Le 13/02/2019

Sur quelle matrice es-tu réglé ? #074



Notre organisme a le potentiel d'activer en nous différentes matrices d'identités, de personnalités, de réalités, de conscience, etc, à travers la régulation dynamique des gènes au cours de notre vie.

Bonjour et bienvenue,

C'est Bertrand de la Fondation MAGister,

l'école des héros du monde réel.

Dans l'épisode 54, je vous disais que

La plupart des gens pensent que l'ADN ça contient simplement les informations permettant de construire notre corps.

Alors que l'ADN contient aussi les informations permettant de construire notre vie dans ce monde, de construire notre perception de la réalité, de modeler nos traits de caractères, etc.

Et ce à tous les instants de la vie.

Ça ne s'arrête jamais.

...

Et l'idée à laquelle je veux vous introduire dans cet épisode,

C'est que notre matériel biologique,

il a le potentiel de générer plusieurs identités, plusieurs personnalités, ainsi que plusieurs réalités différentes.

Contrairement à ce qu'on pourrait imaginer, on n'a pas une personnalité bien fixe et définie.

On cherche à avoir une personnalité bien fixe et définie.

Mais fondamentalement, ce n'est pas le cas.

On n'a pas de vrai "moi".

Par exemple dans certaines circonstances on peut avoir un "moi" optimiste, aventureux, qui a le goût du risque, etc.

Alors que dans d'autres circonstances on va avoir un "moi" pessimiste et "conservateur".

De la même manière on peut distinguer des épisodes de notre vie dans lesquelles on est connecté à un "moi" grand, noble, généreux, rayonnant, qui est animé par le bien-être et l'abondance.

Et d'autres périodes dans lesquelles on est connecté à un "moi" petit, égoïste, animé par le manque et le mal-être, qui est possédé par ses envies, par la peur de perdre, qui cherche à prendre de la valeur, qui se comporte comme un trou noir.

...

Certes, il y a un type de personnalité qui va dominer les autres, parce qu'encore une fois on cherche la cohérence et l'idéologie de nous-mêmes.

Mais reste que l'organisme de chacun d'entre nous a le potentiel génétique d'incarner n'importe quel type de personnalité.

De la même manière que le matériel biologique de chacun d'entre nous a le potentiel génétique de produire un corps plutôt sec, un corps plutôt gras, un corps plutôt musclé, etc, selon nos différentes habitude de vie.

...

...

Et donc ce que beaucoup de gens ne réalisent pas à propos de l'évolution de la vie,

c'est que non seulement il y a une compétition inter-ADN,

c'est à dire entre les organismes individuels et leur ensemble de gènes.

Mais il y a aussi une compétition intra-ADN.

C'est à dire entre les gènes d'un seul organisme.

...

En effet, pour avancer dans le jeu de la vie,

notre organisme dispose d'un arsenal de plusieurs gènes différents,

un arsenal de gènes qui vont exploiter différentes stratégies.

Bien souvent opposées.

Pour imager de manière simple et grossière.

Au sein du même organisme.

On a des gènes qui ne pensent qu'au sexe.

On a des gènes qui ne pensent qu'au travail.

On a des gènes qui ne pensent qu'à des idéaux supérieurs

On a des gènes qui ne pensent qu'au confort,

On a des gènes qui ne pensent qu'à l'aventure,

On a des gènes qui ne pensent qu'à la préservation,

On a des gènes qui ne pensent qu'à l'individualité,

On a des gènes qui ne pensent qu'au groupe,

On a des gènes qui ne pensent qu'à prendre,

On a des gènes qui ne pensent qu'à créer,

on a des gènes de conquérants,

on a des gènes de victime/"loser"

etc, etc, etc

....

Tout cela renvoie à différentes parties de nous relativement distinctes.

Des parties qui fonctionnent plus ou moins bien ensemble.

Et il y a une compétition entre tous ces gènes pour savoir lesquels sont au "pouvoir",

lesquels sont actifs, lesquels sont inactifs, quelle partie de nous est en contrôle et domine notre conscience.

...

Donc il y a une compétition en nous vis-à-vis de tout cet héritage génétique.

Parce que tous ces différents gènes, sans exception, ont aidé nos ancêtres dans le passé.

Et l'intelligence de notre ADN essaie de trouver quel ensemble de gènes, quel ensemble de réglages, sont adaptés pour notre vie.

Cette intelligence biologique elle s'efforce en permanence de trouver quelle matrice d'éléments doit être au pouvoir.

Parfois certains gènes sont réveillés en nous, ils sont en contrôle.

Parfois ils sont endormis.

...

On a tous le potentiel d'être ce qu'il y a de meilleur dans l'être humain.

Et le potentiel d'être ce qu'il y a de pire.

L'ombre et la lumière.

Ils sont en nous.

...

Ce qui fait qu'on n'a pas une identité bien fixe.

C'est la trajectoire de notre vie qui ajuste ce dont on est fait.

Certains éléments gagnent.

D'autres perdent.

C'est la survie du plus fort, à l'intérieur de notre corps.

...

En général, on commence la vie avec certains gènes éteints par défaut.

Et de plus quand un gène est en contrôle et qu'il mène à un résultat négatif.

Il se fait éteindre.

À moins qu'on l'en empêche.

...

Et inversement pour les gènes qui mènent à un résultat positif.

...

Bref,

autrement dit, il y a en nous un espace de tout ce que l'on peut être,

tout ce que l'on peut ressentir en tant qu'être humain,

toutes les valeurs que l'on peut incarner,

toutes les choses que l'on peut percevoir,

tous les stades de conscience auxquels on peut accéder.

Le pire comme le meilleur.

Et à chaque instant, dans cet espace de tout ce que l'on peut être,

seule une sous partie des éléments possibles est activée.

Ce que j'appelle une matrice.


...

Notre organisme a donc le potentiel d'activer en nous différentes matrices d'identités, de personnalités, de réalités, de conscience, etc

à travers la régulation dynamique des gènes au cours de notre vie ;

ce qu'on appelle l'épigénétique.

...

Ce que j'appelle une matrice ça renvoie donc à un ensemble de réglages de notre esprit/cerveau produisant une identité et une réalité cohérentes et fonctionnelles.

Et à un instant particulier de notre vie, il ne peut y avoir qu'une seule matrice active à la fois.

...

Certaines personnes qui présentent ce qu'on appelle un trouble dissociatif de l'identité, dont on reparlera bientôt.

Leur organisme il bascule régulièrement d'une matrice radicalement différente à une autre.

Mais pour les gens normaux comme vous et moi (enfin j'imagine :) ).

Ce n'est pas le cas.

Il y a des fluctuations relatives à nos humeurs, oui,

on est pas toujours exactement pareil d'un jour à l'autre.

Mais globalement notre conscience a tendance à rester bloquée sur la même matrice tant qu'il n'y a aucun traumatisme qui force à en changer.

Une propriété fondamentale d'une matrice étant que dès qu'elle arrive au pouvoir,

elle cherche à survivre, elle cherche à rester cohérente et fonctionnelle,

et donc elle se renforce continuellement elle-même.

Comme si elle était vivante.

...

Comme je vous l'ai déjà exposé, notre cerveau normal est très idéologique, il cherche à définir et fixer les choses d'une manière particulière.

Il construit notamment une idéologie du monde et de nous-mêmes qui agit comme un centre de gravité, duquel on n'a du mal à s'éloigner.

Et donc tout ça, ça renvoie à l'encapsulation de la conscience dont j'ai commencé à vous parler à partir de l'épisode 64.

L'encapsulation de la conscience en gros c'est l'idée que notre esprit ne cherche pas l'expansion incontrôlée de sa conscience, il cherche la cohérence et la viabilité.

Et cette encapsulation de la conscience, elle s'exprime en grande partie par une encapsulation du soi.

À savoir qu'à partir du moment où notre vie a pris une certaine direction et se déroule de manière relativement correcte,

eh bien on a tendance à se contenter d'une idée assez fixe de ce qu'on est,

et on ne va pas chercher à savoir tout ce qu'on pourrait être.

On arrête d'y penser, ça ne rentre plus dans notre conscience.

De telle sorte que l'on peut passer des années et des années sans que ce genre de pensées sur nous mêmes nous viennent à l'esprit.

...

Pour mieux comprendre cette idée de l'encapsulation du soi, vous pouvez penser à ce qu'est l'extrême opposé,

à savoir un état dans lequel on ne se satisfait pas de ce qu'on est actuellement,

et on pense sans cesse à la personne différente que l'on pourrait être.

...

Typiquement plus on avance en âge, plus l'encapsulation du soi est forte.

...

Bref on reparlera ultérieurement, mais pour en revenir aux matrices,

quand notre conscience est encapsulée dans la réalité d'une matrice,

c'est très difficile de se rendre compte qu'il peut y avoir d'autres matrices.

La réalité de la matrice sur laquelle on est réglée semble être l'unique réalité.

Encore une fois, ce sentiment permet de rendre la matrice cohérente et fonctionnelle.

...

...

Quand j'emploie le terme matrice, c'est à la fois pour faire echo au film Matrix,

dans lequel les êtres humains sont inconsciemment piégés dans une réalité virtuelle ;

mais aussi par rapport au sens plus basique du terme.

La matrice sur laquelle notre cerveau est réglée est une matrice dans le sens où c'est un sous-ensemble de réglages activés parmi un ensemble de réglages possibles.

Une matrice, c'est grosso-modo un masque d'activation qui laisse s'exprimer certaines choses que l'on a en nous, et qui bloque toutes les autres.


...

Et l'idée à laquelle je veux vous introduire avec cette vidéo,

et dont on va beaucoup reparler.

C'est que votre ADN il s'en bat les couilles que votre esprit soit réglé sur la meilleure matrice pour vous.

Tout ce qui lui importe c'est que la matrice sur laquelle votre esprit est réglée soit un véhicule relativement cohérent et fonctionnel,

dans le sens où elle assure sa propre survie.

Que vous soyez heureux avec cette matrice, que vous soyez la meilleure personne que vous pouvez être,

Ce n'est pas important pour votre ADN.

...

Et en fait il est très probable que votre matrice actuelle ne soit pas du tout idéale.

Alors qu'on a tous la capacité de générer une super matrice.

Mais par défaut, notre cerveau génère une matrice plutôt merdique.

Il n'allume pas ce qu'il y a de mieux en nous.

Et étant donné l'encapsulation de la conscience et l'auto-renforcement idéologique de la matrice, on a tendance à y rester bloqué.

...

Et en fait, comme on a commencé à l'aborder depuis l'épisode 64, c'est logique.


Parce que par défaut, quand on arrive dans le monde, il y a plein de mauvais biais psychobiologiques qui sont pré-activés en nous.

Comme une forme de sécurité par défaut.

Et dès le début de notre vie, ces biais vont renforcer le développement d'une matrice anti-productive,

allant contre notre propre intérêt, et qui va nous empêcher d'exploiter tout notre potentiel, et d'atteindre des stages de conscience plus élevés.

Il faut en quelques sortes débloquer la sécurité par défaut pour évoluer.

...

Cette matrice du cerveau par défaut dont on va beaucoup reparler,

c'est une image pour représenter les mauvais réglages typiques de notre esprit par défaut.

C'est une image pour représenter les croyances limitantes sur l'existence,

sur nous-mêmes et sur la réalité que notre esprit produit par défaut et qui interfèrent avec notre développement personnel.

...

Et sortir de cette "matrice" du cerveau par défaut,

ça revient à prendre conscience de tous ces biais et s'en déconditionner; à travers une culture pro-active.

C'est un peu comme démarrer une révolution dans son propre cerveau !

Parce qu'il est en effet possible de conditionner les caractéristiques de la matrice (personnalité + réalité) sur laquelle notre esprit est réglée en se prenant sérieusement en main,

en faisant continuellement attention à son attitude, en prenant conscience des vilains biais de notre cerveau, etc.

Sachant que le laisser-aller a tendance à faire ré-émerger la matrice typique du cerveau par défaut, dont je vous exposais les caractéristiques dangeureuses dans l'épisode 65.

...

...

Bref, actuellement vous vous percevez probablement vous et la réalité dans laquelle vous vivez, comme quelque chose d'assez fixe.

Vous avez naturellement construit une idéologie de vous-mêmes et du monde dont vous faites partie.

...

Mais la personne que vous êtes aujourd'hui et sa perception de la réalité,

c'est juste une solution que votre ADN a manifesté pour traverser le temps et l'espace.

Parmi des tas de solutions qu'il avait et qu'il a la capacité de générer.

...

Et donc cette personne que vous êtes, c'est juste un ensemble de réglages de votre esprit,

une partie d'une matrice,

parmi tant d'autres possibles.

Parce qu'on peut la changer cette matrice, et qu'une matrice est stable simplement parce qu'elle se renforce continuellement elle-même.

...

Autrement dit, vous êtes la personne que vous êtes parce que vous avez beaucoup "pratiqué" tous les réglages de cette personne.

...

Par exemple, si vous prenez une personne qui se croit introvertie, elle va vivre et agir comme une personne introvertie.

Techniquement son organisme est capable de se comporter comme une personne extravertie,

mais elle ne le fera pas car elle se retient et que ça paraît inauthentique quand elle joue l'extravertie.

Cela crée du malaise et de l'inconfort.

L'idéologie qu'elle a construit d'elle même l'empêche de changer.

C'est comme un centre de gravité duquel elle a du mal à s'éloigner et auquel elle revient naturellement.

Pourtant si elle joue continuellement ce rôle d'extravertie, cette personne, cette partie de matrice,

elle finira par ne plus distinguer ce rôle de ce qu'elle est.

Son centre de gravité se sera déplacé.

Son être, aura une nouvelle zone de confort, une nouvelle zone d'authenticité.

...

De la même manière si une personne passe un an en gros déficit calorique quotidien, son corps va finir par appartenir à la catégorie des corps secs et fins.

Si elle passe un an en gros surplus calorique quotidien, sans faire de sport, son corps va finir par appartenir à la catégorie des corps massifs et gras.

Et si elle passe un an à faire du sport avec un apport calorique bien calibré, son corps va finir par appartenir à la catégorie des corps tonifiés et bien proportionnés.

...

Oui on a tous plus ou moins de facilités à développer tel ou tel type de corps, et tel ou tel type de personnalité, c'est une évidence.

Mais ça veut juste dire qu'il faut plus s'investir, et non que c'est impossible.

Et vous serez surpris de constater qu'une fois que vous aurez développé un nouvel équilibre,

eh bien c'est cet équilibre là qui restera plus naturellement.

Comme s'il ne voulait plus partir.

...

Et enfin oui, la plupart des gens gardent le même type de corps et le même type de personnalité toute leur vie,

mais c'est parce qu'ils ne changent jamais radicalement leurs habitudes de vie.


...

Autrement dit, nous sommes littéralement un paquet d'habitudes qui se renforcent continuellement,

et qui sont si renforcées qu'elles sont pratiquement toujours actives et semblent ainsi faire partie d'une essence profonde à laquelle on ne peut rien faire.

Alors que ce n'est pas vraiment le cas.

Il n'y a rien de purement solide dans notre identité.

On peut progressivement changer le réglage de notre matrice.

Même si encore une fois beaucoup de changements progressifs en nous imliquent des changements radicaux dans notre mode de vie.

Parce que tout fonctionne par équibre, par centre de gravité.

Et si vous ne faites rien pour que votre centre de gravité se déplace,

eh bien c'est votre centre de gravité qui lui agira pour vous ramener à lui.

...

Sur ce,

On continue de parler de tout ça dans le prochain épisode !

En attendant,

je vous invite à vous abonner si ce n'est pas déjà fait,

à laisser un pouce bleu si vous avez apprécié cet épisode, ça m'aide pour le référencement.

Quoi qu'il en soit je vous remercie de m'avoir écouté jusqu'au bout

et je vous dis à très bientôt pour la prochaine vidéo,

Ciao


>> Épisode suivant : Sortir de la Matrice de son Cerveau (premiers conseils) #075

<< Épisode précédent : Investir rend aveugle #073

Maîtrisez votre esprit, développez votre conscience, élevez votre existence !

S'ABONNER AUX VIDÉOS