Dépression et Contrôle de Soi #0118



Ce n'est pas parce que tu n'as pas envie qu'une chose t'arrive qu'elle ne va pas t'arriver si tu fais tout ce qu'il faut pour qu'elle t'arrive.

Bonjour et bienvenue,

C'est Bertrand de la Fondation MAGister,

l'École des Héros du Monde Réel.


À la fin du dernier épisode, je vous disais qu'en réalité,

il n'y a aucune raison de penser que l'activité cérébrale physique est la cause de notre subjectivité et pas l'inverse.

Les deux émergent en symbiose, ils font partie du même tout.

...

Ce que tu penses que tu es, c'est une image.

Ce que tu penses que tu peux contrôler, c'est une image.

Et tu peux être sûr que les personnes qui réussissent le mieux sur cette planète c'est ceux qui ont une sacrée image d'eux-même,

et une sacrée image de leur contrôle et de leur agentivité.

Ils ont implanté et cultivé des images riches et puissantes bien profondément dans leur subconscient.

Et au passage l'agentivité, ça fait référence à la perception de soi comme un acteur du monde qui fait arriver des choses,

et pas seulement comme quelqu'un à qui il arrive des choses.

La perception de soi comme étant une cause, et non comme étant un effet.


...

Et donc il faut faire très attention quand on commence à s'enlever de la responsabilité et de l'agentivité, c'est un vilain cercle vicieux,

parce que justement ça va te faire avoir des images de toi et de ton contrôle petites et appauvries,

et tu ne pourras qu'avoir la vie de merde qui avec.

Se retirer de la responsabilité et de l'agentivité, c'est quelque chose qui est très discuté au niveau de la dépression notamment.

Je vois énormément de gens se convaincre que parce que la dépression est un "déséquilibre chimique" dans le cerveau on ne peut pas s'en sortir avec la "volonté".

Énormément de gens se disent que parce que c'est une maladie, on ne peut pas s'en sortir tout seul, etc, etc.

Et ces mêmes gens sont bien souvent très énervés quand on évoque la possibilité qu'ils puissent être responsables de leur état.

Ils vont s'exclamer que la dépression est une maladie vraiment grave, qu'elle n'a rien à voir avec la tristesse et la déprime,

qu'il ne faut pas confondre,

et qu'on n'a jamais du avoir de dépression pour dire de telles conneries, etc.


...

Vous vous rendez compte à quel point c'est dangereux de s'embarquer dans ce genre de croyances et d'y tenir aussi fort que ça ?

À partir de là vous allez développer une image de soi en tant que victime de votre cerveau,

et avoir tendance à tout mettre sur le dos de ce "déséquilibre chimique",

qui n'est au final qu'un personnage de l'histoire que vous vous racontez.

...

Vous croyez vraiment que les personnes qui réussissent dans la vie ont ce genre d'images impuissantes d'eux-mêmes ?

Mais non au contraire !

Ils maintiennent une agentivité même quand les choses ne vont pas dans leur sens.

Sans bonne image de toi et de ton contrôle, tu n'iras jamais loin.
 
Réduire son image de soi c'est comme se déposséder de tout pouvoir sur soi et s'empêcher à tout jamais d'éveiller son potentiel !

Il n'y a rien de tel pour se maintenir dans une dynamique d'apathie.

Si tu te retrouves en situation de dépression, tu dois faire attention à ne jamais tomber dans ce piège.

Ne laisse pas la faiblesse émotionnelle te faire rentrer dans ce genre de délires.

Parce que ça va rendre la sortie de ta dépression beaucoup plus dure qu'elle n'a à être.

...


Ce qui est marrant c'est que les gens dépressifs qui pensent comme ça,

ils croient qu'ils n'ont plus de contrôle sur leur état et sur leur vie.

Alors que ces croyances négatives qui sont super fortes c'est justement une forme de contrôle actif sur la vie.

Mais du contrôle pour ne pas s'en sortir.

En fait beaucoup de dépressifs ont un Ego hyper développé et capricieux qui résiste à beaucoup de choses,

notamment à la difficulté de la vie.

Et ironiquement c'est ce qui rend leur vie difficile.

Eux ne le voient pas, mais quand tu discutes avec eux ça saute aux yeux.

D'ailleurs beaucoup de dépressifs qui ont un Ego bien développé sont tellement centrés sur eux-mêmes, sur leurs difficultés, sur leurs handicaps, etc

qu'ils sont convaincus que la vie est plus dure pour eux.

Comme si ce n'était pas dur pour tout le monde.

...

Tu ne dois absolument pas avoir cet angle mort sur le pouvoir contrôlant de tes pensées négatives et de ta résistance.

Tu dois réaliser que même si c'est hyper dur à avaler, tu te places toi-même indirectement dans ta situation de dépression.

Si tu n'acceptes pas ça, tu es foutu, tu ne pourras pas en sortir.

...

En fait j'ai remarqué que c'est souvent ça le gros problème.

Les personnes dépressives ont tendance à avoir une carte très pauvre de ce qui les rend heureux et de ce qui les rend malheureux en premier lieu,

et à rester hyper-attachées à cette carte qui ne fonctionne pas.

//ENTITLEMENT Ils ont l'impression qu'une personne normale devrait être heureux

Elles ont le sentiment que le bien-être devrait leur être dû avec leur orientation et leur paradigme existentiel actuels.

Et elles préfèrent être malheureuses plutôt que de tout remettre en question.

Encore une fois l'Ego bien capricieux.

...

En analysant les personnes dépressives, je suis rarement étonné qu'elles soient dépressives,

elles ont souvent beaucoup d'angles morts sur ce qui ne va pas avec leur attitude et leur mode de vie.

Et le fait qu'elles n'aient pas su réaliser et corriger ça à temps quand elles étaient encore en pleine santé,

explique pourquoi c'est encore plus difficile une fois qu'elles sont bien en dépression.

Mais au fond leur problème de contrôle était là bien avant la dépression.

La dépression étant juste l'aboutissement inéluctable de leur encapsulation.

Si vous revisionnez l'épisode 65 sur l'encapsulation de la conscience,

les biais de la matrice du cerveau par défaut,

et cette attitude de toujours préserver son petit Ego,

bah typiquement tout ça c'est des mauvaises façons psychologiques de se protéger sur le court-terme,

qui sont associées à la dépression sur le long-terme.

...

C'est assez fou en fait, on peut passer des années et des années avec des angles morts énormes dans la petite matrice de notre esprit.

C'est pour ça que personnellement assez régulièrement j'essaie de prendre du recul sur ma façon de penser.

J'essaie de me demander où est-ce que je suis en train de m'enterrer moi-même sans m'en rendre compte dans ma vie.

Parce que si ça peut être aussi grave chez certaines personnes, alors ça doit forcément m'affecter d'une manière ou d'une autre.

Et présupposer le contraire serait justement un signe que je suis sacrément affecté.

...

En fait, les personnes dépressives sont juste bien souvent inconscientes de ce en quoi consiste leur contrôle,

et c'est probablement pour ça qu'elles sont dépressives en premier lieu.

Si vous croyez que les gens qui réussissent dans leur vie exercent plus de contrôle que les gens déprimés, vous vous gourez.

C'est juste une perception relative,

c'est juste qu'elles contrôlent des trucs différents !


Il y a des personnes qui sont pris dans des courants négatifs, d'autres dans des courants positifs.

Il y a en qui s'en rendent compte, il y en a qui ne s'en rendent pas compte.

...

Si une personne fume pendant des années et des années comme une cheminée et finit par se taper un problème de santé ;

Est-ce qu'elle n'a pas contrôlé l'arrivée de ce problème de santé ?

Bien sûr que si, même si elle n'en avait l'intention.

Ce n'est pas parce que tu n'as pas envie qu'une chose t'arrive qu'elle ne va pas t'arriver si tu fais tout ce qu'il faut pour qu'elle t'arrive.

Comme je vous le disais dans l'épisode 21, tu n'as pas besoin de partir avec une finalité pour arriver à une finalité.

Parce que ce n'est pas les objectifs que l'on se fixe qui nous font arriver quelque part, mais les comportements et les activités qu'ils nous poussent à avoir.

Le problème de santé de la personne qui fume, il ne se sera pas installé d'un coup.

Et c'est pareil pour la dépression.

C'est l'accumulation de certaines petites choses sur la durée qui y mène.

Une forme d'érosion.

Être surpris des dégâts quand ils deviennent impossible à ignorer,

est juste révélateur d'un gros manque de conscience à une échelle plus granulaire.

Parce que tu peux être sûr qu'il y avait des signes avant-coureurs.

...

Dans la vie, tu dérives lentement mais sûrement dans certaines directions.

Et il s'agit de dériver dans les bonnes.

Tous les petits trucs qui te poussent plus ou moins dans une direction, il ne faut pas les négliger.

Sans y faire attention, tu ne verras jamais naturellement les petites choses changer ton état.

C'est comme du poison que tu ingères goutte par goutte.

C'est imperceptible sans attention.

C'est pour ça que la vie est si difficile à contrôler si tu n'essaies pas de la contrôler.

...

La dépression on y arrive, quand en amont on a sévèrement merdé dans le macro-contrôle de notre vie.

C'est pour ça qu'il faut prendre du recul et se rendre compte de l'histoire qu'on est en train d'écrire avec nos petits comportements,

parce que qu'on le veuille ou non, on écrit une histoire.

Il faut anticiper et ne pas réagir quand la situation est déjà critique.

Quand tu crois que tu es bien, et que tu es dans une bonne phase,

il ne faut pas en profiter pour te relâcher sans réfléchir,

il faut en profiter pour anticiper et être sûr d'assurer les devants.

Sinon tu seras toujours en situation à risques.

...

Le problème c'est que souvent les personnes dépressives croient que si elles avaient du contrôle sur leur état et sur leur vie,

elles pourraient radicalement changer d'état d'un coup d'un seul et que ça resterait stable sans rien faire.

Mais non, personne n'a ce type de contrôle.

Tu dois repartir de cet état exactement comme tu en es arrivé.

C'est à dire par l'accumulation de petites choses.

En éliminant une à une toutes les fuites qui te font dériver dans les mauvaises directions.

Et en ajoutant tous les petits éléments possibles pour te faire dériver dans les bonnes directions.

Il faut prendre conscience de l'impact et de l'importance des petites choses.

Tu dois regarder attentivement ce qui se passe dans ta vie.

...

Et pour en revenir aux angles morts, ben c'est ça le problème.

Il y a des angles morts où l'on ne regarde jamais consciemment.

On fait l'autruche et on persévère à maintenir notre conscience aux mêmes endroits comme pour oublier tout le reste.

Donc forcément on n'est pas en contrôle à ces niveaux.

...

Plus tu cherches ton contrôle plus tu vas le trouver.

Et inversement.

On est responsable que de ce dont on se rend responsable.

...

En fait, de bien des manières, le contrôle c'est quelque chose que l'on réalise en y mettant sa conscience sur la durée.

Plus tu penses à comment contrôler un domaine de ta vie, plus tu vas développer du contrôle sur ce domaine de ta vie.

Et inversement moins tu penses à contrôler un domaine de ta vie, moins tu vas développer de contrôle sur ce domaine de ta vie.


...

Les gens qui ont une vision du contrôle comme quelque chose qui se passe exclusivement sur le court terme, ne comprennent rien au contrôle.

Parce que le contrôle, c'est en grande partie une histoire de conscience et d'inertie.

Ta capacité de t'ajuster et de te contrôler sur le court-terme ce n'est pas la même d'un jour à l'autre.

Non.

Ta capacité de t'ajuster et de te contrôler sur le court-terme est une structure mentale qui se développe avec l'entraînement à long terme.

Si tu crois que tu peux réaliser une nouvelle façon de te contrôler en très peu de temps, tu te goures.

Si tu crois que tu peux enlever des années de conditionnement en très peu de temps, tu te goures aussi.

Tout gros changement radical s'installe petit à petit par l'accumulation de petites choses.

...


//


// Never Catch Feeling

Il faut éliminer toutes les petites fuites.

Dérivé.

Tubt'es mis dedans par les choses que tu as contrôlé. La bouffe, le divertissement, etc

Arriver à un plan dépression. Épisode

//

...


Et toute cette confusion métaphysique sur la nature du contrôle, sur est-ce qu'on a vraiment du contrôle

est d'ailleurs à la source de débâts et de remises en question un peu absurdes,

notamment sur la responsabilité, la faute et la façon dont la loi de notre société punit certains actes.

...

Et sur ce, on continue d'en parler dans le prochain épisode !

En attendant je vous invite à vous abonner si ce n'est pas déjà fait,

à laisser un pouce bleu si vous avez apprécié cet épisode, ça m'aide pour le référencement.

Quoi qu'il en soit je vous remercie de m'avoir écouté jusqu'au bout

et je vous dis à très bientôt pour la prochaine vidéo,

Ciao

>> Épisode suivant : Justice, Société, Faute et Contrôle de Soi #0119

<< Épisode précédent : Spiritualité et Image de Soi #0117

Maîtrisez votre esprit, développez votre conscience, élevez votre existence !

S'ABONNER AUX VIDÉOS