Expérience perso : En quoi méditer change les effets du porno sur le cerveau ? #0169



Retour d'expérience personnelle dans laquelle j'ai essayé d'observer l'impact de la méditation sur la façon dont le cerveau réagit au porno (contrôle, addiction, dépendance, énergie, etc).

Bonjour et bienvenue,

C'est Bertrand de la Fondation MAGister,

l'École des Héros du Monde Réel.

...

Il n'y a pas longtemps j'ai testé de me remettre à regarder du porno pour voir comment je réagissais,

alors que ça faisait plusieurs années que j'avais complètement arrêté.

Et entre temps j'ai bien développé mes compétences de méditation et mes compétences de régulation sexuelle et du coup j'étais curieux de voir comment j'allais réagir au porno dans mon état développemental actuel.

Donc j'ai regardé du porno et je me suis masturbé tout en activant les capacités de méditation et de régulation que j'ai travaillé ces dernières années.

La seule règle fixe que je me suis imposé c'est de rester en contrôle et de tenir minimum 30 minutes.

...

L'expérience a duré à peu près deux semaines.

Pendant une semaine, à peu près au milieu,

je me suis pas mal gavé, et je n'ai pas eu à forcer.

La libération de dopamine dans mon cerveau était très activée par le porno.

Et pour info, la dopamine pour généraliser c'est la molécule de la récompense et surtout de l'anticipation de la récompense à venir,

la molécule qui te fait être accro.

Donc mon esprit n'était pas du tout insensible au porno malgré la méditation.

Au contraire, j'avais l'impression que mon esprit était beaucoup plus sensible que quand j'avais arrêté des années avant.

Ce qui est logique, parce que quand tu consommes régulièrement un truc stimulant, ton cerveau développe une tolérance.

Et quand tu arrêtes pendant longtemps ce truc stimulant,

ton cerveau se remet un peu à zéro et tu y redeviens beaucoup plus sensible.

...

Donc pendant l'expérience, mon esprit restait accroché et captivé, sans problèmes.

Un jour, je me suis branlé une fois 30 minutes, une fois une heure et encore une fois 30 minutes.

Le lendemain j'avais la bite en feu, ça a mis trois jours à récupérer.

Et vous savez quoi ? Si physiquement ça ne commençait pas à me faire mal

j'aurais pu continuer encore longtemps,

mon cerveau produisait toujours beaucoup de dopamine,

je n'étais pas lassé mentalement.

...

Cela dit note très importante j'avais la sensation d'être très conscient et présent,

et que je pouvais arrêter à tout moment.

J'ai poussé loin délibérement pour observer mes réactions.

Et donc du coup ouais il n'y a pas à chier, mon système dopaminergique était hyper activé pendant l'activité et le niveau ne descendait pas.

Ça m'exictait bien et ça me faisait rentrer dans des dynamiques psychophysiologiques infinies,

ça ne semblait pas pouvoir s'arrêter.

Donc vis-à-vis du porno, la méditation n'a pas du tout diminué le potentiel d'excitation et d'accrochage de mon cerveau en gros.

Pas du tout.

Ça ne m'a pas rendu moins sensible au porno,

et ça n'a pas non plus diminué la façon dont ça engage les circuits cérébraux primitifs associés à la perception sexuelle.

...

En revanche encore une fois, grâce à la méditation,

j'étais en contrôle et en présence tout du long.

Je n'ai jamais été absorbé, possédé, ni pris dans une séquence frénétique et inconsciente.

J'avais une conscience élevée de mon corps, de ma respiration et des mouvements que je faisais.

Et le plus important, j'avais la sensation que malgré l'engagement,

je pouvais arrêter à tout moment et ne pas ressentir de manque derrière.

...

Et effectivement au bout de deux semaines, j'ai arrêté proprement,

parce que j'avais vu ce que je voulais observer sur moi,

et parce que j'avais mieux à faire de mon temps.

...

En effet le problème principal que j'ai eu durant cette expérience,

ce n'est pas que je créais un attachement duquel je n'arrivais pas à décrocher.

Non je décrochais sans soucis.

Mais le truc c'est que ça créait quand même de l'inertie indésirable dans mon esprit,

et des résidus d'attention sur le court terme.

Concrètement, qu'est-ce ça veut dire ?

Ça veut dire qu'après la séance de porno,

il y a un pourcentage de mon attention qui restait encore coincé sur le porno dans la journée,

mon esprit repensait automatiquement aux images que j'ai vu, etc

...

Et ça, ça fait partie d'un phénomène naturel général.

Notre esprit repense à ce dont on le nourrit pour extraire des informations, générer de l'inspiration, faire des recoupements, etc.

C'est à dire quand on passe d'une activité à l'autre dans la journée,

notre cerveau n'arrête pas complètement la première activité comme un robot.

Non, il y a un peu d'attention qui reste sur cette activité pendant que l'on fait autre chose ou qu'on est inoccupé.

Et bien souvent dans la journée, on a des inspirations associées à ce qu'on a fait précédemment.

...

Et donc c'était parasitant d'avoir dans la journée une inspiration associée au porno.

Surtout si on considère que toute l'attention et le temps que mon esprit prenait pour être inspiré par le porno

ben ça bouffait la part que des inspirations plus importantes auraient pu avoir.

Ça volait mon inspiration.

Ça vampirisait mes ressources un peu comme un virus.

Ça prenait de la place mentale qui aurait pu être allouée à des inspirations plus utiles

si au lieu de nourrir mon esprit de porno

j'avais regardé une vidéo instructive ou lu un livre intéressant par exemple.

...

Et donc c'est surtout ça qui m'a dérangé en fait.

J'étais beaucoup plus distrait.

Et ça ne me plaisait pas d'avoir des résidus d'attention coincés sur un truc qui ne me sert strictement à rien.

Non.

J'ai envie que mon esprit soit occupé à penser à des trucs qui peuvent me faire avancer.

...

Et donc j'ai arrêté d'un coup l'expérience,

et derrière je n'ai eu absolument aucun retour de bâton.

Je n'ai pas eu de grosses envies de m'y remettre du tout.

Et c'est là que réside le pouvoir et les bénéfices de la méditation pour moi.

C'est à dire que malgré l'engagement dopaminergique,

la méditation m'a maintenu indépendant, libre et en contrôle,

et ça a prévenu le développement de l'addiction.

...

Et ça m'a fait plaisir de voir ça.

Parce qu'en fait, j'ai développé le gros de ma capacité de méditation pour apprendre à lâcher prise et décrocher de fixations que je ressentais il y a quelques années et qui me frustraient violemment.

Pour certaines choses c'était un gros problème pour moi.

Je n'arrivais pas à passer à autre chose, j'étais complètement fixé au lieu d'aller de l'avant.

En fait j'ai toujours eu une capacité très puissante à m'accrocher à certaines activités, à certaines choses et à certaines personnes qui me plaisent.

Ça, ça n'a jamais vraiment été un problème pour moi,

quand quelque chose me plaît ou m'excite, très vite je n'en démords plus.

...

En revanche décrocher quand je suis accroché,

ça a toujours été quasiment impossible pour moi.

C'est limite contre-nature en fait,

j'ai un esprit bulldog qui ne lâche jamais ce qu'il mord,

et qui va tout faire pour avoir ce qu'il veut.

Mon esprit de base il ne connaît pas le principe de lâcher l'affaire.

...

Et ça m'a causé pas mal de souffrance et de frustration quand ce n'était pas adapté,

notamment vis-à-vis des sentiments,

j'étais comme fixé, pris dans des boucles interminables.

...

Et du coup de me défixer et sortir de boucles infernales,

ça a été ma matière de travail principale pour pratiquer la méditation.

Ça a musclé mon muscle du déccrochage si vous voulez.

J'ai appris à démordre des choses desquelles je n'arrivais pas à démordre.

...

Et avec cette expérience du porno je me rends compte que les bénéfices se transfèrent bien

et que maintenant que ce muscle du déccrochage est fort c'est bien utile.

Mes années de méditation ont profondément changé la façon dont mon esprit s'attache et se décroche.

Je décroche beaucoup plus facilement maintenant, c'est fou.

...

Aussi très important à noter, après chaque séance de porno masturbation de cette expérience,

je n'ai eu aucun sentiment négatif.

Je ne me sentais pas mal après,

je n'avais ni regret, ni ressentiment, ni culpabilité.

Au contraire je me sentais bien,

surtout au début.

Au tout début ça m'énergisait carrément en fait, je n'arrivais plus à dormir derrière.

...

C'est sûrement à cause de la libération de dopamine

mais aussi il faut bien prendre en considération que j'avais une respiration profonde et que j'avais la règle de durer minimum trente minutes,

ce qui faisait qu'en même temps que de regarder du porno on peut dire que je pratiquais une sorte de yoga sexuel ;

donc de ce point de vue c'est assez logique que je me sentais bien et énergisé après.

...

Après ça ne m'a pas empêché de travailler sur mes projets, je n'étais pas démotivé pour ça.

Mais par contre du coup ça a souvent remplacé ma séance de sport.

D'habitude je fais du sport tous les jours,

et là deux jours sur trois j'ai sauté ma séance ;

comme si une partie de moi avait considéré ces séances de masturbation comme des séances d'exercice physique.

...

Bref un truc que j'ai bien mieux réalisé avec cette expérience,

surtout le jour où je me suis branlé pendant 2 heures,

c'est en quoi le porno moderne est complètement démentiel en termes d'activation du cerveau.

Et donc en quoi le porno moderne sur internet est toxique pour le cerveau sur le long terme.

Ça va forcément en griller plus d'un.

Parce qu'il y en a juste trop de porno sur internet. C'est infini.

Pendant ces séances, toutes les trois minutes je changeais de scène ou je changeais de porno pour avoir l'excitation de la nouveauté.

La nouveauté qui au passage est un fort déclencheur de dopamine.

En fait je me suis rendu compte que j'étais en train de pourchasser la nouveauté,

dès que ça commençait à se répéter, je changeais.

Ça faisait des années que je n'avais pas vu de porno donc pour moi tout était nouveau.

...

De base un porno seul c'est très stimulant pour le cerveau,

mais le fait que la quantité soit infinie sur Internet et que l'on puisse sans cesse changer de scène dès qu'on sent qu'on commence à être un peu moins excité,

ça rend le porno beaucoup beaucoup trop stimulant et addictif pour le cerveau.

C'est juste démentiel.

Cette combinaison ça fait que c'est extrêmement difficile d'avoir une consommation saine et contrôlée de porno,

parce que regarder du porno se transforme en plus en un jeu.

Un jeu de recherche de matériel excitant.

Et le matériel excitant potentiel est pratiquement infini.

Il n'y a pas de fin au jeu.

...

Cette combinaison du sexe et du jeu de recherche,

c'est une combinaison dangereuse d'un point de vue addiction.

Ça atteint directement et sans efforts des circuits primitifs du cerveau.

Ça se renouvelle à l'infini,

c'est hyper accessible tu as tout depuis ton ordinateur,

ça te fait rentrer dans des boucles,

quand tu commences ça fait monter la dopamine de manière tellement rapide dans ton cerveau que cela remplace tes priorités pour devenir la priorité numéro 1.

Bref, c'est dangereusement puissant.

...

En fait quand tu prends du recul tu réalises que notre société est complètement irresponsable de laisser tout ça en libre accès comme ça.

Elle ne se rend pas compte du danger.

De la même manière que les jeux d'argent peuvent ruiner des vies en activant les circuits de la dopamine,

un tel système de porno va forcément gâcher des vies et griller des cerveaux.

Je pense que c'est le plus grand piratage de la nature qui existe.

Et je vous expliquerais en quoi dans le prochain épisode.

...

Bref pour terminer sur mon expérience,

j'ai remarqué aussi que la plupart des pornos entraînent le corps et l'esprit à avoir une version unidimensionnelle, superficielle et basse fréquence du sexe.

En gros ça t'entraîne à voir les filles comme des chiennes qu'il faut ramoner.

Honnêtement je ne vais pas faire mon hypocrite puritain,

pour moi ça a complètement sa place dans les rapports sexuels.

Il y a une partie de moi qui adore ces phases et les filles avec qui je l'ai fait aussi.

Ça serait ennuyant de s'en priver.

Mais le truc c'est que ça doit être équilibré par des trucs complètements opposés,

de l'intimité, de la connexion, de la sensualité, des câlins, de la douceur, de la sécurité, du partage, du jeu, de la variété, de la progression, du rire, etc

et ça ce n'est pas du tout véhiculé dans la plupart des pornos qui encore une fois

montrent une expression unidimensionnelle, superficielle et basse fréquence.

Et c'est un problème parce qu'inconsciemment ça te conditionne et ça te déséquilibre.

C'est beaucoup trop objectifié et dénué d'engagement émotionnel.

Progressivement ça fait de toi un zombie.

Ce n'est pas étonnant après ça qu'autant de femmes soient insatisfaites,

ça doit être chiant comme la mort un mec qui ne fait qu'imiter le porno classique.

...

Les phases de sexe bêtes et stupides c'est bien, mais ça nourrit juste un truc dans ton esprit.

Quite à choisir,

c'est pas la peine de faire le bonhomme,

c'est mille fois plus nourissant d'avoir des phases de tendresse, de connexion et d'intimité avec une personne avec laquelle tu as déjà créé une connexion émotionnelle au delà du sexe.

C'est toute la différence entre le sexe pur et dur, et faire l'amour.

...

Bref.

De faire attention à tout ça,

ça a renforcé en moi cette idée que le plus simple c'est vraiment de bannir le porno complètement et d'en rester éloigné pour ne plus y penser.

Si tu en consommes régulièrement sur une longue durée ça va complètement te dérégler notamment au niveau de la dopamine,

et tu vas devenir une sous-version de toi-même, une larve ;

ça va être impossible d'avoir de l'intérêt pour quoi que ce soit qui demande de faire des efforts pour avoir une récompense tant le système de la récompense de ton cerveau sera déréglé.

...

Donc pour résumer les mecs,

sérieusement, méditez.

Dans le monde dans lequel on vit, c'est un système de défense essentiel.

Vous ne serez pas immusé contre le porno ça va toujours vous exciter.

Mais ça ne va plus vous rendre neurotique et ça va vous aider à décrocher beaucoup plus facilement.

...

Sur ce on reparle du fléau qu'est la pornographie moderne pour le cerveau dans le prochain épisode.

En attendant, je vous invite à vous abonner si ce n'est pas déjà fait,

à partager cette vidéo et laisser un pouce bleu si vous l'avez appréciée, ça m'aide pour le référencement.

Quoi qu'il en soit je vous remercie de m'avoir écouté jusqu'au bout

et je vous dis à très bientôt pour la prochaine vidéo,

Ciao

>> Épisode suivant : Le porno pirate ton cerveau ! #0170

<< Épisode précédent : NoFap, Porno, Branlette, Addiction : Le Pouvoir de la Méditation #0168

Maîtrisez votre esprit, développez votre conscience, élevez votre existence !

S'ABONNER AUX VIDÉOS