Accepter de détruire pour mieux construire #085



La plupart des gens qui essaient de changer leur vie sont dans une ambiguïté : ils veulent changer de vie tout en préservant qui ils sont. Un moment donné, si tu ne lâches pas prise sur la préservation de ton identité, elle t'empêchera de vraiment changer

Bonjour et bienvenue,

C'est Bertrand de la Fondation MAGister,

l'École des Héros du Monde Réel.


Dans le dernier épisode, je vous ai parlé de l'impact de notre identité sur notre développement.

En fait l'identité pour moi c'est un fondement un peu méconnu de ce qu'on appelle la cognition située.

La cognition située c'est l'idée que ce qui se passe dans notre tête dépend fortement de notre situation.

Et notre situation c'est avant tout le personnage que l'on incarne, ses croyances, sa façon de penser, son caractère, ce qu'il pense qu'il est, ce qu'il pense qu'il peut faire, etc.

...

Dit autrement, votre identité est en quelque sorte le paradigme existentiel de votre vie.

Et si vous voulez faire du développement personnel et améliorer votre vie,

bien souvent vous ne pouvez pas rester dans ce paradigme qu'est votre identité.

il ne faut pas juste chercher à le corriger et à l'optimiser,

il faut le lâcher complètement.

Il faut le lâcher pour développer la capacité d'en créer un autre qui soit malléable et adapté à tous vos objectifs.

...

Comprenez bien que si vous êtes un personnage moisi,

vous n'allez que pouvoir écrire des histoires moisies, qui vont renforcer votre rôle, qui vont vous faire écrire de nouvelles histoires moisies, etc, etc.

C'est un cercle vicieux.

...

C'est un principe sur lequel je vais beaucoup revenir sur cette chaîne,

le principe selon lequel pour bien construire, il faut souvent détruire.

Quand un système devient bancal et limité, plutôt que d'essayer de l'améliorer en bidouillant des trucs il vaut mieux prendre la décision de repartir à zéro, sur des bases saines.

C'est un principe que j'utilise dans tout, ma vie, mes projets, mes développements informatiques, etc.

...

Au début c'est difficile d'accepter de détruire quelque chose qu'on a mis beaucoup de temps à construire,

quelque chose dans lequel on a investi,

quelque chose qui fait presque partie de nous.

On y est presque addict en fait.

Mais sur le long terme c'est quasiment toujours une bonne décision pour évoluer.

...

Et au niveau du développement personnel, c'est assez essentiel.

Si vous essayez sans cesse d'améliorer votre vie, de faire du sport, de trouver un objectif, etc, ça veut souvent dire que vous traînez de mauvaises fondations identitaires.

Une cage invisible.

Et quand on essaie d'améliorer sa vie alors qu'on traîne de mauvaises fondations, sur le long terme, la logique n'est pas la bonne.

Parce que c'est l'identité qui ne va pas qui entreprend des choses pour ne plus ressentir que ça ne va pas.

Il n'y a rien de vraiment authentique.

C'est une logique médicamenteuse, une logique de camouflage, une logique de compensation qui d'une certaine manière ne fait que renforcer les problèmes auxquels on essaie d'échapper.

Et donc au fond, peu importe ce qu'on fait, avec cette logique rien ne change, si ce n'est la surface.

Je ne dis pas non plus que ça ne sert à rien d'utiliser cette logique ;

Non.

Bien souvent c'est grâce à elle que dans notre histoire globale on arrive sur le chemin du développement personnel.

Mais la bonne logique, sur le long terme, c'est de redéfinir le coeur de son identité, de ses croyances et de ses valeurs.

C'est la personne en elle même, l'ego, le rêve, qu'il faut détruire puis reconstruire.

Pas la vie qu'elle mène.

Car une personne reproduit toujours les mêmes schémas narratifs, elle réagit toujours aux mêmes types d'évènements.

...

Encore une fois, les croyances internes structurent l'existence externe.

Le monde extérieur commence à l'intérieur.


...

Comme je vous l'ai déjà dit notre cerveau est blindé de schémas narratifs qui conditionnent notre façon de rêver le monde, et donc notre futur proche.

Ça ne sert à rien de juste chercher toutes les solutions possibles à l'extérieur parce que la réalité externe dépend de la réalité interne ;

donc on ne pourra que trouver à l'extérieur ce qu'on est prêt à trouver à l'intérieur.

Et si on est complètement désespéré ben on ne va pas voir le monde de manière très lucide et optimiste.

...

Chercher des solutions dans le paradigme duquel nos problèmes ont émergé est voué à l'échec.

Ce n'est pas forcément évident à faire de changer de l'intérieur, de lâcher prise sur son identité actuelle ;

déjà car bien souvent on n'arrive même pas à songer qu'elle existe et qu'on vit et qu'on voit le monde,

à travers un masque mental particulier,

parce qu'on l'a toujours porté ce masque.

...

Et surtout car d'une certaine manière notre cerveau est complètement addict à notre identité et à notre histoire.

C'est un peu comme essayer de faire tout ce que vous avez appris à faire avec votre main dominante avec l'autre main.

Vous allez intuitivement revenir à la main dominante par habitude,

à moins d'être convaincu que vous ne pouvez plus l'utiliser et que vous faites attention à ne plus l'utiliser.

À partir de là vous pourrez réécrire vos habitudes de base.

C'est pareil avec l'identité, il faut lâcher prise sur sa domination pour pouvoir réécrire les habitudes dont elle est la somme.

...

Et encore une fois il ne faut pas essayer de rester la personne qu'on est et de la corriger.

Non.

Il faut directement essayer d'être la personne que l'on veut être.

Il faut abandonner l'ancien paradigme et ne pas rester dedans.

Parce que c'est un piège de rester dedans.

C'est comme des sables mouvants.

...

Une identité ça traîne beaucoup trop de choses avec elle pour pouvoir avancer efficacement.

...

Rester cette identité et vouloir en changer c'est presque contradictoire en fait.

...

Et pour en revenir à ce que je disais dans l'épisode précédent,

à ces acteurs qui se plongent dans un rôle et qui parviennent à changer rapidement de poids, etc

Parce qu'encore une fois je pense que la capacité d'une personne à s'immerger dans une nouvelle identité et tous les codes qui vont avec,

à ressentir ses émotions, à ressentir son vécu, etc,

et surtout à oublier la personne qu'elle est hors du film,

va physiologiquement aider son corps à se transformer pour correspondre à cette identité,

et ça va l'aider à bien le jouer ce rôle.

...

Et donc pour faire efficacement évoluer votre vie, pour la transformer,

c'est un peu pareil qu'il faut faire.

Vous devez vous créer un rôle et une vie complètement différentes.

Le rôle et la vie de la personne que vous voulez être.

Et l'incarner à fond.

Vous devez oublier tous les trucs qui n'allaient pas avec vous.

Et progressivement comme je vous le disais dans l'épisode 74, ça deviendra votre nouvelle matrice identitaire,

votre nouveau centre de gravité,

et ça aura des retentissements sur votre dynamique physiologique et pleins d'autres trucs !

...

Et ce n'est pas vraiment du cinéma hein

Ou tout du moins ce n'est pas plus du cinéma que le rôle que vous jouez actuellement.

Parce que comme je vous le disais dans l'épisode 74 justement,

en fait on n'a pas vraiment une vraie identité bien définie.

C'est plutôt qu'on en développe une au début de notre vie,

et qu'on s'empêche d'en changer radicalement pour plein de raisons à la con.

...

Vous serez surpris de réaliser qu'une fois que vous serez bien habitué à une nouvelle identité et à tous ses codes.

Ça sera de revenir à votre identité précédente et à ses codes qui semblera jouer un rôle.

Et je pense que ça doit arriver à beaucoup d'acteurs qui s'investissent à fond dans un rôle, qui se prennent au jeu, et qui ensuite reprennent leur identité "normale" avec ce sentiment assez étrange de jouer leur propre rôle.

Et finalement c'est un peu pareil pour nous, vu qu'on évolue par dérive progressive dans notre existence.

C'est à dire que si on essayait de reprendre l'identité qu'on avait il y a 10 ou 20 ans.

On aurait aussi l'impression de jouer un rôle.

Parce qu'en général on a quand même un peu dérivé progressivement de ce qu'on était depuis ce temps là.

...

Autrement dit, être soi, c'est déjà du cinéma.

Alors autant jouer un bon personnage.

...

Et sur ce on continue de parler de tout ça, dans le prochain épisode.

En attendant,

je vous invite à vous abonner si ce n'est pas déjà fait,

à laisser un pouce bleu si vous avez apprécié cet épisode, ça m'aide pour le référencement.

Quoi qu'il en soit je vous remercie de m'avoir écouté jusqu'au bout

et je vous dis à très bientôt pour la prochaine vidéo,

Ciao

Maîtrisez votre esprit, développez votre conscience, élevez votre existence !