Le 17/06/2019

Ce qu'il faut savoir pour tirer le potentiel de son cerveau #0136



Ton cerveau est comme un jardin, ce que tu en tires dépend essentiellement de comment tu le cultives sur la durée. Tu ne peux pas invoquer à la demande des super capacités stables sans les avoir cultivées à l'avance.

Bonjour et bienvenue,

C'est Bertrand de la Fondation MAGister,

l'École des Héros du Monde Réel.

...

Dans les derniers épisodes je vous ai parlé des différents niveaux de la matrice de notre esprit.

Je vous disais qu'aller dans le niveau 3 ça revient fondamentalement à réaliser que tout est unifié et que notre perception est un masque.

Et en pratique ça passe par la méditation, la contemplation, la philosophie, le yoga, etc.

C'est très spirituel le niveau 3.

Mais dans cet épisode je veux revenir sur des choses plus terre à terre.

Le passage entre le niveau 1 et le niveau 2.

Ce que j'appelle la sortie de la matrice du cerveau par défaut.

...

Et qui consiste à s'éveiller à son potentiel et à son pouvoir personnel,

à sortir des croyances limitantes, à sortir des émotions négatives,

à faire sauter les limites de notre cerveau et l'auto-sabotage,

à entrer dans une dynamique positive et optimiste,

à comprendre que nos pensées conditionnent énormément notre existence,

au point de créer une bonne partie de ce que l'on considère comme étant notre réalité.

Sortir de la matrice du cerveau par défaut, c'est réaliser qu'on n'est pas différent de toutes les personnes qui ont réussi leur vie.

On n'est pas dans une ligue différente.

...

En gros les pratiques et le travail sur soi pour aller au niveau 3 c'est tout le versant éveil spirituel du développement personnel.

Alors que les pratiques et le travail sur soi pour aller au niveau 2,

c'est tout ce qui est véhiculé par le développement personnel classique.

La prise en main, la responsabilité de son mental, le passage à l'action, l'apprentissage de compétences, la lecture de livres de développement, etc.

...

L'idée du passage au niveau 2, c'est de  passer son cerveau en mode Winner et débloquer son potentiel.

Et de pratiquement changer le fonctionnement global de son cerveau en fait.

Et c'est tout à fait possible.

Nos cerveaux ont tous le potentiel de fonctionner en mode loser ou en mode winner.

C'est juste une question de conditionnement.

...

Moi maintenant je vis dans un état global où ce sont les comportements du cerveau par défaut qui sont des anomalies, et qui sont écrasées.

J'ai de l'inconfort et de l'ennui dès que je perds mon temps sur des trucs inutiles, à éviter les obstacles, à m'enfermer dans une routine.

C'est quelque chose qu'on a tous un petit peu à la base,

cette culpabilité quand on fait quelque chose qu'on sait qu'on ne devrait pas faire ;

ou l'inverse, quand on ne fait pas quelque chose qu'on sait qu'on devrait faire.

Il s'agit de la renforcer cette bonne culpabilité, pour se rattraper soi-même consciemment à chaque fois que l'on commence à dévier et tomber dans le piège.

De la même manière il faut renforcer l'attraction vers les choses qui nous font grandir.

Dès que j'ai une petite étincelle d'inspiration, je ne la laisse pas s'éteindre, je l'utilise comme levier pour démarrer une série d'actions.

...

Dès que je fais face à un obstacle, je ressens du positif, parce que

j'ai appris à voir les obstacles comme la matière qui permet de paver le chemin de l'évolution.

...

J'ai zéro pessimisme, soit je réussis, soit j'apprends à réussir.

...

J'ai encore quelques distractions temporaires qui me font dévier des choses importantes sur lesquelles je m'étais dit que j'allais resté concentré,

mais d'année en année je les réduis progressivement.

Et ce qui compte c'est que j'ai zéro distraction qui soit stable qui vient me parasiter de l'intérieur pendant que je travaille.

Je reviens assez rapidement à ce qui est important.

Je suis très aligné avec moi-même.

Dans le sens où j'évite naturellement de faire des choses qui ne concordent pas avec la direction que je veux donner à ma vie.

...

...

J'arrive très bien à maintenir un état calme positif et concentré sur de trèèèès longues durées, ce qui me permet d'être très productif.

Et surtout je ne me crée jamais d'excuses bidons, jamais d'illusions négatives.

Je n'accepte aucune excuse de la part de mon cerveau.

J'ai réussi à dépasser des trucs que je pensais tellement improbables,

que de toute façon je n'arrive plus à y croire à ces excuses.

C'est devenu impossible pour moi de les prendre au sérieux.

Même au fond du trou on peut faire des choses pour s'en sortir.

...

Et je ne vous dis pas tout ça pour me la péter,

mais pour vous illustrer ce qu'on peut attendre d'un cerveau bien re-configuré.

Ce niveau de maîtrise mentale, mais j'en étais vraiment loin avant.

Ça fait des années que je m'applique à domestiquer mon cerveau.

Si j'étais resté au niveau que j'avais avant, je serais juste un gros loser paumé.

On peut vraiment bien bien progresser si on est sérieux.

...

Sortir de la matrice du cerveau par défaut, c'est un mix

de programmation par l'inspiration,

de programmation par la conception,

et de programmation par la prise d'actions qui vont installer des habitudes.

...

Et faire tout ça, ça va cultiver une dynamique émotionnelle en vous.

Moi ce que je vais vous donner sur ma chaîne c'est essentiellement l'inspiration et la conception.

La conception en gros c'est voir les choses de la bonne manière.

Identifier les problèmes, les solutions, etc.

Avoir les bonnes cartes mentales pour bien s'orienter.

Le paradigme.

Pourquoi changer.

Comment changer.

Pourquoi il est essentiel de passer du temps à cultiver son fond d'opération, avec des défis, avec des habitudes, avec des rituels quotidiens, etc.

Si la raison n'est pas un tant soi peu convaincue avec de bonnes cartes mentales,

elle va vous empêcher d'y aller sérieux et de prendre de bonnes habitudes.

Donc c'est important de l'aligner.

Mon objectif c'est d'avoir un raisonnement percutant pour convaincre les rationnels les plus obstinés.

...

Je vais souvent vous le répéter sur cette chaîne, mais pour produire des choses remarquables avec son cerveau, le plus important c'est de le dominer, et de ne pas être dominé par lui.

Le QI franchement on s'en branle, à partir du moment où il est dans la norme, c'est secondaire.

Être autodiscipliné, maîtriser ses instincts, ses émotions, sa concentration, sa motivation, savoir ce qu'on veut,

c'est ça qui fait la grosse différence.

Autrement dit ce qu'on appelle plutôt l'intelligence émotionnelle.

J'ai vu défiler plein de personnes beaaaaaaaucoup plus intelligentes que moi en termes de QI dans ma vie,

des personnes capables de comprendre des choses super rapidement.

Leur intelligence fluide était juste impressionnante.

Mais en termes de maîtrise d'eux mêmes, de volonté et de stratégie de vie, la plupart étaient ZÉRO.

Et du coup ils n'ont jamais fait grand chose de leur vie, parce qu'ils ne savent pas se contrôler sur la durée, c'est leur cerveau par défaut qui leur dicte la vie.

Ils n'ont aucune propulsion émotionnelle, toute leur dopamine est associée à des choses qui ne mènent à rien.

Leur cerveau est très mal cultivé d'un point de vue émotionnel.

Donc il ne leur sert pas à grand chose leur QI.

...

Moi en général je me demande comment font les personnes avec un bon QI pour faire des choses sur des cours laps de temps,

elles atteignent des performances que je ne peux pas atteindre,

c'est hors de ma portée.

...

Et inversement ces personnes elles se demandent comment moi je fais pour faire les choses que j'arrive à produire sur de longues périodes de temps,

parce qu'elles n'arrivent pas à se motiver et à contrôler leur cerveau sur la durée alors que moi ça ne me pose aucun soucis,

je peux franchement rester des années à travailler tous les jours sur des projets

maintenant que j'ai cultivé le bon état d'esprit et que j'ai développé les bonnes connexions dans mon cerveau.

Et encore une fois, je pense que c'est ça qui est le plus important au final.

Je n'en ai strictement rien à faire de ne pas avoir un très bon QI.

Je pense franchement que c'est secondaire à partir du moment où tu sais ce que tu veux,

où ta mémoire fonctionne bien,

où tu es capable de surmonter ta résistance interne au quotidien.

et où tu t'investis à fond dans ce que tu veux pendant des années.

Si tu as ça, avec les années tu vas développer une sorte d'intelligence spécialisée pour ce que tu fais,

et ça compense largement.

...

Ce qui limite les gens ce n'est pas ce dont ils sont capables.

C'est leur dynamique émotionnelle.

C'est ce qui veulent.

À quel point ils ont faim de certaines choses.

Les personnes qui ont vraiment faim,

ils vont trouver des moyens,

et surmonter les difficultés,

il n'y a pas de soucis à se faire.

...

Mais encore une fois ce qui limite les gens c'est ce qu'ils sont capables de supporter émotionnellement.

Dans tous les sens du terme supporter.

Leur capacité de soutenir la positivité et l'inspiration d'avancer.

Et leur capacité de surmonter la négativité qui pousse à arrêter.

...

Et si vous vous dites "ouais mais moi justement je ne suis pas ce genre de personnes, je n'ai pas une bonne dynamique émotionnelle"

C'est que vous ne comprenez pas que ça se met en place progressivement une bonne dynamique émotionnelle.

...

Si vous prenez un terrain où il y a plein de mauvaises herbes qui poussent et où il n'y a pas de bonnes plantes qui poussent,

est-ce que vous allez en conclure que le terrain est bon à rien ?

Non.

De la même manière si vous plantez de bonnes graines dans un terrain, que vous les arrosez, et que le lendemain il n'y a rien qui a changé,

est-ce que vous allez en conclure que le terrain est bon à rien ?

...

Encore une fois non.

Tout est question de cultiver les bonnes choses sur la durée.

Il faut voir vraiment vraiment long terme.

...

Si vous vous appliquez hyper sérieusement vous pouvez développer un jardin magnifique avec un terrain normal.

Pour le cerveau c'est pareil, si vous vous appliquez hyper sérieusement vous pouvez développer plein de bonnes connexions et supprimer plein de mauvaises connexions.

...

Pour ce qui est de développer une bonne dynamique émotionnelle,

il s'agit de commencer petit.

De cultiver les bonnes émotions en accumulant des petites victoires.

Par exemple en développant des projets qui sont minuscules mais qui sont quand même au dessus de nos capacités actuelles.

Il s'agit d'augmenter sa capacité de surmonter la résistance en faisant des choses légèrement inconfortables.

Et d'entretenir et de renforcer cette dynamique progressivement.

Avec les années vous serez surpris de voir les résultats.

...

Et sur ce, on reparle de tout ça dans le prochain épisode !

En attendant je vous invite à vous abonner si ce n'est pas déjà fait,

à partager cette vidéo et laisser un pouce bleu si vous l'avez appréciée, ça m'aide pour le référencement.

Quoi qu'il en soit je vous remercie de m'avoir écouté jusqu'au bout

et je vous dis à très bientôt pour la prochaine vidéo,

Ciao


>> Épisode suivant : Faire face au futur : une méthode simple pour accélérer le changement #0137

<< Épisode précédent : Comment gérer et dépasser les occasions ratées #0135

Maîtrisez votre esprit, développez votre conscience, élevez votre existence !

S'ABONNER AUX VIDÉOS