et dans des prédispositions énergétiques, physiologiques et mentales adaptées à l'action et à la réussite.

Alors que le mode désengagement c'est quand notre organisme est "éteint" et dans des prédispositions énergétiques, physiologiques et mentales adaptées à l'inaction et à l'évitement de l'échec.

Et donc je vous expliquais que l'anticipation et le raisonnement optimistes entraînent l'engagement,

alors que l'anticipation et le raisonnement pessimistes entraînent le désengagement.

...

Je vous disais aussi que pour la plupart d'entre nous on a jamais pris le temps de définir c'est quoi nos règles, c'est quoi nos conditions pour être optimiste et pessimiste.

On est optimiste et pessimiste de manière automatique, par rapport à l'identité, les raisons et le modèle de la réalité que l'on s'est construit inconsciemment pour nous protéger et avancer jusque là dans la vie.

Autrement dit, notre engagement est régulé par une accumulation de raisonnements qui sont davantage automatiques que délibérés.

Et instinctivement ce n'est pas tellement une priorité pour nous de gérer consciemment notre optimisme et notre pessimisme.

On pense que c'est juste des trucs qui se passent dans notre tête, et que ça n'a pas vraiment de conséquences sur la vie.

Et puis de toute manière on n'a même pas l'idée que l'on puisse vraiment contrôler tout ça.

Donc on ne prend jamais le temps de s'arrêter, de réfléchir et de définir consciemment sous quelles conditions les sous-systèmes et les émotions qu'on a à l'intérieur doivent s'activer.


Et je vous disais qu'en ce qui me concerne c'est quelque chose que je m'entraîne à faire,

et notamment que je m'entraîne à être optimiste de manière inconditionnelle.

C'est à dire à maintenir mon positionnement mental, mon engagement, indépendamment de toute raison.

...

On peut y arriver.

On peut arriver à se faire une raison d'optimisme pure,

indépendante de toute autre raison,

permettant d'entrer librement en connexion avec son sous-système d'optimisme,

et mettre librement notre organisme en mode engagement,

de stimuler son énergie intérieure et de la maintenir,

même quand toute la raison extérieure et la narration actuelle pousse à être pessimiste.

C'est à dire que l'on peut empêcher le monde extérieur d'appuyer sur nos boutons et de nous éteindre.

On peut devenir maître de notre expérience

Et pour moi ce "hack" mental, c'est presque un pouvoir magique tellement c'est puissant pour changer et contrôler sa réalité.

...

En fait pour moi toutes les personnes qui sont capables de percer leur chemin de manière particulièrement remarquable dans la matière de la réalité.

Elles ont cette forme d'indépendance mentale.

...

Par exemple, un champion de sport de combat quand il va affronter un adversaire,

vous croyez qu'il essaie de raisonner sur l'extérieur pour savoir les chances qu'il a de gagner le combat ?

Non, raisonner là dessus c'est prendre le risque de se connecter au pessimisme, de se positionner en perdant, de se désengager, de créer du doute et des préoccupations et de saper son énergie.


...

En général les champions ils partent systématiquement gagnant par défaut et ils maintiennent cette identité et cette prise de la réalité quoi qu'il arrive pour rester engagé dans les bonnes prédispositions énergétiques, physiologiques et mentales.

...

Ils ne laissent rien rentrer de l'extérieur,

et ils évitent complètement de se rapprocher des mauvais boutons à l'intérieur.

Ils ne se mettent jamais dans des conditions mentales où ils pourraient contre leur volonté déclencher leur propre désengagement.


...

Comme je le disais dans l'épisode 11, certaines personnes pourront appeler ça être délirant.

Moi j'appelle ça rester maître de ses moyens et mettre les chances de son côté.

...

En gros la raison les champions ils s'en battent les couilles,

leur engagement n'y est pas connecté.

Ils ne cherchent pas à déterminer quelle est la situation.

La situation pour eux elle est déjà claire et déterminée avant que le combat ne débute.

Et ils tiennent fermement cette prise de la réalité comme on tient les rênes d'un cheval.

...

Ils décident d'être et de rester une cause et non un effet.


...

Et pour moi c'est un facteur clé qui fait qu'ils gagnent leurs combats et qu'ils sont des champions.

Des champions indécis, pessimistes et préoccupés, il ne doit pas y en avoir beaucoup.

Parce que c'est impossible d'être dans des prédispositions énergétiques et physiologiques optimales si c'est le cas.

À partir du moment où tu commences à avoir des doutes, c'est comme si tu appuyais sur des boutons à l'intérieur qui baissent ton engagement.

Et c'est le début de la fin parce que tu commences à perdre des moyens,

à avoir encore plus de raisons de te désengager,

et donc entrer dans une spirale négative.


...

Je vous en reparlerais beaucoup sur cette chaîne, mais la plupart des gens sous-estiment grandement l'importance de ce qui se passe dans leur tête, derrière leurs petits rideaux personnels.

Ce n'est pas parce que personne ne voit ce qui se passe dans votre tête que ça n'a pas d'impact dans la réalité.

Rien que d'envisager le déroulement d'un scénario dans sa tête.

Le rend beaucoup plus probable dans la réalité.

Car la simulation mentale de scénarios entraîne deux choses.

...

Et on en reparle dans le prochain épisode !

...

Sur ce ne laissez pas votre raison avoir raison de vous.

...

Merci de m'avoir écouté jusqu'au bout,


Je vous invite à vous abonner si ce n'est pas déjà fait,


Et je vous dis à très bientôt pour la prochaine vidéo,

Ciao