Le 20/12/2018

Comment notre dynamique mentale nous tient en place (Loi d'Attraction) #050



Combattre et dominer les courants de sa propre pensée est une des choses les plus difficiles qui soit pour un être humain...

Bonjour et bienvenue,

C'est Bertrand de la Fondation MAGister,

l'école des héros du monde réel.


Pour la troisième partie de la série sur la loi d'attraction, l'optimisme et la psychologie humaine.

À la fin du dernier épisode,

Je terminais avec cette question.

Combien de personnes se limitent et n'osent pas élever leur vision, n'osent pas aller plus loin car elles imaginent que ça ne pourra jamais marcher ?


Le cas extrêmes c'est les SDF,

la plupart sont coincés dans une boucle négative,

parce qu'ils ne pensent plus du tout à des grandes visions pour s'en sortir,

ils pensent à des petits plans pour ne pas tomber plus bas.


Et donc c'est ce plan qu'ils construisent.

Comment pourrait-il en être autrement ?

Comment pourrait-on construire un plan que l'on n'imagine même pas ?

Et comment ne pourrait-on pas construire le plan, la vision que l'on imagine tout le temps, aussi petite soit-elle ?

Si ce n'est pas dans votre esprit, comment-voulez vous que ce soit dans votre réalité ?

Vous allez peut-être penser que je suis un connard en exposant les choses comme ça,

comme si je voulais dire qu'au fond c'était la faute des SDF s'ils restaient SDF,

et qu'ils n'avaient qu'à changer leur vision et la maintenir dans la bonne direction.

Mais ce n'est ce que je veux dire.

Je pense effectivement qu'en général on devient SDF parce qu'on a fait certaines erreurs dans son passé.


C'est à dire que dans la plupart des cas, on n'arrive pas sur ce plan de la société sans avoir merdé au moins un peu.

Mais ensuite je pense que l'on reste sur ce plan à cause du fonctionnement "normal" de la dynamique mentale qui nous fait rester sur le plan qui domine notre esprit.

Et l'exemple des SDF est intéressant dans ce sens qu'il met en évidence ce fonctionnement normal, homéostatique et pervasif de la dynamique mentale.

Dont on peut se rendre compte chez les autres, mais plus difficilement chez soi-même.


Quand tu vois les problèmes d'un SDF il faut te rendre compte que tout ce que tu as l'impression qui le limite mentalement.

Toi aussi, dans une moindre mesure, tu as ta propre version de tout ça dans ta vie.

L'écart entre ton plan d'existence et celui du SDF.

Il y a sûrement le même entre toi et des personnes qui gèrent mieux leur vie que toi.

Et donc en prenant conscience de ce qui limite un SDF,

il faut te demander merde, mais comment est-ce que je suis moi même inconsciemment affecté par ces mécanismes psychologiques ?

...

Et si tu ne crois pas que ça te concerne, eh bien tu es exactement comme les SDF.

Complètement piégé.

Incapable de surmonter ta condition actuelle.

...

Car les SDF ce ne sont pas des exceptions, ce sont juste des cas extrêmes.

...

...

En tant qu'observateur externe, on peut se dire mais merde comment ça se fait qu'ils ne font rien pour sortir de ce plan,

c'est pas possible pourquoi ils acceptent ça.


...

Mais de la même manière pourquoi la plupart des gens ne font rien pour élever leur propre plan à long terme ?

Bien souvent il est très loin d'être parfait !

La réponse c'est que subjectivement, on est tellement pris dans le plan qu'on est,

il domine tellement notre esprit,

il est tellement pervasif qu'on arrive plus à envisager la réalité et notre existence différemment.


Tout le fond d'opération de notre existence est articulé autour de notre plan actuel,

et donc ça semble plus incertain d'essayer de sortir de ce plan que d'y rester.


Tout autre réalité semble être d'un autre monde, inatteignable.

C'est juste trop de charge mentale.

On est déjà tellement occupé par ce plan dans lequel on est, comment pourrait-on en envisager un autre ?

Alors on reste dedans.

C'est en ça que la dynamique mentale est homéostatique.

Une fois qu'on a trouvé et installé un équilibre,

qu'il soit bon ou qu'il soit mauvais,

on a tendance à y revenir et à y rester.


Et c'est pervasif, dans le sens où même si une partie de nous veut autre chose,

elle n'est pas assez forte pour contrer durablement l'influence dominante du reste, qui s'étend partout.

...

Combattre sa propre façon de penser est une des choses les plus difficiles qui soit pour un être humain.

D'ailleurs c'est pour ça que pour qu'une personne pauvre devienne riche,

le plus gros travail qu'elle a à faire pour y arriver,

c'est d'arrêter de penser comme un pauvre.

Son mental étant ce qui limite son évolution.


Encore une fois ça peut nous paraître fou que ce principe d'homéostasie reste valable quand on touche le fond,

et ainsi qu'on puisse devenir à ce point là impuissant sur notre existence.

Mais en fait c'est logique.

Parce que l'énergie qu'on a pour vivre notre vie est très liée avec ces pensées pervasives qui dominent notre esprit.

Le jour où vous vous dites que vous êtes trop fatigué pour faire de l'exercice physique, vous allez avoir encore moins d'énergie le jour d'après.

Et donc vous vous sentirez toujours trop fatigué pour faire de l'exercice physique.

C'est un peu la même idée.

...

En ce sens, la dynamique mentale des SDF elle joue totalement contre eux parce que pour avoir de l'énergie il faut se placer sur un plan motivant.


Vous avez déjà vu des SDF super-motivés pour mendier ?

Non, la plupart le font de manière apathique parce que ce n'est pas bien motivant de mendier,

au fond tu sais très bien que ça ne te mènera nulle part.

...

Et arrivé à ce stade, ils sont vraiment piégés par le fonctionnement de leur esprit,

parce que la connexion de la conscience avec l'optimisme c'est un muscle mental.

Et le leur de muscle est si atrophié qu'il ne peut plus supporter la moindre charge.

Ils ont tout juste ce qu'il faut pour maintenir l'équilibre sur leur plan.

Et donc pour sortir de ce plan, il va falloir qu'ils se reconditionnent complètement pour recouvrer une optimisme plus fort.

Et dieu sait que c'est pas évident.

...

Et ce principe est valable pour toute personne voulant sortir de son plan d'existence pour en atteindre un supérieur.

Pour réussir ce type de saut,

peu importe la hauteur du plan auquel on se situe,

il faut conditionner son optimisme pour qu'il devienne plus fort et qu'il puisse supporter la transition dissonante d'un équilibre à un autre.


Autrement dit il faut avoir le mental adéquat au plan d'existence que l'on veut atteindre, avant d'y être réellement.

Il faut avoir la réalité interne qu'il faut avant d'avoir la réalité externe.

C'est à dire avant de la vivre.

Et c'est toute là toute la difficulté étant donné la nature pervasive et homéostatique du mental qui ne supporte pas la dissonance.

C'est à dire qui ne supporte pas que ce qui se passe dans notre tête soit différent de ce qui se passe en dehors.

...

...

Et donc pour en revenir à la loi d'attraction,

Beaucoup de personnes se disent que ça serait trop facile si c'était vrai que pour réussir et attirer ce qu'on veut dans la vie,

il suffisait d'aligner ses pensées dans la bonne direction,

il suffisait simplement d'imaginer un scénario inspirant et motivant et n'avoir aucun doute qu'il est possible.

Mais non.

Ce que beaucoup de personnes ne réalisent pas c'est que même si c'est effectivement aussi simple que ça,

ça ne veut pas dire que c'est facile.

...

Encore une fois,

combattre et dominer sa propre façon de penser est une des choses les plus difficiles qui soit pour un être humain.

...

Et on continue d'en parler dans le prochain épisode de cette série sur la loi d'attraction, l'optimisme et la psychologie humaine.

Je vous dis donc à bientôt pour la quatrième partie qui va arriver rapidement.

En attendant, je vous invite à vous abonner si ce n'est pas déjà fait,

Et je vous remercie de m'avoir écouté jusqu'au bout,

Ciao


>> Épisode suivant : Le support psychologique des croyances (Loi d'Attraction) #051

<< Épisode précédent : Nous sommes des projets qui se vivent subjectivement (Loi d'Attraction et prédictions) #049

Maîtrisez votre esprit, développez votre conscience, élevez votre existence !

S'ABONNER AUX VIDÉOS