Le 13/06/2019

Perdre ou gagner ne change rien à la progression #0134



La préparation qui est spécifiquement faite pour les événements particuliers, ça ne compte pas plus que la préparation pour les événements non particuliers. Chaque petit jeu auquel on joue, fait partie du long jeu.

Bonjour et bienvenue,

C'est Bertrand de la Fondation MAGister,

l'École des Héros du Monde Réel.

...

L'unes des pires attitudes qu'ont beaucoup de gens.

C'est qu'ils se préparent seulement quand ils ont des raisons importantes de le faire.

Pour les grands évènements.

Pour les occasions importantes.

Ils commencent à se préparer dès que quelque chose d'extra-ordinaire rentre dans leur vie.

...

Vous savez actuellement je suis en doctorat de sciences cognitives,

et récemment j'ai participé à un concours de vulgarisation scientifique.

Un concours où tu présentes à l'oral ce sur quoi tu travailles.

Bon je n'ai pas gagné,

mais l'an dernier j'avais postulé à ce même concours et ma candidature n'avait même pas été sélectionnée.

Autrement dit,

le fait de travailler ma compétence oratoire pour ces vidéos de la Fondation MAGister ;

Ça fait qu'en un an je suis passé du niveau tu ne passes pas la sélection à l'entrée,

au niveau tu passes la sélection.

Et vous savez quoi,

ce qui est marrant c'est que même si cette année j'avais vraiment bien travaillé mon truc,

ben l'année dernière j'avais préparé 100 fois plus ma candidature qui a été rejetée.

Et pourtant je suis la même personne.

...

Ou pas.

...

Le truc c'est qu'entre l'année dernière et cette année, j'ai préparé pas loin de 100 vidéos pour la Fondation MAGister.

Et ma candidature de cette année, ben elle a profité de cette préparation de fond.

Ce qui fait que quelque part, en fait j'ai beaucoup plus préparé ma candidature de cette année que ma candidature de l'an dernier.

Parce que la préparation pour un évènement, elle ne commence pas quand on commence à s'entraîner pour cet événement.

Non dans le fond, ça fait des années qu'elle a commencé la préparation.

Avant même que la possibilité de cet évènement n'entre dans ton champ de conscience.

En fait quelque part la préparation elle a commencé depuis que tu es né.

...

En effet,

la préparation qui est spécifiquement faite pour les évènements particuliers,

ça ne compte pas plus que la préparation pour les événements non particuliers.

Chaque petit jeu auquel on joue, fait partie du long jeu.

...

Ne sous-estimez jamais les ramifications que peuvent avoir les efforts que vous faites pour un petit jeu.

Dans le long jeu, un effort n'est jamais perdu.

Parce qu'il fait évoluer votre fond d'opération.

Il fait évoluer la pièce avec laquelle vous jouez.

...

Oui peut-être que vous avez fait plein d'efforts pour une occasion particulière super importante pour vous,

et que ça n'a pas suffit pour cette occasion particulière.

Peut-être que vous avez perdu ce petit jeu.

Et que ça vous a frustré.

Mais ne soyez pas frustré.

Cette occasion particulière, ce petit jeu, c'était juste de l'entraînement de fond pour votre futur.

...

Voyez large.

L'entraînement que vous faites pour une occasion particulière, il va se transférer à un paquet d'autres occasions dans le futur.

...

...

En ce qui me concerne,

à chaque occasion importante, je me donne à 100% pour réussir,

et si j'échoue,

je me reconnecte aussitôt que possible à la vision d'ensemble.

Et je me dis que je n'étais pas encore tout à fait prêt,

que ce n'était pas encore la bonne.

...

Ce n'était en fait que de l'entraînement.

Le long jeu n'est pas terminé.

...

Par exemple là pour ce concours, quand ça c'est terminé pour moi,

sur le moment j'étais un peu deg de ne pas avoir gagné bien sûr,

parce que j'y allais sérieux et ça faisait quelques temps que j'étais à fond dessus et que ça prenait de la place dans ma tête.

Mais dès que ça c'est terminé,

je n'ai pas perdu de temps pour activement arrêter de le prendre au sérieux ce concours,

et passer à autre chose.

Je me suis détaché de ce petit jeu pour me reconnecter au long jeu.

Et ça a coupé le développement des émotions négatives associées à ce petit jeu.

Cette fin du concours ce n'était qu'une illusion.

C'était juste de l'échauffement cette expérience.

Perdre ou gagner ne change rien à la progression.

...

En l'ocurrence vis-à-vis de ce concours oral,

Ben il me reste plein plein de choses à dire dans la vie.

Dans mon futur, j'aurais sûrement plein d'autres choses à dire que je ne peux même pas encore soupçonner.

Et donc je réalise que tout l'entraînement que j'accumule pour m'améliorer à l'oral,

ben c'est bon à prendre.

Parce que ça va se transférer,

ça me prépare à être meilleur dans toutes les situations de mon existence future au cours desquelles je ferais usage de la parole.

...

...

Comprenez bien que malgré vos efforts, si vous n'avez pas le niveau,

vous allez très probablement rater toutes vos premières occasions.

Vous allez perdre tous les petits jeux que vous essayez de gagner.

Si vous réussissez ça sera un accident.

Parce que vous n'avez pas encore le niveau pour réussir de manière fiable.

Tout simplement.

Le nombre de murs et de rateaux en chaîne que je me suis pris au début des différents chemins que j'ai entrepris dans ma vie,

mais c'était désespérant.

Désespérant.

Ça donne envie d'arrêter de jouer à ces jeux de merde dans lesquels on ne fait que de perdre.

...

Mais avec le recul, c'est parfaitement logique.

Ce n'est jamais le jeu le problème.

C'est le joueur.

...

Je n'avais tout simplement pas le niveau pour ne pas échouer.

J'avais un niveau de merde, mais je ne m'en rendais pas compte.

C'était complètement illusoire de croire que j'allais réussir ces occasions avec le niveau de merde que j'avais.

Je sous-estimais la marge de progression qu'il me restait.

Et donc avec le recul, c'était stupide d'être frustré, parce que je n'avais aucune chance de réussir étant donné l'état de mon fond d'opération.

Même si je m'étais préparé comme un fou-furieux pour ces occasions particulières, c'était beaucoup trop tard pour arranger mon niveau.

...

On peut être frustré quand on fait des efforts et que l'on rate de peu,

et on croit souvent que l'on rate de peu.

Mais la vérité c'est que l'on ne rate quasiment jamais de peu.

Loin de là.

On est dans l'illusion.

La marge de progression qu'il nous reste pour réussir sans coup de chance,

est bien souvent énorme,

on est juste incapable de la percevoir !

...

De la même manière,

on peut se dire ouais mais moi ça ne me sert à rien d'accumuler de la préparation sans gagner,

parce que je suis déjà au maximum de mon potentiel donc la préparation ne peut plus se transférer dans le futur.

...

Et ça c'est des conneries.

Parce qu'on croit qu'on est arrivé au maximum de notre potentiel,

mais il nous reste toujours beaucoup de marge,

c'est quasiment infini la progression,

et il y a très peu de chances que tu sois déjà à ton niveau de maître.

...

Le truc c'est que c'est seulement quand tu deviens meilleur que tu te rends compte à quel point tu étais nul avant.

Quand on a vraiment le niveau, les accidents sont rares.

Quand on a vraiment le niveau, globalement on va avoir un bon taux de réussite.

Et en plus quand on a le niveau, on fait moins d'efforts, tout est plus naturel.

...

D'où l'approche méditative à la détermination dont je vous ai parlé à partir de l'épisode 19.

Le tout ce n'est pas d'essayer de réussir tout ce qu'on veut,

non,

le tout c'est de rester sur le chemin du développement,

de progresser lentement mais sûrement,

autant de temps qu'il le faut,

jusqu'à ce que la réussite devienne naturelle.

...

Si vous avez un ordinateur ou un téléphone portable et que vous les utilisez souvent depuis plusieurs années pour écrire des trucs,

je suppose que vous êtes plutôt compétent et efficace pour écrire avec leur clavier.

Même si ce n'était pas le cas au début.

Pourtant est-ce que vous vous êtes entraîné à devenir efficace ?

Est-ce que pendant toutes les années où vous n'étiez pas aussi efficace que maintenant,

vous avez eu le sentiment d'échouer ?

Est-que ça a été pénible de devenir efficace ?

Est-ce que vous vous êtes stressé ?

...

Probablement que non, vous avez juste pratiqué à votre niveau, et avec le temps votre niveau a augmenté.

Imaginez votre stupidité et votre frustration si dès le début vous aviez essayé de devenir aussi bon que vous l'êtes maintenant après des années de pratique.

...

Et pourtant on a tendance à faire exactement ça pour certaines choses.

Comme je vous le disais dans l'épisode 20,

Stresser ne raccourcira jamais la distance que l'on doit parcourir.

On ne peut pas gruger l'expérience,

même avec le meilleur programme d'enseignement intensif.

...

Avec un programme d'enseignement intensif,

tout ce que l'on peut faire c'est juste du changement de surface

ou à la limite préparer les fondations,

de sorte à ce que derrière on accumule et on intègre l'expérience nécessaire pour faire la différence.

...

Mais ne vous méprenez pas.

Une personne qui a un paquet d'expérience au compteur, ça ne trompe pas.

C'est complètement différent d'une personne qui sait quoi faire en théorie, mais qui a intégré très peu d'expérience.

...

Et sur ce, on continue de parler de préparation et de progression de fond dans le prochain épisode,

En attendant, je vous invite à vous abonner si ce n'est pas déjà fait,

à laisser un pouce bleu si vous avez apprécié cet épisode, ça m'aide pour le référencement.

Quoi qu'il en soit je vous remercie de m'avoir écouté jusqu'au bout

et je vous dis à très bientôt pour la prochaine vidéo,

Ciao


>> Épisode suivant : Comment gérer et dépasser les occasions ratées #0135

<< Épisode précédent : Vision du Monde, Bien-Être et Souffrance #0133

Maîtrisez votre esprit, développez votre conscience, élevez votre existence !

S'ABONNER AUX VIDÉOS