Vision du Monde, Bien-Être et Souffrance #0133



Certains s'accrochent à la laideur et à la petitesse, d'autres à la beauté et à la grandeur. Les premiers deviennent aigris ou désespérés, les seconds s'élèvent. Ta façon de voir les choses est intimement connectée à la dynamique de ton existence !

Bonjour et bienvenue,

C'est Bertrand de la Fondation MAGister,

l'École des Héros du Monde Réel.


Pour le vingt-sixième épisode de la série sur l'éveil spirituel et la sortie de la matrice de la perception existentielle, la matrice de notre propre création.

...

Qui sera probablement le dernier de cette série.

Même si on va reparler très bientôt de réalité et de matrice,

mais de manière moins spirituelle, de manière un peu plus terre-à-terre et pragmatique.


À la fin du dernier épisode je vous évoquais ce problème quand on se dit qu'on est juste un petit truc dans l'Univers,

et qu'on se croit beaucoup plus objectif qu'une personne qui se voit comme quelque chose de grand, de spécial et d'incroyable.

...

Si tu penses que tu n'es qu'un petit truc dans l'Univers,

tu devrais réaliser que de 1 /

L'infini s'étend tout autant à l'extérieur de ton corps qu'à l'intérieur de ton corps.

Autrement dit comme toute chose, tu es parfaitement au centre de Tout.

et de 2 /

tu devrais réaliser que sans des êtres conscients tel que toi pour conscientiser cet Univers,

il n'existerait même pas.

...

De la même manière que quand tu te dis qu'au fond la vie n'a pas de sens,

ben tu ne réalises pas que sans des êtres conscients tel quoi toi pour le conscientiser, le sens ça n'existerait même pas.

Et donc l'absence de sens non plus.

...

Tu crois que l'absence de sens et l'Univers existeraient sans des êtres conscients tel que toi,

mais c'est parce que tu ne réalises pas ce qu'est l'existence.

Autrement ce que tu conscientises comme étant l'Univers et l'absence de sens,

sont des objets subjectifs de ton expérience.

Ce sont des formes.

L'Univers tout entier tel que tu le conçois et toutes les propriétés que tu ressens vis-à-vis de lui sont contenues dans ta conscience.

Et ça n'a rien à voir avec ce qu'il y a dans l'absolue infinité, au delà de ton expérience relative.

Et dont tu fais partie intégrante.

Le ressenti que tu as de toi vis-à-vis de l'Univers est relatif.

Il dépend de ton paradigme de pensée et de ton identification.

Tu n'es jamais objectif.

Et si tu as un ressenti d'insignifiance c'est que tu n'es vraiment vraiment pas objectif.

En réalité, il est très probable que tu sois virtuellement l'équivalent d'un Univers étant donné que l'infini s'étend dans toutes les directions.

Et en ce sens il n'y aucune raison de se sentir petit.

...

Il faut bien comprendre que la perspective à la troisième personne que tu as du monde,

reste bien plus profondément enracinée dans ta perspective à la première personne que tu ne le soupçonnes.

Autrement dit, ce n'est pas vraiment une perspective à la troisième personne.

Non.

C'est une perspecitve à la troisième personne projetée par la première personne.

Ce que tu considères comme l'objectivité est ancrée dans ta subjectivité.

Comment pourrait-il en être autrement ?

...

Le ressenti d'insignifiance vis-à-vis de l'Univers, est typique du paradigme matérialiste et rationnel poussé à bout.

Plus tu vas loin dans le paradigme matérialiste et rationnel, plus tu te rends compte à quel point l'Univers est vaste comparé à toi,

moins tu deviens spécial dans ce que tu considères comme étant le contexte global de ton existence,

et donc plus tu deviens relativement insignifiant.

Et c'est parfaitement logique, car nos outils d'évaluation permettant d'apprécier à quel point quelque chose est spécial et significatif, sont relatifs et non absolus.

Et ils n'ont pas évolué pour être utilisés comme ça.

Quand on les utilise comme ça, ben c'est une forme de réalisme pathologique en fait.

C'est très efficace pour prédire et contrôler la réalité on va dire, et pour développer des technologies.

Mais de manière hollistique, notre esprit n'est pas fait pour rester en permanence concentré et coincé sur une vision mécanistique de la réalité.

Pouvoir tuner son esprit de telle sorte, c'est juste un outil parmi d'autres dans notre ceinture d'être humain.

Et quand on utilise uniquement cet outil, ça mène à une atrophie de certaines dimensions de notre être.

C'est un peu comme si l'activité de ton mental en continuant sans cesse d'interpréter la réalité de la sorte,

s'attaquait à ton image pour te rendre de plus en plus insignifiant vis-à-vis de cette réalité.

C'est comme si tu activais des circuits cérébraux pour te dévaluer,

et maintenir ton corps mental dans un état diminué.

Comme une sorte d'anti-gymnastique mentale pour t'affaiblir et exercer ton insignifiance.

Comme une sorte de cancer du corps mental.

...

Et quand tu prends conscience de ça, tu te rends compte à quel point c'est dangereux et irresponsable d'utiliser son esprit de la sorte, sans réfléchir aux conséquences que ça a sur la santé de notre corps mental.

Et tu te rends compte à quel point notre culture toute entière est inconsciemment en train de sombrer dans cette pathologie insidieuse.

La façon dont on réalise la réalité en tant que culture, peut devenir une pathologie généralisée.

...

Cela dit quand tu vas au bout du bout de ce paradigme, eh bien tu te rends compte de ses limites,

et tu te rends compte qu'il structurait et contraignait ta pensée de manière arbitraire et primitive.

Tu te rends compte que c'était devenu une sorte de cancer mental.

Oh oui par contre, encore une fois cette vision mécanistique de la réalité c'est très bon et très utile pour le développement de la technologie et compagnie.

Ça marche très bien pour ça.

Il faut être stupide pour dire le contraire.

Et c'est pour ça que ça prend de plus en plus de place d'ailleurs.

Mais pour ce qui est de ton développement à toi, ça marche moins bien.

Parce que ton être ne se limite pas à ça.

...

Et quand tu passes dans un paradigme trans-rationnel, ce n'est plus la même.

Tu perçois l'univers tout entier dans chaque chose et dans chaque instant.

Et tout de suite, tu n'as plus ce sentiment d'être aussi petit et insignifiant, au contraire.

...

Et je pense que c'est essentiellement pour ça que l'éveil spirituel et l'unification avec le tout diminue assez radicalement notre mal-être.

Tout simplement parce qu'à partir de là, on cesse d'activer inconsciemment les mauvais circuits cérébraux à l'intérieur quand ce n'est pas pertinent.

...

Et tout ça c'est très lié à ce que je disais sur la beauté dans l'épisode 128.

Quand tu fais l'amour et que tu regardes dans les yeux le visage de ta partenaire,

tu peux voir la beauté superficielle de son visage.

Mais tu peux également voir la beauté de l'expérience que tu vis,

la beauté de deux âmes qui entrent en communication,

et de tout ce que la création de cette expérience a impliqué,

en remontant jusqu'au Big Bang et même au delà.

Alors, tu verras la puissance de l'Univers tout entier dans cet instant.

...

...

Ce que tu ressens vis-à-vis des choses en dit davantage sur toi que sur ces choses.

Ton esprit peut voir la beauté et la laideur dans toute chose et dans toute personne.

Tu peux voir la vie humaine comme un théâtre dégoûtant.

Tu peux voir la vie humaine comme un théâtre magnifique.

...

C'est d'ailleurs fascinant de voir que dans une même chose, dans une même personne,

certains esprits verront tout ce qu'il y a de beau,

alors que d'autres ne verront que ce qu'il y a de laid.

...

Les esprits faibles et fragiles ont tendance à se laisser focaliser sur la laideur, et à se faire absorber et accabler par elle.

Percevoir de la laideur dans la réalité, soit cela les énerve profondément, soit cela les désespère.

Ils se sentent désabusés et ensuite ils ne peuvent plus voir la beauté.

C'est comme s'il elle n'existait plus.

Ou tout du moins, c'est comme si elle n'en valait plus la peine.

Et donc ils laissent tomber.

...

D'aucuns diraient qu'ils se font contrôler par la laideur.

La marque d'un esprit fort à l'inverse, c'est de ne jamais perdre de vue la beauté des choses quand bien même on pourrait tout à fait y voir de la laideur ici et là.

Quand il est confronté à la laideur de la réalité, un esprit fort n'entre pas dans un tourment d'émotions négatives.

Un esprit fort maintient son focus sur ce qu'il veut développer.

Il ne laisse pas la laideur lui faire perdre de vue la beauté.

Jamais.

...

Il choisit ce qu'il veut voir dans l'infinité de ce qu'il peut voir.

...

En fait, c'est pratiquement un résumé du jeu de la vie.

Certains s'accrochent à la laideur, d'autres s'accrochent à la beauté.

Les premiers deviennent aigris ou désespérés,

les seconds s'élèvent.

...

Ta façon de voir les choses est intimement connectée à la dynamique de ton existence.

...

...

Et à propos de tout ça, il y a ces deux citations que j'aime beaucoup.

La première est de Joseph Campbell.

Et c'est que "les personnes psychotiques se noient dans la même eau dans laquelle les mystiques nagent avec délectation".

...

La seconde est du Dalaï Lama et c'est que "certaines personnes regardent la vase au fond de l'étang,

alors que d'autres contemplent la fleur de lotus à la surface de l'étang,

il s'agit d'un choix."

...

...

Bref.

On ne peut pas voir au delà de notre perception existentielle humaine, avec notre perception existentielle humaine.

Quand on croit qu'on le fait, on ne fait que se leurrer.

On est tellement dans notre perception qu'on ne réalise pas à quel point on est dedans quand on essaye de voir et d'interpréter ce qu'il y a au delà de notre perception.

Chacune de nos interprétations du réel est chargée de présupposés sur l'existence.

On ne quitte pratiquement jamais le relatif, c'est démentiel.

...

En fait c'est un peu comme d'essayer d'imaginer ce que ça fait d'être mort.

Tu vas pouvoir imaginer des choses.

Tu vas pouvoir ressentir des choses.

Mais en fait il faut bien réaliser que tout ce que tu pourras imaginer et ressentir sera forcément à côté de la plaque,

tout simplement parce que tu es vivant.

Tu es un être vivant qui s'imagine ce que ça fait d'être mort.

Mais évidémment ça ne peut pas marcher puisque tu es vivant.

Tu vas juste te leurrer.

...

Toute imagination de la mort que tu peux produire ne sera jamais absolue,

elle restera foncièrement relative à ta nature d'être humain.

...

Et se leurrer comme ça sur notre interprétation de la réalité,

si on ne prend pas de recul, on le fait sans cesse.

Et bien souvent on se fait plus de mal que de bien à le faire.

...

Bref on arrive à la fin de cette série d'épisodes.

Et au premier abord, ça peut être très difficile de voir un aspect pratique à tout ce qu'on a abordé dans cette série d'épisodes.

Ça peut sembler être juste de la branlette philosophique, sans conséquence sur notre vie.

Mais ne vous méprenez pas.

Maîtriser tout ce dont on a parlé dans cette série d'épisodes.

Ça aide énormément à éliminer toute cette souffrance inutile que l'on peut se causer à travers la perception.

Ça peut changer profondément le monde intérieur d'où tu opères ta vie.

Et faire de toi quelqu'un de beaucoup plus en paix avec ce qui est.

...

Et sur ce voilà qui clos cette série d'épisodes.

Je vous invite à vous abonner si ce n'est pas déjà fait,

à partager cette vidéo et laisser un pouce bleu si vous l'avez appréciée, ça m'aide pour le référencement.

Quoi qu'il en soit je vous remercie de m'avoir écouté jusqu'au bout

et je vous dis à très bientôt pour la prochaine vidéo,

Ciao

Maîtrisez votre esprit, développez votre conscience, élevez votre existence !