Les visions ne se battent pas toutes seules #0100



Les idées, les visions, ont besoin qu'on se batte pour elles. Elles ne se battent pas toutes seules.

Bonjour et bienvenue,

C'est Bertrand de la Fondation MAGister,

l'École des Héros du Monde Réel.

....

Dans les derniers épisodes, je vous ai beaucoup parlé de la difficulté de porter suffisamment longtemps un projet jusqu'à sa réussite,

et en quoi avoir une certaine arrogance envers la vie peut aider à ne pas être parmi l'écrasante majorité des personnes qui abandonnent leur projet en cours de route.

...

Encore une fois moi ce que j'en dis c'est que si vous n'êtes pas arrogant envers la vie et que vous n'avez pas un projet qui marche tout seul.

Vous allez tenir quelques années,

mais vous n'allez clairement pas tenir sur le long terme.

Si vous ne vous nourrissez pas de l'intérieur, vous allez mourrir de faim.

Petit à petit vous allez être en stress.

Vous allez flipper.

Vous allez créer du doute.

Vous n'allez pas voir assez loin.

Vous allez brider votre créativité.

Vous allez compromettre votre vision, vos idées et vos principes pour que ça marche.

Vous allez perdre votre originalité.

Vous allez prendre personnellement la critique quand quelqu'un vous dira que vous ne réussirez jamais, au lieu de la balayer cette critique.

Vous allez commencer à bien ralentir dès que vous n'aurez plus l'entrain et l'excitation du début.

Vous allez progressivement perdre la motivation.

Et vous allez finir par vous faire écraser par le jeu.

...

Ce n'est qu'une question de temps.

...

Le nombre de projets qui sont abandonnés c'est énorme.

C'est la sélection naturelle qui s'applique.

Seuls les plus forts résistent.

...

Alors si tu as une vision mais que tu n'es pas fort.

Il n'y a rien de mal à ça.

Mais il va falloir le devenir.

...

...

...

Vous savez quand j'étais plus jeune.

J'étais quelqu'un de très combattif.

Et c'est là que j'ai commencé à entendre des personnes me dire que l'arrogance me perdra.

Parce que si je me retrouvais dans une embrouille,

même si j'étais tout seul contre un groupe,

je n'hésitais pas une seule seconde, je me dressais et je fonçais dans le tas.

Et c'est vrai que je suis plutôt chanceux de ne pas m'être fait gravement blessé ou même tué avec mes conneries.

Mais le truc c'est que j'en avais rien à foutre de mourrir.

J'étais complètement complètement perdu dans ma vie.

J'étais un jeune homme intérieurement très énervé, très frustré, très cynique et très déprimé.

Je ne me sentais pas du tout à ma place dans ce monde.

Je ne voyais aucun futur qui en vaille la peine dans ma tête.

Et d'une certaine manière, c'est ça qui me rendait dangereux,

j'avais rien à perdre.

...

Heureusement j'ai trouvé des moyens de sortir de cette phase, et de cette réalité complètement décalée.

...

Enfin tout ça c'est une histoire pour une autre fois.

Ce que je veux dire c'est que

Je me disais souvent, putain mais en fait je ne suis pas né à la bonne époque.

Je suis fait pour me battre.

Il n'y a que ça que je sais faire.

À quoi ça me sert d'avoir cet esprit combattif à notre époque.

...

Et plus tard quand je me suis mis à la réflexion philosophique on va dire,

et que j'ai réalisé que j'avais un goût pour ça.

Je me demandais comment ça se faisait que j'étais quelqu'un de très combattif.

Et en même temps quelqu'un qui aime beaucoup philosopher.

Ça n'avait aucun sens pour moi ce mélange dans une seule et même personne.

C'était bizarre, je me demandais ce qu'avait branlé la nature avec moi.

...

Mais aujourd'hui, ça a tellement tellement tellement de sens.

Parce que les idées, les visions, ont besoin qu'on se batte pour elles.

Elles ne se battent pas toutes seules.

...

Vous savez je travaille énormément mes idées ;

je ne les ponds pas comme ça par magie,

j'ai une éthique de travail très développée.

Je m'y investis beaucoup.

Et si je n'étais pas un combattant dans l'âme, je ne pourrais absolument pas faire ce que je fais.

Ça fait des années que j'aurais jeté l'éponge.

Parce que durant ces 10 dernières années, il y a des grosses périodes où j'ai plié le genou

et où je me suis largement éloigné de tout ça, parce que j'en avais marre que ça ne me mène à rien.

De toute évidence, ça me semblait voué à l'échec de miser mes efforts là dessus vu la réception inexistante de ce que je produisais.

Et donc je me suis concentré sur autre chose.

...

Et de temps en temps durant ces périodes, je contemplais cette maudite question.

Que se serait-il passé si j'avais continué ?

Est-ce que j'aurais fini par réussir ?

Est-ce que c'était vraiment impossible ?

...

Et l'une des raisons pour lesquelles vous m'écoutez aujourd'hui,

c'est parce que je ne veux pas juste rester dans les hypothèses.

Je suis déterminé à faire en sorte que la réponse à ces questions ne reste pas une inconnue.

Vivre avec des regrets dans la tête, non merci.

...

Comme je vous le disais dans l'épisode 89.

Vous n'avez probablement encore aucune idée à quel point c'est crucial d'être mentalement fort et solide.

D'être comme une force de la nature que rien ne peut arrêter.

Moi par exemple je pensais que pour être un auteur, pour développer des idées, etc,

et réussir dans ce genre de domaines,

ce qui comptait le plus c'était l'intelligence, la créativité ce genre de choses.

Mais non.

En fait je me suis rendu compte que même là dedans ce qui compte le plus c'est d'être mentalement hyper solide et d'être en mesure d'avancer en toutes circonstances,

de sorte à s'entraîner chaque jour pour gratter une petite progression,

et ne pas céder à toutes les potentielles raisons qu'on a d'arrêter pour faire quelque chose de plus facile avec sa vie.

Parce que ce n'est pas ton intelligence et ta créativité qui vont te permettre d'avancer fermement, de dépasser les difficultés et d'encaisser les coups durs.

...

En fait, j'ai presque envie de dire qu'à partir du moment où ton mental est inébranlable,

le jeu il est plié en fait, ce n'est plus la peine de te soucier du reste.

C'est juste une question de temps à partir de là.

Tout le reste, la créativité, les compétences, les connaissances, ça va s'adapter et se développer derrière comme par magie parce que tu vas avancer dans la bonne direction.

Je crois vraiment en ça.

Et en tout les cas, c'est là dessus que je mise le plus.

...

De la même manière,

si je n'étais pas arrogant et convaincu que j'allais aller jusqu'au bout des choses,

je suis sûr que mon processus de création, de réflexion, de vision, etc n'aurait rien à voir,

et surtout je suis sûr que je me serais fait écraser par l'impuissance apprise,

j'aurais déjà abandonné parce ce que je fais encore maintenant n'a de sens qu'en tant que le début d'un très très long combat.

Ce qui veut dire que je pars du principe que je vais aller jusqu'au bout de ce combat.

...

Même si, aujourd'hui avec la maturité, je vois davantage ce combat comme un long chemin.

Ça induit une attitude différente, et beaucoup plus soutenable.

Être fort et solide mentalement ce n'est en effet pas une question de forcer en permanence,

c'est surtout une question d'accepter la difficulté et de ne pas se laisser affecter par elle.

D'être en paix avec.

Bref, cela dit, le principe reste le même, je pars du principe que je vais aller jusqu'au bout de ce chemin.

Et ça, ça change le game à l'intérieur.

...

Comme je vous le disais dans l'épisode 44, il faut regarder loin devant pour avoir un bon équilibre.

Je sais que dans 10 ans, dans 20 ans, dans 30 ans je serais toujours là à avancer.

Et donc dans le présent je pense comme ce genre de personne.

Je ne me stresse pas inutilement.

Je suis serein.

Je fais ce qu'il faut pour avancer dans la bonne direction, c'est tout.

...

Et ça aide énormément d'avoir le bon état d'esprit.

Comme je vous le disais dans l'épisode 45,

imaginez l'inspiration, la motivation et l'énergie abondantes que vous auriez si vous pouviez savoir à l'avance avec certitude que votre idée de projet en vaut la peine et sera un succès monumental,

et qu'il faut juste le produire pour que ça arrive.

...

Vous ne seriez pas dans la demi-approche et dans le demi-investissement.

Vous ne vous arrêteriez pratiquement jamais de penser à ce projet et de travailler dessus.

Votre esprit serait canalisé là dessus, et il ne serait jamais pris de paresse.

...

Et donc c'est grosso-modo cet état d'esprit que j'essaie de reproduire.

Pas parce que c'est vrai que le succès de ce projet est assuré dans le futur,

mais parce que c'est vrai que ça débride la puissance de mon esprit de faire comme si c'était vrai.

...

Et du coup le travail que ça me fait faire d'être dans cet état d'engagement profond,

renforce en retour cette vision et l'inspiration qui va avec.

...

C'est la boucle positive engagement-optimisme dont je vous parlais dans les épisodes 10 et 11.

...

Et sur ce on continue cette série sur l'arrogance et la détermination de réussir dans le prochain épisode.

En attendant,

je vous invite à vous abonner si ce n'est pas déjà fait,

à laisser un pouce bleu si vous avez apprécié cet épisode, ça m'aide pour le référencement.

Quoi qu'il en soit je vous remercie de m'avoir écouté jusqu'au bout

et je vous dis à très bientôt pour la prochaine vidéo,

Ciao

Développez votre conscience des fonctionnements de votre esprit et de la réalité,

et utilisez ce savoir pour élever votre existence !