Développez votre conscience des fonctionnements de votre esprit et de la réalité,

et utilisez ce savoir pour élever votre existence !

L'importance de ce qui se passe dans la tête #041



La plupart des gens sous-estiment grandement l'importance de ce qui se passe dans leur tête, derrière leurs petits rideaux personnels. La qualité de notre monde intérieur est un déterminant de notre monde extérieur.

Bonjour et bienvenue,

C'est Bertrand de la Fondation MAGister,

l'école des héros du monde réel.


À la fin du dernier épisode, je vous disais que

la plupart des gens sous-estiment grandement l'importance de ce qui se passe dans leur tête,

derrière leurs petits rideaux personnels.

Ce n'est pas parce que personne ne voit ce qui se passe dans votre tête que ça n'a pas d'impact dans la réalité.

Rien que de simuler le déroulement d'un scénario dans sa tête.

Le rend beaucoup plus probable dans la réalité.

Car la simulation entraîne deux choses.


De 1/ elle change votre arousal.

C'est à dire qu'elle change temporairement votre état actuel, votre niveau d'engagement, l'éveil de vos différentes émotions, etc.

et de 2 / la simulation elle modifie à long terme des connexions cérébrales à l'intérieur, et notamment des connexions liées à la perception, à l'émotion et à l'action.

Autrement dit quand on simule quelque chose, c'est presque comme si on l'avait vraiment vécu.

..

La vie est un jeu qui ne s'arrête jamais.

Tout compte.

Les petites actions, les pensées intérieures.

Tout.

...

Et donc en gros si vous vous visualisez en train de réussir,

vous vous mettez d'une part en état de réussir sur le court terme,

et vous vous entraînez d'autre part à réussir sur le long terme.

...

Et inversement si vous vous visualisez en train d'échouer,

vous vous mettez d'une part en état d'échouer sur le court terme,

et vous vous entraînez d'autre part à échouer sur le long terme.

...

Visualiser mentalement c'est confectionner des modèles qui vont échafauder notre expérience future.

...

Mais cela dit, ce n'est pas si facile de visualiser ce qu'on veut, ça demande de l'entraînement et de la réflexion.

Comme je vous l'ai déjà répété plusieurs fois dans mes vidéos sur la liberté,

notre liberté est en grande partie solide,

on est comme une structure.

Par exemple moi quand je m'imagine dans ma tête faire des techniques d'arts martiaux complexes,

ben si je ne fais pas particulièrement attention elles ont les mêmes défauts que quand je les pratique dans la réalité.

Parce que j'utilise le même schéma mental, le même modèle pour générer la visualisation intérieure que pour générer l'action extérieure.

Et donc si je fais attention à créer un ajustement dans ma visualisation intérieure,

eh bien cet ajustement aura un impact sur ma façon de générer l'action réelle dans le futur.

...

Et c'est une des raisons pour lesquelles je pense avoir beaucoup évolué durant ma vie.

Je passe énormément de temps à réfléchir, à raffiner ma modélisation mentale.

Dans plein de domaines différents.

Parce que je sais que la différence entre ma réalité externe et celle de quelqu'un d'autre, elle découle essentiellement de là.

...

Directement changer sa modélisation mentale,

c'est une forme de préparation qui est encore largement négligée voire ignorée à notre époque.

Parce qu'on a l'impression que ça n'a rien de pragmatique.

...

Alors que les meilleurs performers toutes disciplines confondues,

ce n'est pas ceux qui sont nés avec des attributs particuliers,

c'est ceux qui ont développé la mémoire la plus adaptée,

avec tous les bons modèles à l'intérieur, parfaitement huilés et calibrés à l'avance.

...

N'importe quelle prestation commence le jour où on commence à s'entraîner.

C'est tout ce qui s'est passé durant ce temps là qui va ressortir le moment venu.

...

Cette impression de génie que donnent certains performers,

ce n'est ni plus ni moins que le déroulement en temps réel de tout ce qu'ils ont emmagasiné en mémoire pendant des années d'entraînement.

...

Comme je vous le disais dans l'épisode 29, dédié à ce sujet,

On est littéralement animé par notre mémoire, c'est elle qui démultiplie notre contrôle sur le présent.

...

Donc bien sûr que c'est pragmatique la préparation mentale.

...

Encore une fois, il faut bien comprendre que c'est notre cerveau qui crée notre rêve de la réalité,

et notre cerveau, il ne change pas du jour au lendemain.

C'est à dire que les trames narratives de votre futur proche sont globalement déjà écrites dans votre cerveau.

Elles font partie de votre identité.

Ce sont vos attentes sur le monde et la vie.

Notre cerveau est blindé d'attentes narratives, de schémas, de modèles d'événements, etc, qui se sont construits avec l'expérience.

...

Elles forment la structure latente de notre rêve de la réalité, l’échafaudage de notre expérience future.

Et donc elles ont des sacrées conséquences pragmatiques.

Des conséquences que l'on n'arrive même pas à soupçonner.

...

Tant que l'architecture de nos connexions cérébrales n'auront pas changées,

on va se comporter et rêver notre existence grosso-modo de la même manière,

et donc obtenir les mêmes types de résultats.

...

Et ça c'est une bonne et une mauvaise nouvelle.

Mauvaise nouvelle, parce que ça veut dire que toutes les erreurs particulières que vous faites actuellement dans votre vie,

vous allez très probablement les répéter dans le futur parce que vous êtes câblés pour les produire.

Et bonne nouvelle, parce que ça veut dire que ces erreurs n'arrivent pas par hasard.

Et que si vous arrivez à restructurer votre câblage mental à la source, eh bien vous ne ferez plus ces erreurs.


Bref, en gros entre aujourd'hui et demain, vous allez réagir à peu près de la même manière à la vie.


...

Et d'ailleurs c'est pour ça que les gens vont vous reconnaître d'un jour à l'autre.

Et que vous même vous allez vous reconnaître d'un jour à l'autre.

On est jamais choqué de se retrouver d'un jour à l'autre.

C'est sur des laps de temps plus conséquents que l'on peut voir une différence à la fois dans l'expérience que l'on génère, et dans la personne que l'on génère.

Parce que les connexions là haut ont eu le temps d'évoluer.

...

...

Et donc pour en revenir à l'optimisme dont je parlais dans l'épisode précédent.

S'entraîner délibérément à rester en connexion avec son système d'optimisme, et à ne pas entrer en connexion avec son système de pessimisme.

Peu importe ce qui se passe dans sa vie,

Et peu importe les réactions primitives de son cerveau.

...

Dit autrement s'entraîner à maintenir actives les prédispositions énergétiques, physiologiques et mentales associées à l'engagement par principe d'optimisme, peu importe ce qui se passe dans sa vie,
Et peu importe les réactions primitives de son cerveau

Pour après des années d'entraînement en faire son état par défaut.

C'est ça le principe de l'optimisme inébranlable.

...

Il faut voir la connexion entre conscience et optimisme exactement comme un muscle.

Et donc méditer, s'entraîner à rester optimiste c'est comme du renforcement musculaire.

Plus vous maintenez en activité la connexion plus elle sera forte.

Et plus la charge est lourde et que c'est dur de rester optimiste,

parce que vous en chiez dans la vie et que vous avez l'impression que le monde appuie sur des boutons pour vous rendre pessimiste,

et bah plus la connexion va se renforcer en réaction si vous tenez le coup.

...

_________________

Sur ce on continue d'en parler dans le prochain épisode,

Je vous invite à vous abonner si ce n'est pas déjà fait.

Et je vous remercie de m'avoir écouté jusqu'au bout,

Ciao