Développez votre conscience des fonctionnements de votre esprit et de la réalité,

et utilisez ce savoir pour élever votre existence !

Restez Maître de votre Expérience - L'Optimisme Inébranlable et le Sens du Réel, PART13

Si tu veux faire des grandes choses, commence par en faire des petites #027



La confiance en soi, les grandes raisons d'être et de se lancer, etc... on ne peut pas se forcer à les avoir, ça ne s'invoque pas comme ça d'un coup ; ça se met progressivement en place en entreprenant des petites choses, ça se gagne !

Bonjour et bienvenue,

C'est Bertrand de la Fondation MAGister,

l'école des héros du monde réel.

Pour la sixième partie de la stratégie gagnante d'échouer ce qu'on s'efforce de réussir.

...

Dans le dernier épisode, je vous disais que depuis que j'ai développé une perception avancée de ce qui se passe dans la vie,

chaque année, je fais complètement abstraction des résultats extérieurs,

je reste ancré,

et je repousse mes limites un peu plus loin.

Et ce que je suis capable de faire dans le présent s'élève un tout petit peu.


Le fond d’opération de mon existence dans ce monde, évolue.

Aujourd'hui la différence entre ce que j'étais capable de faire avant, et ce que je suis capable de faire maintenant, est juste énorme.

Tout ça parce que l'activité, les efforts, la pratique, qu'on le veuille ou non, ça fait évoluer.


Pour reprendre l’exemple dont je vous ai parlé dans l'épisode 19,

même si ne le réalisais pas vraiment,

et que je n'avais pas planifié cette évolution,

je ne pouvais pas m'appliquer à contempler des idées pendant des heures et à écrire en moyenne 200 mots par jour pendant plusieurs années sans faire évoluer les capacités de mon esprit.

Le corps mental, comme le corps physique, est un corps dont la croissance répond à la stimulation répétée et d'intensité progressive.

Et quand on l'accumule ça peut créer des différences qui font la différence.

Ce que je peux anticiper maintenant en termes de production mentale.

Est d'un tout autre niveau que ce que je pouvais anticiper dans le passé.

La puissance de mes organes mentaux s'est décuplée en réaction à la résistance auxquelles je les ai soumis.

...

...

Le truc à comprendre c'est que c'est suffisant en soi de prendre l'initiative de pratiquer des activités qui repoussent nos limites,

même si elles semblent ne rien rapporter à l'extérieur.

Parce que de manière imperceptible,

ça cultive le fond d’opération de notre être,

autour duquel toutes nos expériences s'articulent.

Ça met en route l'acquisition d'adaptations avantageuses,

ça élève notre niveau de base.

Et c'est un sacré investissement dans son propre futur.

...

Le petit système de contemplation et d'écriture que j'ai mis en place il y a 9 ans,

je n'avais pas du tout planifié qu'il puisse m'apprendre tout ce que j'ai appris depuis que je l'ai démarré,

et ainsi me servir à ce projet de Fondation MAGister par exemple.

Les premières années c'était juste un petit hobby parce que je m'ennuyais,

je n'avais aucun plan initial de plus grande envergure.

Mais avec le recul ça a été une des meilleures initiatives de ma vie, les ramifications ont été énormes.

Et il en a été de même pour plusieurs autres petits systèmes, qui m'ont progressivement ouvert à des possibilités que je n'aurais jamais pu envisager.

Et je suis pratiquement certain que certains petits systèmes que j'ai mis en place plus récemment dans ma vie,

vont avoir le même retour sur investissement d'ici quelques années.

...

La cultivation des talents acquis ça vaut carrément le coup,

mais c'est vachement long !

C'est un manque de prévoyance de commencer à les cultiver quand on en a vraiment besoin.

C'est pour ça qu'il ne faut pas chercher à savoir à quoi vont nous servir les micro-activités, les petits systèmes qu'on aura mis en place dans sa vie, les bonnes habitudes qu'on aura pris, etc,

avant de commencer à les prendre et à les mettre en place.

Il ne faut pas chercher de grandes raisons de commencer à faire des efforts pour explorer ses possibilités,

créer de l'inertie dans son existence,

et se préparer à l'avenir.

Il ne faut pas chercher à connaître la destination finale pour commencer un voyage et le poursuivre.

...

Parce que l'action ouvre l'esprit.

Une fois que vous aurez fait pas mal d'efforts et que vous aurez exploré votre propre potentiel, le fond d’opération de votre existence aura évolué,

et donc vous raisonnerez différemment.

Vous aurez accumulé des preuves que certaines choses sont possibles.

Et à partir de là il est très probable que les grandes raisons de continuer dans une direction émergeront d'elles-mêmes, tout naturellement.


...

Vous allez pouvoir sentir que le début d'exploration de telle ou telle possibilité est prometteur.

Vous allez pouvoir sentir que les petites victoires que vous avez obtenues ont fait naître en vous un appétit nouveau.

Encore une fois, c'est le Winner Effect dont je vous parlais dans l'épisode 10.

...

De la même manière, vous allez pouvoir sentir que la préparation que vous avez accumulée et les habitudes de fond que vous avez développées vont vous permettre d'être à la hauteur de possibilités plus grandes.

Vous n'allez plus être intimidé à l'idée de vous attaquer à des défis jusque là inabordables.

Vous allez développer l'authentique croyance que c'est possible.

Et c'est ça qui va vous pousser à aller plus loin.


Et à terme, vous allez constamment avoir envie d'explorer, d'apprendre, de développer, d'affronter des nouveaux défis.

Vous allez vous donner le droit d'oser des choses et d'ouvrir des portes dans la réalité :D

...

...

...

Quand on se prend en main, c'est important de ne pas lâcher l'affaire et de tout faire pour repousser ses limites,

de sorte à se montrer à soi-même de quoi on est capable.

Car une fois que vous aurez vu votre potentiel,

vous ne pourrez plus faire comme s'il n'existait pas et vous aurez envie de découvrir le reste.

Vous aurez davantage de motivation.

Car notre motivation est en partie liée à notre contrôle.

Si on pense pouvoir contrôler quelque chose, on aura la motivation de le faire.

La confiance qu'on a en notre capacité de réussir dans un type de situation,

c'est ça qui nous fait avoir le comportement qui mène à ce type de situations.

Et inversement, on s'empêche d'avoir le comportement qui mène à un type de situation quand on n'a pas vraiment confiance en notre capacité de réussir dans ce type de situation.

...

En général si vous étudiez leur passé, vous réaliserez que les gens qui sont confiants en eux ne le sont pas par hasard.

La confiance en soi ça se mérite.

C'est un cadeau que l'on gagne en relevant des expériences qui nous dépassent.

...

Et donc dans votre vie, à partir du moment où vous aurez réussi à gérer seul le développement de votre premier projet de grande envergure.

Qui demandera de vous beaucoup d'organisation et de donner le meilleur de vous-même, comme jamais vous n'avez eu à le faire dans votre vie.

Eh bien une fois que vous aurez géré et accompli ça,

ça deviendra votre nouvelle norme.

Tout travail nécessitant une charge inférieure vous paraîtra être pas grand chose en comparaison.

Ça vous paraîtra normal et routinier.

Et par conséquent vous n'aurez plus de résistance psychologique pour les produire, ça sera naturel.

...

Et ce sera aussi une preuve indélébile pour aborder avec confiance de nouveaux défis.

En effet, quand on a accumulé des preuves qu'on pouvait apprendre, se développer et accomplir des grandes choses.

Ça débloque des trucs.

Par la suite, c'est beaucoup plus facile d'aborder de nouvelles destinations inconnues.

Parce que ouais quand on envisage une nouvelle destination inconnue,

on se dit naturellement que c'est bien loin de nous tout ça,

qu'il y a tout ce chemin à faire si on veut y arriver.

Et on se demande comment on va faire ;

on se demande si on en est vraiment capable.

Mais en même temps on se dit aussi qu'on a déjà parcouru tout ce chemin dans le passé.

On se dit qu'on est parti de loin pour arriver jusqu'ici,

et qu'on ne savait pas non plus à l'avance si on allait y arriver.

Du coup on se dit qu'il n'y a pas de raison qu'on n'arrive pas à reproduire la même chose.

Et ça nous motive.

...

Mais pour en arriver à cette mentalité,

il faut bien commencer à faire des efforts un jour,

à créer de l'inertie,

à acquérir ses premiers résultats positifs,

et donc sortir de sa cage de raisonnement limitant.

...

La passion, les grandes raisons d'être et de faire des choses de sa vie, ça se dessine avec l'expérience.

Pas avant.


L'existence précède l'essence.
...
C'est à dire que votre "voie", le sens de votre vie, votre grande mission.

Ce n'est pas quelque chose qui vous attend quelque part,

ce n'est pas quelque chose pour laquelle vous êtes déjà prêt et qu'il ne vous reste plus qu'à trouver.

Non.

C'est quelque chose de constructif.

Qu'il faut créer.
...
En commençant par s'engager dans une voie,

dans laquelle vous n'allez pas forcément rester toute votre vie,

et pour laquelle vous n'êtes pas sûr que ce soit celle qui vous correspond vraiment.

Mais qui va vous entraîner à devenir le type de personne qui est engagée dans la voie qu'elle suit ;

qui va commencer à cultiver en vous une identité, du caractère, une éthique, des aptitudes générales et tranversales pour bien approcher la vie,

et que vous allez pouvoir recycler dans vos projets futurs,

et plus encore.

Bref qui va cultiver en vous un terrain propice à l'émergence d'une existence épanouissante.
...


...
Pour la plupart d'entre nous, on a aucune idée précise d'où on sera dans 5 ans ;

on a aucune idée de quelles possibilités vont émerger dans notre environnement de vie.

Et donc on a aucune idée de ce qu'il va falloir que l'on développe pour saisir ces possibilités et les transformer en opportunités.

Donc le meilleur truc à faire, c'est d'avancer, d'explorer son potentiel et de construire et cultiver son fond d’opération du mieux qu'on peut pour être préparé à l'avance.

De sorte à ce que quand les occasions se présentent, on soit déjà dans des prédispositions idéales pour les saisir.


Sans ça, dès qu'une super occasion ou une super idée de projet va se présenter,

on va être submergé,

parce qu'il y aura toutes les pièces du puzzle à ajuster en même temps.

Ça va être super imposant et lourd à gérer,

comme essayer de soulever une charge super lourde sans s'être préparé en amont à soulever des charges plus légères.

Et en conséquence le risque d'abandonner sera très élevé.

Alors que si on avait déjà ajusté certaines pièces du puzzle en amont, tout de suite ça aurait été beaucoup plus abordable.

Il y aurait juste eu une partie de la charge à gérer.


...

Bref si vous ne savez pas trop quoi faire de votre vie.

N'essayez pas de tout calculer à l'avance.

Prenez une direction assez large.

Avancez.

Expérimentez.

Soyez à l'écoute.

Et ajustez votre direction au fur et à mesure de vos expériences.

C'est comme ça qu'on se développe sans perdre de temps.

En avançant d'abord, et en prenant le temps de réfléchir à la direction future seulement quand on a accumulé suffisamment d'expérience pour en tirer des leçons.


Dans des vidéos ultérieures, je vous donnerais des méthodes et des stratégies plus précises pour savoir comment s'y prendre pour cultiver son fond d’opération sans que ce ne soit une corvée.

J'ai pas mal réfléchi au fonctionnement pratique de la motivation,

à la gestion optimale du besoin de finalité qu'on a quand on est adulte,

et plus généralement à comment tirer parti de l'équipement mental qu'on a pour rester en mouvement et cultiver son fond d’opération sans que ce ne soit explicite.

C'est à dire cultiver son fond d’opération dans le fond d'autres expériences plus motivantes.


Le développement et l'apprentissage devant pour moi autant que possible être des effets secondaires incidents à l'expérience d'activités qui se suffisent à elle-mêmes.

C’est le modèle vers lequel il faut tendre quand on designe des activités à visées développementales.


Car apprendre pour apprendre ça n'a rien de naturel.

Ce n'est pas viable comme approche, ça va contre la dynamique de notre esprit humain.

Et on en reparlera plus tard.
...

Sur ce voilà qui clôt cet épisode.

Merci de m'avoir écouté jusqu'au bout,

Je vous invite à vous abonner si ce n'est pas déjà fait,

et je vous dis à très bientôt pour la suite,

Ciao.